jeudi 15 novembre 2018

"Lord Gwynplaine" de Jean-Bernard Pouy et Patrick Raynal

9782226398925-j

L'histoire : La quarantaine, visage grave et regard de velours, qui est le mystérieux lord Bradley Gwynplaine ? On l’aurait vu à Toulouse, en 1993, dans la peau d’un capitaine accusé de complicité d’acte terroriste. En Guyane, derrière la muraille infranchissable d’une prison infâme où la justice l’avait envoyé croupir. À Medellin, au fin fond d’une hacienda où serait enfoui un trésor appartenant à l’abbé Esteban Pablo Vargas Uribbe. Et à Paris, dans l’ombre du procureur Villedieu, un parvenu prêt à sacrifier sa famille pour sa carrière... Est-ce le même homme ? Tandis que les cadavres s’accumulent, avec la précision d’une vengeance savamment orchestrée, une vérité implacable se fait jour : le chemin le plus court vers la liberté est la foi absolue dans la justice suprême.

La critique de Mr K : On ne présente plus Pouy et Raynal, deux des plus grands auteurs de polar français que j'aime tout particulièrement. Que ce soit dans leurs incursions poulpesques ou dans leurs œuvres plus personnelles, j'apprécie leur engagement marqué à gauche, leur style vif et incisif, leur maîtrise du récit et l'aspect souvent tortueux des trames mises en place. Imaginez donc mon bonheur d'apprendre la sortie de Lord Gwynplaine, ouvrage écrit à quatre mains, relecture moderne du Monte-Christo de Dumas mettant à l'honneur la vengeance d'un paria sur les pourris qui ont cru pouvoir le réduire à néant ! Je m'attendais à une lecture jubilatoire, je n'ai pas été déçu ! J'ai littéralement dévoré ce gros volume de 568 pages qui ne m'a jamais donné l'occasion de m'échapper...

Erwan Le Dantec était au mauvais endroit au mauvais moment, du moins le semble-t-il ! Pilote d'avion mêlé sans le savoir dans des opérations pas très claires, le voilà du jour au lendemain arrêté et embastillé dans le secret le plus total. Envoyé dans un camp isolé dans l'enfer guyanais par d'obscurs commanditaires, il va rester enfermer quinze ans loin de toute civilisation, dans un confort des plus spartiates avec pour seul contact humain, la compagnie d'un mystérieux prisonnier ancien compagnon de route de Pablo Escobar. Les deux hommes sympathisent assez vite, de fil en aiguille se noue entre eux une amitié forte et le colombien va forger un nouvel Erwan. En plus de la promesse de trouver un trésor incalculable, il le façonne, nourrit son intelligence et va le changer définitivement. Erwann en est bien vite convaincu, il finira par sortir et la vengeance est un plat qui se mange froid. Quand arrive la délivrance, après un changement de nom et de visage, le voilà prêt à l'aide de comparses bien choisis à exercer sa vengeance. Elle sera impitoyable...

Il n'y a clairement pas tromperie sur la marchandise ici. Vous voulez du polar servi bien noir au rythme haletant ? Vous serez comblé. Divisé en deux parties distinctes, on ne s'ennuie pas une seconde. Le début nous conte la descente en enfer d'un innocent pris dans un engrenage qui le dépasse. La narration étant placée au plus prêt du protagoniste principal, on éprouve très vite une empathie totale pour lui et la révolte cède très vite le pas à la colère. Il faut dire que les conjurés (que nous suivons aussi en parallèle) ont tout pour déplaire : veules, suffisants, amoraux et cupides ; ils sont tout ce que le capitalisme triomphant produit de pire en terme d'inhumanité, de corruption et d'intérêts particuliers délétères. Pendant son séjour en Amérique du Sud, Erwan le jeune naïf va se muer en Lord Gwynplaine, un être nouveau d'une froideur et d'une détermination implacable. Belle réussite que cette transformation qui cristallise l’intérêt du lecteur et donne à voir la manière dont on peut changer un homme lambda en une espèce de monstre hybride de colère et de tristesse. Très romantique dans son traitement (trop diront certains, moi j'ai adoré !), cette figure dramatique plane au dessus de toute la deuxième partie de l'ouvrage.

Cette dernière s'apparente au tissage d'une immense toile d'araignée où vont se débattre ses victimes. Oh, je vous rassure, on ne les plaint pas à un seul moment. Il est intéressant au fil de la lecture de mettre en perspective les différentes actions de Gwynplaine qui agit sur toute une série de leviers pour avancer ses pions, toucher les points faibles de ses adversaires et finalement porter l'estocade finale. Tellement préoccupés par leurs soucis d'argent, de luttes de pouvoir ou de famille (coucheries, jalousies, mariages arrangés...), ils ne se rendent pas compte des manipulations opérées à leur insu. Quand les pièges s'enclenchent, à la manière d'un effet domino, le feu d'artifice peut commencer et bien peu de personnages en sortiront indemnes. Bien assisté par des seconds couteaux efficaces et fidèles, Lord Gwynplaine opère une vengeance terriblement méthodique.

Expérience sans temps mort, on aime suivre cette histoire haute en couleur où les péripéties nombreuses sont émaillées de passages à l'ironie féroce dénonçant les dérives de nos sociétés actuelles (Bienvenue en Macronie ! Avec aussi quelques références bien senties sur les années Mitterrand et Chirac). Ça démâte sévère et ça fait du bien ! Certes certaines ficelles sont un peu grosses, j'ai pu relever quelques incohérences et un côté parfois un peu too much dans le traitement de Lord Gwynplaine lui-même, mais quel pied de voir les punitions tombées après un long jeu du chat et de la souris ! On reconnaît tout le talent d'écriture des deux auteurs réunis. Le style simple, concis mais néanmoins exigeant donne un réalisme et un dynamisme qui ne se dément jamais lors de cette lecture prenante et diablement excitante.

Et puis, faire référence à un de mes livres préféré de Hugo dès le titre du livre n'est pas étranger à mon engouement pour ce dernier (revient Victor, la France est devenue folle !). Le lien se fait facilement avec ce que l'on peut vivre en ce moment et cette lecture provoque une forme de jouissance intellectuelle fort délectable qui défoule et enrobe l'âme. Alors oui, on ne révolutionne pas le genre avec Lord Gwynplaine mais on prend un sacré plaisir et on en redemande ! À lire absolument si vous aimez le genre et tout particulièrement si ces deux auteurs vous manquaient...

Posté par Mr K à 17:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,