shansaimperatrice

L'histoire : Elle est née dans la fabuleuse dynastie Tang du VIIe siècle. Elle a grandi au bord du fleuve Long, où elle apprenait à dompter les chevaux.

Elle est entrée au gynécée impérial où vivaient dix mille concubines. Elle a connu les meurtres, les complots, les trahisons. Elle est devenue impératrice de Chine. Elle a connu la guerre, la famine, l'épidémie.

Elle a porté la civilisation chinoise à son apogée. Elle a vécu entourée de poétesses, de calligraphes, de philosophes. Elle a régné sur le plus vaste empire sous le ciel, dans le plus beau palais du monde. Elle est devenue l'Empereur-Sacré-Qui-Fait-Tourner-La-Roue-d'Or. Son nom a été outragé, son histoire déformée, sa mémoire effacée.

Les hommes se sont vengés d'une femme qui avait osé devenir empereur. Pour la première fois depuis treize siècles, elle ouvre les portes de sa Cité interdite.

La critique de Mr K: Petite lecture orientalisante aujourd'hui avec Impératrice de Shan Sa, une auteure qui m'avait subjugué avec le fabuleux La Joueuse de go que j'avais littéralement dévoré en son temps. À la faveur d'un chinage, j'étais tombé il y a quelques temps sur le présent volume et je dois avouer que j'avais hâte de retrouver l'écriture si immersive et poétique d'une des auteures françaises (d'origine chinoise, elle a fui son pays suite aux événements de Tien'anmen) les plus talentueuses de sa génération. Je vous dis de suite que je n'ai pas été déçu !

Ce livre raconte l'histoire de la seule et unique impératrice qu'ait connu l'Empire du milieu dans son Histoire. En effet, cette fonction était exclusivement réservée aux hommes, Wu Zetian est donc une exception et en cela se révèle passionnante à découvrir à travers son parcours hors norme, semé d'embûches et un destin incroyable. Qui aurait pu croire au départ que cette jeune fille issue d'une caste inférieure puisse un jour accéder au titre suprême d'Empereur-Sacré-Qui-Fait-Tourner-La-Roue-d'Or ? Depuis sa naissance jusqu'à sa mort à 80 ans, nous suivons donc les aléas de la vie qu'elle a connue au départ puis son envol vers les cieux entre tractations, machinations et évolution d'un pays en plein essor.

En 444 pages, l'auteure réussit le tour de force à nous embarquer dans une histoire inouïe et pourtant bien réelle. On explore en profondeur la psyché d'une grande monarque qui de la jeune fille naïve va se transformer en chef d’État redoutable et redoutée. Quand on fait le bilan de cette vie, c'est incroyable de voir les changements opérés chez elle. Cette femme s'endurcit de plus en plus, doit soigner ses relations et éliminer ses rivaux même au sein de son propre clan, de sa propre famille. Cette transformation très progressive est détaillée avec minutie, pondération et un sens du récit d'une fluidité de tous les instants. Amours, amitiés et haines se succèdent, ce qui est acquis ne l'est pas forcément très longtemps et l'intelligence politique (pas forcément morale) de la souveraine lui permettra de surmonter tous les obstacles mais elle y laissera des plumes et une part d'humanité.

Bien éloigné de ce que l'Histoire occidentale nous a habitué à lire, nous sommes littéralement plongés dans une culture très différente de la nôtre, règles et mœurs peuvent paraître surprenants et même aberrants par moment. Ce dépaysement salutaire nous permet d'imaginer la Chine de l'époque, d'appréhender au mieux une civilisation en pleine émergence qui lutte entre tradition et modernité. Religion, rapport à la famille / au pouvoir, us et coutumes sont abordés au fil des péripéties nombreuses qui peuplent ses pages inspirées et inspirantes. Pour qui s'intéresse à l'Asie, on est ici comblé avec un supplément d'âme qui habite ses pages notamment par les personnages que l'on est amené à rencontrer.

Je vous l'accorde, on croise nombre de crapules, de sociopathes, de puissants omnipotents dans cet ouvrage... On ne sort guère de la Cité interdite, mais ce livre conte merveilleusement bien les mécanismes du pouvoir et les opérations qui lui sont liées. À la manière de la saga du Trône de fer, je vous déconseille de vous attacher trop aux personnages car ça dégomme sévère et l'impératrice est sans pitié pour celles et ceux qui se mettent en travers de sa route. Gouvernant le peuple par la volonté divine et au nom du bien commun, elle ne recherche pas l'enrichissement et apportera nombre de progrès à son pays et encouragera notamment les arts. Cependant l'âge venant, elle s'accrochera au pouvoir et sa fin est pour le moins pathétique avec des ultimes chapitres sombres où la mort approchant, le personnage principal se livre de façon touchante malgré des actes inqualifiables commis auparavant.

Il y a beaucoup de douceur et de poésie dans ce livre, à l'image de cette langue à la fois voluptueuse et exigeante qui sait se faire à la fois distrayante et érudite. On aime se laisser porter par les dénominations imagées des fonctions et des titres, dans les cérémonies fastueuses et les pèlerinages, les énumérations des avancées sociales et culturelles. Loin de nous perdre, l'auteure nous captive, nous accroche et au final nous convainc que nous sommes face à une œuvre entière, généreuse et profondément bouleversante. Un gros coup de cœur pour moi et une lecture que je ne peux donc que vous conseiller !