Je suis communiste

L'histoire : C’est un grand jour pour Young-Chul. Après trente-six années perdues dans l’opacité des geôles sud-coréennes, le vieil homme s’apprête à rejoindre l’air vif du dehors. Mais ce monde lui est devenu étranger. Tout en s’efforçant de comprendre ce qui l’entoure, le dissident part à la recherche de ceux qui ont forgé son destin. Au fil de cette quête affleurent les réminiscences : enfance à la campagne, mariage déçu, naissance de son engagement politique... Après Fleur et Massacre au pont de No Gun Ri, Park Kun-Woong s’empare d’un témoignage poignant, qui fait écho à l’histoire douloureuse d’un pays déchiré par une guerre fratricide.

La critique de Mr K : Cette chronique est ma toute première d'un manhwa, bande dessinée coréenne équivalente du manga japonais. On se rapproche clairement ici du roman graphique avec Je suis communiste de Park Kun-Woong qui est adapté de l'autobiographie de Hur Young-Chul, un prisonnier politique communiste qui a passé 36 ans de sa vie emprisonné en Corée du sud pour espionnage (condamnation en 1955 juste après la guerre de Corée). J'ai adoré cette lecture qui s'éloigne des sentiers battus, offre un regard différent sur ce pays fracturé en deux depuis si longtemps et surtout évite les clichés simplificateurs relayés par des médias parfois en service commandé où l'information nuancée semble être proscrite. N'allez pas croire pour autant que nous avons affaire avec cet ouvrage à de la propagande pro-communiste, c'est simplement le regard d'un homme qui n'abjurera jamais sa foi envers ses idéaux et qui voit les choses d'un autre point de vue. C'est à la fois intéressant, déroutant et dérangeant. Moi qui aime être bousculé, je n'ai pas été déçu !

Racontée à la manière d'une interview entre une jeune journaliste et le vieil opposant tout juste libéré, on alterne flashback et phases d'entretien. Hur Young-Chul nous raconte sa vie depuis sa naissance jusqu'à ses années en prison. Né dans la partie sud de la péninsule coréenne, il connaît tous les bouleversements que l'Histoire a réservé à son pays, l'occupation japonaise tout d'abord avec son cortège de vexations et d'exactions. Puis c'est la libération d'où naissent de grands espoirs qui vont s'écrouler très vite avec la main-mise rapide des USA sur le pays. Ce protectorat musclé va nourrir les rancœurs, favoriser l'émergence de la pensée communiste et sa propagation. Peu à peu, les tensions s'exacerbent, savamment entretenues par les diplomates américains et les forces extérieures à la Corée, le tout conduisant à une guerre fratricide. Au cœur du maelström, on suit le parcours d'un homme lambda qui va s'élever de la masse, progresser au sein de la cause et finalement se faire rattraper et emprisonner.

Je suis communiste 2

L'ensemble des deux volumes comptent plus de 650 pages, il y a donc de quoi lire ! Je peux vous dire que l'ouvrage débuté, il est impossible de le relâcher. La faute à un souffle historique intense qui nous accompagne du début à la fin, sans jamais faiblir. Ultra-documentée, la vie de cet homme est un reflet très intime de ce qu'ont du vivre nombre de coréens avec leur lot de banalité, de drames et de bouleversements. On colle au plus près de son destin avec sa naïveté de jeune enfant protégé de la réalité extérieure puis les premières prises de conscience, l'adolescence venue, et les premiers traumatismes fondateurs. Les déclics successifs sont très bien rendus et le basculement dans la révolution prolétarienne d'une logique irréfutable. Bien que ne partageant pas totalement cette idéologie (je ne crois pas suffisamment en la nature humaine pour y adhérer notamment), j'ai aimé ce ton libertaire, non manipulé qui s'exprime ici. Car de manière générale, tout est nuancé en dehors évidemment de l'orthodoxie communiste qu'on lui inculque au fil de sa formation. D'ailleurs le héros en convient, il n'est pas parfait, à l'image de n'importe qui. À la fin de sa vie, loin d'être résigné (il ne renoncera jamais à son idéal, rappelons-le), il se consacrera uniquement à la cause de la réunification d'un pays meurtri par cette séparation inique.

Je suis communiste 1

Hormis cette aventure humaine incroyable et d'une richesse énorme, ces deux volumes sont des fenêtres sur un monde que je ne soupçonnais pas. En effet, j'ai étudié la Corée comme tout le monde au lycée lors de la Guerre Froide mais en survolant le sujet et souvent sans m'en rendre compte, avec un point de vue occidental et libéral. Ici, on a le point de vue adverse et en croisant les deux regards, on se rend surtout compte du gâchis de l'affaire. Entre l'impérialiste US qui s'appuie soit disant sur la démocratie (quand les résultats électoraux l'arrangent surtout) pour soigner ses positions géo-stratégiques et ses ressources et le dogmatisme autoritaire de leurs adversaires, c'est la culture coréenne qui semble disparaître, un peuple pacifique aux traditions pluriséculaires qui est broyé par une guerre absurde qui voit une fois de plus les puissants manœuvrer en coulisse au détriment de l'intérêt commun. Au delà du contexte particulier de cette œuvre, ces deux volumes permettent de s'interroger sur des concepts importants de notre démocratie : la représentativité des institutions, la notion de démocratie libérale, d'égalité entre les citoyens mais aussi l'exercice du pouvoir, la répression. L'ouvrage est vraiment passionnant à ce niveau.

Au niveau graphisme, c'est assez minimaliste mais cela suffit et privilégie même la mise en exergue du contenu. Sombres et torturés, les dessins rendent parfaitement compte des événements passés et l'ambiance délétère générale qui a baigné la Corée lors des événements que nous suivons. Proche d'un mouvement type expressionniste, les dessins intensifient les tensions et états d'âme qui habitent les personnages et donnent à voir avec simplicité mais exigence le pouls d'un pays à un moment clef de son Histoire. Je suis communiste est donc une lecture éclairante que je vous conseille aujourd'hui et qui est à tenter si vous n'avez pas d’œillères et souhaitez franchir un cap dans la compréhension du monde actuel. Âpre et parfois heurtante, une lecture-clef à mes yeux et qui restera longtemps gravée dans ma mémoire.