9782266272438ORI

L'histoire : New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de "rêve américain". C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

La critique de Mr K : Voila un livre dont j'avais beaucoup entendu parler notamment sur IG. Une connaissance de ce réseau m'a proposé de m'envoyer le livre pour que je puisse à mon tour goûter à sa magie. Ne refusant jamais une découverte littéraire (surtout quand elle est précédée d'une très flatteuse réputation), je me lançais donc corps et âme dans la lecture du Gang des rêves de Luca Di Fulvio, roman fleuve aux accents scorcesiens qui m'a totalement emporté, ne me laissant pas le choix que de continuer inlassablement ma lecture de ce pavé de plus de 950 pages. Attention lecture hautement addictive en approche !

Tout commence en Sicile, où la jeune Cetta suite à un viol se retrouve enceinte et donne naissance au petit Christmas. Pour échapper à sa condition et au déshonneur, elle décide d'embarquer pour l'autre côté de l'Atlantique à la poursuite du fameux rêve américain qui semble exaucer tous les vœux. Mais entre le rêve et la réalité, il y a un monde âpre et difficile que la jeune italienne va devoir affronter. Très vite, des chapitres s'intercalent mettant en scène Christmas devenu un jeune garçon gouailleur qui commence à recruter d'autres âmes perdues pour former sa propre bande (les fameux Diamond Dogs), période charnière de sa vie où il va faire des choix cruciaux pour son futur. Il va notamment un soir rencontrer Ruth, une jeune fille juive violentée qu'il va sauver. C'est le début alors d'un amour fou, une passion inarrêtable qui hantera les deux protagonistes principaux, ceci durant toutes les pages du roman... car longue et tortueuse est la route menant au bonheur.

Je peux déjà vous dire qu'en terme de péripéties, le roman se pose là. Il s'en passe des vertes et des pas mûres durant cette lecture qui ne ménage vraiment pas son lecteur entre naïveté et cruauté, amitiés et trahisons, amour et haine, richesse et pauvreté... Très polarisé, ce roman nous plonge avec fracas et un grand talent dans le début du XXème siècle américain lors de l'éveil d'une civilisation qui va bientôt dominer le monde avec sa culture et ses industries. C'est ainsi que l'on commence au plus bas de l'échelle, à la hauteur du quartier de Christmas et de sa maman qui fait le tapin pour pouvoir nourrir son fils et espérer s'élever socialement. On enchaîne les passages rudes, la vie n'étant pas facile pour une majorité de personnes car l'envers du décor est peu reluisant. Derrière l'Amérique rêvée se cachent les tensions raciales, la corruption des forces de police, le règne des gangs, l'incurie des puissants et le machisme en vogue dans tous les milieux sociaux (chaque personnage féminin du roman le subit d'ailleurs à sa manière). Pour autant, on ne tombe pas dans le manichéisme bête et méchant, des passerelles s'opèrent entre les mondes décrits et des personnages évoluent énormément, ceci de manière nuancée et touchante (le cas de Sal est très éclairant en la matière).

C'est le grand point fort de ce roman : les personnages. Qu'ils soient repoussoirs ou attirants, ils ont tous un supplément d'âme, un traitement quasi amoureux de la part de l'auteur qui a voulu créer de toute pièce des personnages crédibles, des repères auxquels s'accrocher pour dérouler ensuite le récit foisonnant qui nous est proposé. Je ne m'attarderai pas particulièrement sur untel ou untel, tous m'ont fasciné à leur manière. Rien ne nous est caché au final, l'histoire mettant en valeur leur quotidien, leurs obligations, leurs rapports avec les autres dans toute leur complexité mais aussi leur psyché bien souvent tourmentée qui les travaille et provoque réactions et pulsions à de nombreuses reprises. On rentre vraiment dans leur esprit et cela donne au final une gigantesque toile d'araignée, remarquablement maîtrisée qui sert admirablement bien un récit d'une densité énorme et totalement prenante. S'étalant sur environ 20 ans, on a donc le temps de voir évoluer les personnages entre espoirs, déchéances, rebonds et révélations. Comme on est irrémédiablement pris par tout cela, inutile de vous dire que l'on devient très vite asocial et totalement accro. Je remercie au passage Nelfe pour sa patience...

C'est un livre qui nous parle obligatoirement en touchant droit au coeur. Il nous parle de la condition humaine, des tracas et énormes soucis qui peuplent notre vie (la peur du lendemain, les injustices sociales, la pauvreté et la précarité, les tensions sociales et raciales). Il nous raconte aussi une très belle rencontre d'amour avec une histoire romantique à souhait comme je les aime (le dernier acte m'a semblé un peu too much quand même), l'émergence de la radio et du cinéma (et en parallèle une description peu reluisante des mœurs en cours dans ses milieux, Weinstein n'a rien inventé loin de là), la montée en puissance de l'industrie US (en filigrane les progrès de l'automobile, le taylorisme et le syndicalisme) et de multiples thèmes annexes que je vous laisse découvrir par vous-même. Là encore, tous ces éléments ne sont pas gratuits, ils s'insèrent parfaitement dans la trame principale, l'enrichissant et lui donnant une dimension hors norme qui contribue au charme incroyable qui se dégage de cet ouvrage.

Pour être tout à fait honnête, ce livre n'a qu'un défaut. Il a un petit côté convenu avec des passages obligés, des clichés propres au genre. En fait, il y a peu de surprises dans le déroulé de la trame qui suit des chemins balisés. Pour autant, l'intérêt est toujours là, impossible de relâcher ce maudit ouvrage qui est diablement séduisant aussi par l'écriture employée. Simple, accessible, maligne, elle ne peut que séduire entre fraîcheur, verdeur parfois (il y a des passages bien olé olé !) et purs moment de poésie par moment. Elle suscite toute la palette d'émotions que l'on peut ressentir lors d'une lecture, à la manière des montagnes russes, on alterne plaisir pur et inquiétudes dans une immersion totale. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi c'est un des aspects de la lecture que je préfère et on peut dire que dans ce domaine, ce livre est une vraie petite bombe. Je confirme donc les pressentiment de nombres d'amis blogueurs à mon endroit : je rejoins le gang des Diamond Dogs. À qui le tour ?