dimanche 22 juillet 2018

"Visages volés" de Michael Bishop

41KA3JZMQAL

L’histoire : Parce qu'ils sont affligés d'une maladie dégénérative proche de la lèpre, les Muphormes sont condamnés à vivre reclus. C'est du moins ainsi qu'on a présenté la chose à Lucian Yeardance, le nouveau kommissar responsable de leur communauté.

Mais en les voyant se battre sans merci les uns contre les autres pour obtenir un surcroît de narcotiques ou de nourriture à chaque ravitaillement, Yeardance, outré, embrasse peu à peu la cause de ces parias au visage ravagé, liant irrévocablement son destin au leur. Pour cela, il devra aller jusqu'au bout de son sacrifice et faire face à une vérité qu'aucun être humain n'est capable de supporter.

La critique de Mr K : Retour à la SF aujourd’hui avec cette belle trouvaille dégotée en début d’année à notre Emmaüs préféré. C’est ma première incursion chez Michael Bishop, un talent SF réputé pour son originalité et sa démarche ethnologique dans sa manière d’aborder les cultures extra-terrestre. La quatrième de couverture m’a de suite attiré avec l’évocation notamment d’une métaphore filée sur la colonisation transposée sur une planète lointaine. Au final, ce fut une lecture très plaisante qui une fois débutée vous emporte loin, à la confluence de l’aventure, la révolte et la rédemption.

Lucian Yeardance a été mis au placard. Suite à un différend avec son commandant d’unité, les autorités l’envoient sur une planète isolée pour l’exiler et le faire réfléchir. Le voila catapulté responsable d’une étrange communauté mis au ban de la société. Les Muphormes sont des humains atteints d’une maladie incurable qui provoque la dégénérescence de leurs tissus. Leur laideur et leurs mœurs inquiétants le bon humain lambda, on les a cantonné dans une réserve où ils subsistent vaille que vaille au gré des envois de ressources sporadiques que le pouvoir central daigne leur envoyer. Le héros va très vite se rendre compte du caractère inique de la situation. Voyant que certaines de ses questions restent sans réponse, que certaines portes se referment, il décide de plonger au plus près des conditions de vie des Muphormes. Son existence s’en verra inéluctablement changée...

Datant de 1977 (superbe année soit dit en passant !), le récit n’a pas pris une ride et n’a pas à rougir de la comparaison avec des K. Dick ou des Silverberg (deux auteurs que j’aime tout particulièrement). On retrouve un sens aigu de la narration à vocation sociale qui n’épargne personne. Très vite les responsabilités sont partagées, les monstres ne sont pas forcément ceux qu’on pense même si les nombreux rebondissements font que le lecteur change plusieurs fois son fusil d’épaule et qu’il y a ici cinquante nuances de caractères, de personnalités et d’exercice de l'autorité. On rentre vite dans les arcanes du pouvoir et en filigrane, on ne peut que penser au phénomène de la colonisation qu’a connu notre Histoire et qui mettait en exergue l’injustice d’un pouvoir lointain qui considérait nombre d’indigènes comme des citoyens de seconde zone (aucuns droits, paupérisation et précarité, non reconnaissance des coutumes, traitement parfois inhumain). Sans en rajouter, juste en décrivant des faits et des événements fictifs, Bishop brosse un tableau implacable mais non dénué de zones d’ombre pour dénoncer la propension qu’à l’humain à écraser les autres pour mener à bien ses désirs de puissance et d’enrichissement.

Ce livre est aussi un beau roman d’apprentissage ou plutôt de rédemption. Le héros très attachant va effectuer un véritable voyage intérieur, remettre en cause ses certitudes. Cette partie est très bien maîtrisée et offre une trajectoire fragile que l’on devine très périlleuse et qui offre une fin saisissante pour ne pas dire glaçante. Complexe, aventurier dans l’âme, on suit avec plaisir Lucian Yeardance qui m’a de suite plu par son côté non conventionnel et rebelle. Il aura ici fort à faire avec le gouverneur de la planète qui lui met des bâtons dans les roues et va devoir composer avec un personnel aseptisé et éduqué en fonction de ce que l’on attend de lui plus tard. J’ai apprécié ses nombreuses discussions avec ses subordonnées qui au contact avec leur nouveau chef en disgrâce vont appréhender différemment le monde où ils vivent.

Ode à la liberté de penser, au respect et à l’ouverture aux autres, ce roman est une pépite dans son genre: très très bien écrit, très accessible, malin et retors parfois (le retournement final est génial), on ne s’ennuie pas un moment entre exploration d’un monde éloigné et étrange, aventure qui guette au détour du moindre déplacement du héros et prise de conscience des inégalités inhérentes aux sociétés humaines. À lire absolument si vous êtes amateur du genre !

Posté par Mr K à 19:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,