Couv-Colorado-Train1

L’histoire : La poussière rouge. Les sombres Rocheuses. L'Amérique profonde, tout juste sortie de la Deuxième Guerre mondiale.

C'est dans ce monde-là que grandissent Michael et ses copains : le gros Donnie, les inséparables Durham et George, Suzy la sauvage.

Ensemble, ils partagent les jeux de l'enfance, les rêves, l'aventure des longs étés brûlants... Jusqu'au jour où un gosse de la ville disparaît. Avant d'être retrouvé, quelques jours plus tard... à moitié dévoré.

Aussitôt, la bande décide d'enquêter.

Mais dans l'ombre, le tueur - la chose ? - les regarde s'agiter. Et bientôt, les prend en chasse...

La critique de Mr K : Une lecture young adulte aujourd’hui pour ma pomme, un genre que je n’explore que rarement. Colorado Train de Thibault Vermot m’a accroché par sa quatrième de couverture qui m’a irrémédiablement fait penser à la trilogie culte de Stephen King Ça et à la topissime série Stranger things qui nous a totalement rendus accros Nelfe et moi. On retrouve le même genre d’éléments de base ici pour au final un résultat plutôt mitigé comme je vais vous en faire part tout de suite.

Au centre de l’histoire, une bande de gamins dans une petite ville américaine en 1949. Chaque membre a sa personnalité propre, ses ennuis mais tous se tiennent chaud face à l’adversité : l’un se fait harceler par le caïd du collège, une autre a un père violent suite à un traumatisme subi dans sa fonction de policier, l’autre a perdu son père mystérieusement disparu des années plus tôt. Ils vaquent à leurs occupations de jeunes de 13 / 14 ans avec une insouciance propre à leur âge : sortie en bande, grillades, parties de pêche, expérimentations hasardeuses (le passage avec la fusée est énorme), naissance du désir physique pour certains, preuves d’amitié forte pour d’autres. Malgré les accrocs de la vie, ces jeunes sont plutôt heureux et se tiennent chaud. Les cent premières pages du roman plantent le décor, distillent l’ambiance campagnarde US de l’époque et nous présentent toute une galerie de personnages plutôt attachants à part peut-être Don qui a l’art de s’exprimer comme un charretier et gave assez vite le lecteur.

Il faut donc attendre un petit peu avant que le roman démarre vraiment avec une découverte macabre peu ragoûtante. Le cadavre à demi dévoré d’un gamin du coin est retrouvé semant la peur dans les cœurs et les esprits. Bien que la victime ait été peu appréciée par la bande, cela aiguise la curiosité et la fibre fouineuse des héros qui débutent une enquête qui pourrait bien les mener à leur perte. Surtout que la menace est belle et bien là, l’auteur alternant les chapitres mettant en scène les mômes avec d’étranges courtes pages nous plongeant dans l’esprit dérangé du prédateur. Homme, bête, monstre folklorique ? On se pose tout d’abord pas mal de questions, le suspens montant crescendo au fil de ses apparitions aussi brèves que traumatisantes. Au fil des pages, l’étau se resserre sur Michaël et ses camarades et le final haletant va les mettre en grand danger.

Comme dit précédemment, il y a tout pour faire un bon roman ici : un thriller maîtrisé et mené de main de maître en terme de suspens même si les rebondissements ne sont finalement pas si nombreux. Les personnages se suivent avec plaisir et sont bien rendus notamment dans leurs évolutions intérieures et leurs ressentis qui sont fort bien ciselés. On a envie d’y croire et même si l’on tombe souvent dans la caricature et les figures tutélaires du genre (impossible de ne pas penser aux œuvres susnommées), on flippe pour eux assez vite car la menace insidieuse rode autour d’eux. Le rythme est soutenu, ne laissant que peu de temps mort au lecteur prisonnier d’une histoire classique mais rondement menée. Peut-être même trop car la fin semble avoir été lâchée bien trop vite, sans réel développement ultérieur qui laisse un peu le lecteur sur sa faim et abandonne quasiment lâchement les personnages que l’on a appris à apprécier.

Et puis durant la lecture, un certain malaise m’a habité et empêché de totalement adhérer à l’ouvrage. D’une part le langage un peu trop vert de certains personnages et le parti pris de raconter l’histoire avec un vocabulaire d’jeuns. Parfois à la limite de l’anachronisme, exagéré et superficiel, il empêche véritablement le roman de décoller et de frapper les esprits comme un Stand by me de Stephen King. Ensuite, certaines situations ne sont pas crédibles, ainsi alors qu’un tueur rode, les parents ne font pas plus attention que ça à leurs enfants et les policiers ne semblent pas se bouger énormément pour retrouver l’assassin d’un gamin. Dommage dommage, cela enlève quelques points de plus à un pitch de départ pourtant séduisant.

Dans ces conditions, je ne suis pas sûr que je donnerais à lire cet ouvrage en priorité à un môme adepte de thriller et de lecture. La faute à un parti pris risqué en terme d’écriture et de narration (la familiarité de quasi tous les instants, pourtant je ne suis pas du genre à me choquer facilement) et des éléments de background mal maîtrisés qui enlisent l’ensemble. Loin d‘être pour autant une purge, ce n’est qu’un chouette petit roman qui trouvera sans nul doute ses adeptes mais qui m’a finalement plutôt laissé de marbre. À tenter si le coeur vous en dit !