dimanche 8 avril 2018

"La Confession" de John Herdman

72dpi-laconfession_plat1-e72972f1cca96a97f051c02aa0404636

L’histoire : Écrivain aguerri mais pauvre, Leonard Balmain accepte par contrat de rédiger anonymement l’autobiographie de Torquil Tod, un homme mystérieux et insaisissable. Au fil de ce que ce dernier lui confesse et des révélations de plus en plus sinistres qu’il est tenu de coucher sur le papier, Balmain réalise qu’il en sait trop. L’histoire mouvementée de Tod le mène-t-elle à sa propre perte ?

La critique de Mr K : Bien étrange lecture que je vais vous présenter aujourd’hui ! Avec La Confession de John Herdman, on rentre dans le domaine très sélect et fascinant des romans à tiroirs, là où sous les apparences d’un récit classique se cachent de multiples trames et mystères que cet auteur écossais nous invite à découvrir au fil des points de vue de narrations, des sensations nébuleuses induites par une écriture labyrinthique et des thématiques alambiquées qui, mêlées, donnent une saveur unique à un ouvrage vraiment marquant dans son genre.

Pourtant, le postulat de base paraît simple : un auteur doué mais désargenté se fait engager par un commanditaire pour écrire une autobiographie fictive. Après une seule rencontre, le courant passe et malgré des zones d’ombre, le héros s’attaque au récit d’une vie qui lui est livrée sans filtre. Embellissant les événements, au fil des révélations, il va se rendre compte que son interlocuteur n’est vraiment pas si net que cela et qu’une rencontre a changé sa vie pour l’orienter sur des rails tortueux et malsains. Peu à peu, les rapports se tendent entre l’écrivain et son client, un danger impalpable rode et la fin fera basculer l’ensemble vers des cieux inexplorés où chaque lecteur se fera son idée sur la nature profonde de cette relation hors norme.

Je reste volontiers nébuleux pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte. Quand j’ai moi-même entamé cette lecture, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Cette histoire de ghostwriter, d’écrivain engagé pour écrire à la place d’un auteur renommé, m’intéressait et m’intriguait. Très vite au-delà de cette thématique, on se rend compte que John Herdman se plaît à mêler rêve et réalité. On suit avec délice les échanges entre les deux personnages principaux, très différents l’un de l’autre, ils s’opposent quasiment en tout. C’est justement cette dichotomie qui interroge et interpelle. Qui est vraiment ce Tod ? Ce personnage à la vie tumultueuse qui va basculer dans l’ésotérisme le plus complet avec la rencontre avec la mystérieuse Abigail au charme vénéneux ? Et Balmain, l’écrivain en quête de renommée et d’argent ? Derrière le personnage effacé, il semble nourrir de bien étranges obsessions. L’un et l’autre semblent se renvoyer la balle, se rapprocher par moment et s’éloigner inéluctablement par ailleurs.

Le malaise va grandissant durant la lecture, les pages se tournent toutes seules et exercent un pouvoir hypnotique dérangeant : mysticisme, sorcellerie, millénarisme, communauté hippy, drogues, cérémonies glauques font leur apparition et mènent à une révélation horrifique qui laisse pantelant le lecteur et l’écrivain, qui voit ses certitudes s’effondrer et le diriger vers un ultime acte que l’on ne voit pas venir mettant à mal toute la construction mentale que le lecteur a opéré. C’est assez bluffant et l’on se prend à réfléchir au propos et à la vérité cachée dans ses pages bien après avoir refermé le volume. Car raison, folie, séduction et mensonges, temporalités décalées se mélangent allégrement dans ses pages, renvoyant au loin les caractéristiques du récit classique. Tout s’emboîte avec un savant mélange d’ellipses, de fausses pistes pour donner un remue méninge redoutable et terriblement addictif.

Le mélange des genres littéraires est très bien mené, l’un ne supplantant jamais l’autre dans une langue admirable de finesse, de préciosité et de technicité. Loin d’être rebutant et artificiel, ce style unique donne un charme incroyable à un ouvrage parfois vertigineux qui ne cède jamais à la facilité. Loin des artifices éprouvés en terme de séduction littéraire, on est ici dans une œuvre entière, brute et réfléchie en tant qu’objet artistique pur. Plaira, plaira pas ? Peu importe, l’auteur nous livre ici son histoire, sa vision des choses. La prise de risque est énorme et personnellement, j’ai totalement adhéré, retrouvant nombre de références à d’anciennes lectures et cours de fac passionnants. Une vraie et très belle découverte que j’invite chacun à tenter si vous aimez les chemins obscurs et les lectures déviantes.

Posté par Mr K à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,