Couleurs-de-l-incendie

L’histoire : Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d'un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.

Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d'autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l'incendie qui va ravager l'Europe.

La critique de Mr K : Un Pierre Lemaître ne se refuse pas, d’autant plus quand il s’agit du deuxième tome d’une trilogie débutée avec brio par un Au revoir là-haut dont je ne me suis toujours pas remis et qui avait mérité amplement son prix Goncourt. Avec Couleurs de l’incendie, l’auteur continue de traverser l’Histoire avec la famille Péricourt pour offrir au lecteur une saga familiale qui prend aux tripes et explore sans fard les vicissitudes de notre espèce. Une nouvelle réussite éclatante !

Madeleine Péricourt enterre son père. Marcel, patriarche de la famille était à la tête d’un empire financier florissant et du jour au lendemain, sa fille doit en assumer la direction tout en s’occupant de son fils Paul qui, à cause d’un geste de désespoir, va devenir invalide. Très vite les requins flairent la bonne affaire, s’agitent et jouent de leur influence pour capter une part de l’héritage du défunt. Dans ce monde sans scrupule, à l’aube de la première grande crise économique du monde contemporain, Madeleine va devoir lutter pour préserver sa position et les siens, se débattre avec sa condition de femme et les freins que cela implique à l’époque, et surtout se méfier de ses proches et même de sa propre famille tant la spéculation et l’appât du gain prennent le pas sur la morale la plus élémentaire. Composé de 530 pages, ce roman se lit d’une traite avec une passion et un intérêt qui ne se dément jamais mais cela ne vous surprendra guère quand on connaît les talents de conteur de Pierre Lemaitre.

Œuvre complexe mais d’une générosité sans bornes, Couleurs de l’incendie est tout d’abord une œuvre romanesque d’une force narratrice incroyable. Lorgnant sur Dumas (Lemaitre le revendique en postface) et clairement dans l’étude sociologique à la Zola (un de mes auteurs classiques préférés), on se prend au jeu très vite grâce notamment à des personnages ciselés au cordeau qui emportent l’adhésion dès les premiers chapitres. Qu’ils soient victimes ou coupables, tous sont fouillés, proposant des existences tantôt flamboyantes, tantôt précaires mais toujours profondément humaines. Réalistes, repoussants ou attirants, les personnages nous entraînent dans les sillons des eaux troubles où tous les coups sont permis et où la fatalité n’a nulle place. Car ils s’agitent nos personnages, ils se débattent, avec une énergie folle abattant les frontières établies et bouleversant les équilibres.

Vous l’avez compris, on ne s’ennuie pas ici, les rebondissements et acteurs sont nombreux offrant une aventure peu commune qui laisse des traces bien après la lecture. Deuil, trahison, haine mais aussi amour et conscience de l’autre se mêlent à travers des figures classiques du roman qui prennent vie devant nous avec une force inouïe : Madeleine, héroïque à sa manière, va se révéler à elle-même et devenir impitoyable, on adore détester son oncle Charles Péricourt parasite de haut vol qui ne cesse d’avoir des vues sur les avoirs de notre endeuillée, on découvre la face cachée de toute une série de personnages qui chacun à sa manière cherche à s’en sortir tout en cachant un passé non avouable. Dans ce domaine, l’auteur va très loin, ce qui est très salutaire et jusqu’au-boutiste (tout ce que j’aime !). Et oui, la pire des crevures prend ici une dimension particulière, on a beau les vouer aux gémonies, on s’attache à eux aussi et l’ensemble dégage une cohérence et une force d’adhésion assez jubilatoire.

C’est aussi un ouvrage qui livre une belle vision de l’époque, l’auteur évoquant avec justesse et vérité une entre deux guerres aux deux visages : le soulagement de la paix et la montée du capitalisme libéral. Et pendant que les fascismes montent dans les pays voisins, les boursicoteurs s’en donnent à cœur joie sans savoir encore la mise en péril qu’ils vont provoquer en 1929. Très vite les pratiques frauduleuses et les scandales éclaboussent les puissants, c'est tout un background fort riche que l’auteur retranscrit à merveille avec un sens de la concision et de la pédagogie, sans lourdeur et très bien intégré au récit principal qu’il enrichit et densifie au maximum. C’est brillant, intelligent et sans concession. On retrouve d’ailleurs la verve engagée d’un auteur inspiré par son sujet et qu’il dépasse en proposant une analyse fine et sans filtre des inégalités de la société, la paupérisation des plus fragiles au profit d’une caste bourgeoise accrochée à ses privilèges politiques et financiers, la manipulation des masses par des médias en pleine expansion, le culte de soi et de l’argent roi au détriment de la morale et des droits fondamentaux de l’être humain. Là encore, la simplicité est de mise, sans paillettes et dans un style inimitable.

Dans ce domaine, Pierre Lemaitre porte excellemment son nom. L'écriture est souple et aérienne, à l’occasion facétieuse et caustique. On prend un pied monstrueux à lire l’ouvrage qui se déguste sans fin, rompant avec le rythme ordinaire des heures et des occupations journalières. C’est bien simple, le temps n’existe plus laissant la place à une addiction profonde et sans échappatoire. Ouvrage dense, remuant et attachant, Couleurs de l’incendie rejoint la bibliothèque des grands romans, ceux dont on se rappelle longtemps après leur lecture et qui marquent une vie de lecteur. Merci Monsieur.

Lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm Éclairé :
- Robe de marié
- Au revoir là-haut
- Trois jours et une vie