la mort selon turner

L'histoire : Lors d'un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis qui erre dans la rue. Ni lui ni ses amis ne préviennent les secours alors que la victime agonise. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Northern Cape, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s'annonce brillante à cause d'une pauvresse ? Dans un pays où la corruption règne à tous les étages, tout le monde s'en fout. Tout le monde, sauf Turner, un flic noir des Homicides. Lorsqu'il arrive sur le territoire des Le Roux, une région aride et désertique, la confrontation va être terrible, entre cet homme déterminé à faire la justice, à tout prix, et cette femme décidée à protéger son fils, à tout prix.

La critique de Mr K : Attention bombe littéraire en approche ! La Mort selon Turner de Tim Willocks m'a littéralement sonné, me laissant totalement pantelant en fin de lecture. Roman noir survitaminé se déroulant en Afrique du sud, je n'ai pu relâcher cet ouvrage avant la fin tant le charisme des personnages et la noirceur du sous-texte sont impressionnants. Gare à vous si vous vous laissez tenter, c'est typiquement le genre de lecture qui marque un lecteur à vif !

Une jeune fille noire sans logis se fait renverser par un groupe de riches blancs en goguette dans un township du Cap. Le conducteur bourré comme un coing ne s'est même pas rendu compte de son crime et ses potes le couvrent. Malheureusement pour eux, Turner un flic black obnubilé par la justice et son application est très vite sur leurs traces. Ce justicier implacable est prêt à tout pour que les coupables soient châtiés. Commence alors une lente descente aux enfers pour tous les protagonistes entre corruption, course poursuite, liens et loi du sang, questionnements et choix liés au franchissement ou non des barrières entre le bien et le mal.

Je vous le dis tout de go, j'ai été accroché dès les premières pages. Direct, les personnages sont électrisants, provoquant questionnements et empathie sans aucun temps mort et ceci tout au long du roman. L'auteur changeant de point de vue d'un chapitre à un autre, on traverse l'histoire à travers le ressenti de tous, ce qui développe une densité de sentiments incroyables. Ainsi, même la pire des crevures s'avère bien plus que ce qu'il semble être au départ. Malgré un côté rentre dedans de bon aloi, on découvre au fil des pages le lien ténu qu'il existe entre le bien et le mal, chacun d'entre nous pouvant le franchir au gré d'un caprice ou d'une émotion mal maîtrisée. Cela donne un côté imprévisible à la trajectoire des personnages et une deuxième partie de roman virtuose où l'on ne sait jamais à quoi s'attendre et qui finit dans un crescendo émotionnel comme rarement j'en ai vécu en lisant un roman noir.

Il y a du McCarthy dans cet ouvrage, une ambiance poisseuse à souhait mettant en lumière les affres de la condition humaine : le désir, l'individualisme, la convoitise mais aussi l'amour et la souffrance qui l'accompagne. Malgré quelques éclairs d'espoir et de brefs passages d'accalmie, on baigne ici dans la noirceur la plus totale. Turner ? Un héros torturé par un passé douloureux qui mène une croisade judiciaire à la limite de la légalité. Margot Le Roux ? Une riche industrielle ne reculant devant rien pour préserver son fils. Rajoutez à cela, une victime de l'incurie humaine à qui l'on doit de rendre une identité et donner un sens à sa mort, toute une série de personnages qui se débattent entre devoir et possibilité de tricher pour gravir plus vite à l'échelle de la réussite, un pays tout juste sorti de l'Apartheid où les tensions raciales sont toujours palpables... et vous avez tous les ingrédients d'un bon roman noir qui sont ici réunis pour nous faire frémir et provoquer une addiction aussi durable que marquante.

Et puis l'auteur s'y connaît pour maintenir le suspens, livrant un western moderne implacable, il explore l'esprit humain comme personne, ciselant ses personnages comme un orfèvre ses bijoux, livrant à nu des âmes torturées qui semblent vivre leur vie comme s'ils étaient arrivés à la fin de la route. C'est puissant, beau et violent à la fois. Car ne vous méprenez pas, le monde livré ici est impitoyable, cynique et d’une redoutable dureté (Mon Dieu, le passage dans le désert ! Je m'en souviendrai longtemps !). L'enquête en elle-même n'a même pas lieu, le livre se concentrant plutôt sur la traque du héros et les réactions de ses opposants et alliés. Turner sait très vite à qui il a affaire, les forces en présence parfois insurmontables ne l'arrêtent pas, le règlement de compte doit avoir lieu car pour lui, il sert une cause indépassable. Incorruptible dans un monde pourri jusqu'à l'os, cela ne l'empêche pas de s'interroger sur ses actes car la justice peut parfois virer à la simple vengeance. Plus d'une fois, l'ouvrage retournera votre cerveau tant certaines certitudes se trouveront ébranlées par les révélations sur les motivations des personnages et certains de leurs actes.

Il s'agissait de mon premier Willocks et je peux vous garantir que ce ne sera pas le dernier. L'ambiance est  unique, l'écriture est d'une clarté et d'une efficacité hors pair. J'ai mis un temps record à le lire, jouant avec les heures qui défilent et rompant tout contact social durant quelques heures pour suivre Turner dans sa traque et explorer les arcanes et mystère de la famille Le Roux. Franchement, un des meilleurs roman noir que j'ai pu lire, un ouvrage fulgurant et unique. Courez-y vous ne le regretterez pas ! Un pur chef d'oeuvre.