héloiseouillejeanteulé

L’histoire : En l'an 1118, le célèbre théologien Pierre Abélard est sollicité par un influent chanoine pour parfaire l'éducation de sa ravissante nièce, Héloïse. D'une réputation irréprochable, Abélard n'a qu'une seule et unique maîtresse : la dialectique. Mais les charmes irrésistibles d'Héloïse s'apprêtent à lui faire découvrir une dimension jusqu'alors inconnue : l'amour fou, quel qu'en soit le prix à payer. Le plus grand logicien de son temps et sa jeune et brillante élève se laissent alors emporter par une passion au-delà de toute rationalité.

La critique de Mr K : Retour à Jean Teulé avec cet ouvrage que j’avais loupé lors de sa sortie en librairie et que j’ai dégoté à un prix fort sympathique lors d’un chinage en douce compagnie. Teulé, c’est un trouvère des temps modernes, un sacré faiseur d’histoires qui aime l’Histoire. Avec cet ouvrage, il s’attaque à du lourd, du très lourd : la mythique liaison entre Pierre Abélard et Héloïse. Loin de se laisser décontenancé par la tâche, l’auteur au contraire se lâche comme jamais et a divisé ces lecteurs avec un ouvrage très très rabelaisien pour rester poli.

L’histoire d'Heloïse, ouille ! débute avec la première rencontre entre le célèbre professeur philosophe et une jeune fille dont l’éducation lui a été confié. Très vite, les deux tourtereaux ne vont pas se contenter de réciter des leçons mais vont plutôt explorer les arcanes du Kamasutra, au nez et à la barbe du tuteur légal de la jeune fille. Cela se termine par une mutilation très douloureuse, une rupture et le retrait du monde pour les ordres. Mais quel histoire, quel destin ! Amour, sexe, jalousie, vengeance, nostalgie, retraite hors du monde sont au programme d’un livre virevoltant et totalement borderline mais tellement vivant.

Clairement, l’ouvrage peut se diviser en deux et beaucoup de lecteurs ont été choqués / rebutés par la première partie qui fait la part belle aux ébats amoureux version porno rabelaisien. C’est crû et frontal, l’auteur n’y allant pas par quatre chemins et s’amusant à décrire les moindres fantaisies érotiques des deux amoureux. Le déballage est entier, longuet certes mais assez virtuose dans son genre. Si le sexe en littérature vous laisse froid ou pire vous choque, passez votre chemin. Rien de gratuit dans le procédé pour autant, le cul a ses vertus et ici, il sert magnifiquement la passion que se vouent mutuellement Pierre et Héloïse, passion jusqu’auboutiste et destructrice qui va finir par déboucher sur un drame.

Car toute passion finit par s’évanouir pour céder la place aux regrets et à la nostalgie. La deuxième partie du roman change du tout au tout en offrant un récit plus classique, suivant la grande Histoire en y distillant quelques saillies (sic) bien senties comme sait si bien le faire un Teulé amoureux de son sujet. Comme souvent, l’évocation historique est assez fidèle à la réalité malgré quelques formulations volontairement anachroniques pour dynamiser le récit. La matière originelle est suffisamment riche pour fournir un roman passionnant et on se plaît à contempler les tableaux riches en couleur que peint un auteur épris d’Histoire et de détails culturels. Rentrant dans l’intimité des gens, des castes et notamment des plus puissants, on retrouve de vieux souvenirs d’école lorsque l’on étudiait encore l’absolutisme et le Moyen-âge. Je m’y suis totalement retrouvé et le charme a fonctionné à plein.

D’une lecture aisée et rapide (si la première partie ne vous rebute pas), on retrouve tout le talent de compteur de Jean Teulé qui transfigure son sujet pour proposer un roman à la fois drôle et cruel. On alterne vraiment les émotions et en fin de lecture, on s’amuse à aller consulter une biographie d’Abélard pour confronter vérité historique et sujet de roman. C’est assez bluffant de voir la manière dont Teulé a essayé de compléter certains vides et éléments absents et c’est plutôt réussi. Une bonne lecture, pas ma préférée de l’auteur (ces livres sur Villon et le Montespan sont indépassables à mes yeux) mais on passe vraiment un moment surprenant entre Histoire et érotisme. Le cocktail a bien fonctionné avec moi, en sera-t-il de même avec vous ? À chacun de tenter sa chance si le cœur (ou autre chose…) vous en dit !

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm Éclairé :
Darling
Je, François Villon
Charly 9
Mangez-le si vous voulez
Le Montespan
Fleur de tonnerre
Le Magasin des suicides
- Les Lois de la gravité