Le Magicien

L’histoire : Dès 1970, la Stasi et les garde-frontières bulgares montent une opération pour arrêter tous ceux qui tentent de fuir le bloc communiste. Opération qui sert également à assassiner des opposants politiques au régime...

En 2011, dans un immeuble abandonné de Berlin squatté par des Roms, on retrouve le cadavre atrocement mutilé de Frank Derbach, employé aux archives de la Stasi.

Au même moment, Gerhard Samuel, photo-reporter, meurt dans d'étranges circonstances à Sofia, où il enquêtait sur la mort d'un de ses amis, disparu en 1980 à la frontière entre la Bulgarie et la Grèce.

Kowalski, le commissaire chargé de l'enquête berlinoise, est rapidement écarté au profit de la police fédérale et des services secrets. Mais Kowalski est un rebelle et il décide de poursuivre ses investigations discrètement, aidé par la belle-fille de Gerhard. Ce qu'ils vont découvrir pourrait mettre en cause un homme politique allemand très en vue...

La critique de Mr K : Chronique de la première sortie de l’année aux éditions Agullo avec un ouvrage à la croisée des genres entre roman noir, polar et Histoire. Le Magicien de Magdalena Parys nous replonge entre passé et présent en Allemagne, pays meurtri pendant des décennies par sa partition et en première ligne de la Guerre froide. Au programme, des meurtres à résoudre sous fond de manipulation politique et de règlements de compte. Ma lecture fut contrastée, partagé que j’ai été par un fond très intéressant, des personnages attachants mais une forme qui n’a pas réussi à obtenir mon entière adhésion.

En 2011, deux meurtres sont commis dont un particulièrement atroce. Très vite écarté de l’enquête, notre héros, le commissaire Kowalski, va continuer ses investigations malgré de nombreux obstacles. En parallèle nous suivons plusieurs points de vue différents dont ceux des amis des victimes et d'un politicien allemand qui semble concerné au premier chef par ces crimes. Au fil des révélations, le passé sulfureux de certains personnages refait surface mettant à jour les pratiques iniques du pouvoir en place en RDA et notamment les exactions de la Stasi, police politique du régime en place. Entre manipulations, effacements des preuves, intérêts particuliers et raison d’État, la frontière se révèle très mince... Difficile dans ces conditions de faire éclater la vérité et d’appliquer une justice mesurée.

Ce roman est très dense en matière de caractérisation des personnages. Régulièrement, l’auteure fait des pauses dans le récit pour apporter un background complexe et très ramifié. Chacun a son importance dans le déroulé de l'histoire, les détails se cumulent pour donner une architecture complexe et en perpétuel mouvement. Ainsi, nos certitudes sont régulièrement questionnées, remises en perspective et bousculées. Peu ou pas de figures se détachent au final car chacun à sa manière, par ses prises de position et ses actes, joue une partition qui a son importance dans l’enchaînement des événements. On s’y perd parfois mais on finit toujours pas se raccrocher à ce qu’on peut. Cela nécessite un effort de concentration, parfois de relecture pour pouvoir appréhender au mieux l’ensemble.

Il faut dire que le choix de narration sort des sentiers battus. L’auteure n’hésite pas ainsi à livrer dès les premiers chapitres des éléments clef pour la compréhension de la trame ce que j’ai trouvé dommageable pour le suspens et les enjeux. C’est à mes yeux le principal défaut de ce roman qui en dit parfois trop, trop tôt. L’intérêt y perd et finalement on peut se désintéresser de destins pourtant poignants au premier abord. Pour autant, on y retourne, avec notamment quelques fulgurances savamment distillées qui permettent de relancer l’intérêt et la curiosité du lecteur. Le rythme s’en trouve tout de même haché et l’on perd le souffle d’une histoire qui aurait sans doute pu être plus passionnante.

Pour autant, on est en présence d'un ouvrage assez bluffant sur l’évocation qui nous est faite de l’histoire douloureuse de notre voisin d’outre-Rhin. On explore les arcanes du pouvoir, ses rouages et l’application des dogmes en vigueur. On partage le quotidien de familles déchirées ayant connu la séparation voir la disparition douloureuse de certains de ses membres, le sentiment d’injustice et de vengeance qui peut habiter les victimes de la répression en vogue dans ces années terribles. Magdalena Parys est une fine psychologue et avance ses pions avec talent et nuance, proposant une vision d'ensemble précise d’une situation que l’on a du mal à percevoir quand on n'a pas vécu en Allemagne pendant cette période, une réalité pas si lointaine que cela qui marque encore la population allemande. Ainsi ce récit s'apparente aussi à un questionnement constant pour les protagonistes principaux sur un passé pesant qui joue avec la vie de chacun, construisant personnalités et destins sur des décennies.

Au final, cette lecture fut une expérience intéressante quoique difficile à digérer et intégrer. Un passionné d’histoire contemporaine y trouvera son compte ainsi que les amateurs de récits policiers tortueux mettant en avant des individus brisés qui ne se rendent jamais.