Le Poids du mondeL'histoire : Après avoir quitté l’armée et l’horreur des champs de bataille du Moyen-Orient, Thad Broom revient dans son village natal des Appalaches. N’ayant nulle part où aller, il s’installe dans sa vieille caravane près de la maison de sa mère, April, qui lutte elle aussi contre de vieux démons. Là, il renoue avec son meilleur ami, Aiden McCall. Après la mort accidentelle de leur dealer, Thad et Aiden se retrouvent soudain avec une quantité de drogue et d’argent inespérée. Cadeau de Dieu ou du diable ?

La critique Nelfesque : Et BOOM ! Encore une belle claque chez Sonatine, encore une belle claque avec David Joy, découvert en 2016 avec "Là où les lumières se perdent" ! Quel talent, quelle écriture, quelle noirceur ! Noël approche, vous pouvez taper dedans sans soucis, vous ferez des heureux. C'est parti pour mon avis que je vais essayer de rédiger sans trop de superlatif (mais ça va être dur)...

Nous sommes dans les Appalaches, terrain de prédilection de l'auteur, en plein coeur des Etats-Unis et au plus proche de la misère sociale. Thad revient de la guerre, Aiden son meilleur ami n'a jamais quitté leur petite ville natale. Ils vont se retrouver quelques années plus tard, pour le pire et le pire, dans cet endroit où tout semble figé, où le chômage est omniprésent, la crise immobilière a sévi et où seuls sont restés ceux qui n'avaient pas d'autres choix. La violence est partout, dans les têtes, dans les actes, dans les souvenirs.

De petits boulots en petits trafics, Aiden cherche à s'extirper de sa condition, à partir de cet endroit maudit mais le destin en a décidé autrement. La drogue, les excès, les mauvaises rencontres et les circonstances ne vont pas changer la vie de  ces deux personnages mais au contraire les faire descendre un peu plus chaque jour dans les ténèbres.

Roman noir terrible où l'espoir n'est présent que pour être détruit, "Le Poids du monde" est servi avec une écriture sublime qui prend à la gorge par tant de beauté dans cet écrin de noirceur. Les mots sont simples comme les gens présents entre ses pages et vont droit au coeur sans misérabilisme ou complaisance. David Joy n'explique pas, n'excuse rien. Il dépeint une société actuelle que personne ne veut voir. Une société qui tente de survivre, une société qui appelle à plus d'humanité, une société qui crève. Dans l'indifférence totale.

On termine ce roman en larmes. Littéralement sur les genoux. Quand le sort s'acharne, quand trop de choses se sont accumulées pour que le ciel se dégage enfin et quand toute issue ne peut être que dramatique, ne restent que la résignation et la fuite en avant. Le titre prend tout son sens à la dernière phrase. Superbe roman, comme le fut d'ailleurs le précédent. On naît seul, on meurt seul. Entre les deux, la vie n'est pas rose pour tout le monde. Absolument déchirant...