lundi 7 août 2017

"Temps glaciaires" de Fred Vargas

Temps-glaciaires

L’histoire : Le printemps s’annonça par un triolet de suicides. Une même signature laissée près des victimes, un étrange symbole en forme de guillotine.

Pour le commissaire Adamsberg et ses adjoints Danglard et Retancourt, c’est le début d’une enquête débridée qui les conduira des arcanes d’une étrange société, férue des écrits de Robespierre, aux terres lointaines et embrumées d’Islande.

La critique de Mr K : Ça faisait bien deux ans que je n’étais pas retourné voir du côté de chez Fred Vargas et son si charismatique commissaire Adamsberg. Il faut dire aussi qu’elle n’en a pas écrit 36 et que j’ai bien avancé dans sa bibliographie (sic). Temps glaciaires est son avant dernier ouvrage paru à ce jour et c’est une fois de plus Nelfe qui m’a sauvé la mise en dégotant cet exemplaire poche lors d’un chinage solo ! Oh gloire, oh joie ! Je pouvais enfin suivre la suite des aventures d’Adamsberg et de tous ses collègues hauts en couleur !

Quoi de mieux que de déguiser un meurtre en suicide pour éviter les poursuites policières ? L’assassin l’a bien compris et multiplie les passages à l’acte pour poursuivre un obscur objectif. Manque de chance pour lui, l’affaire finit par atterrir sur le bureau d’Adamsberg et celui-ci, une fois de plus bien inspiré, ne croit pas à la thèse des suicides. Commence alors un long cheminement pour découvrir la vérité avec son lot de pistes sérieuses ou non, d’atermoiements face à des témoins parfois non fiables, une équipe qui laisse apparaître quelques fêlures en son sein et un Adamsberg toujours aussi nébuleux qui se complaît à rester mystérieux dans ses démarches ; pas de doute, on y est, c’est du Vargas !

Lire cette auteur, c’est tout d’abord retrouver une sacrée bande de personnages. C’est toujours un plaisir de retrouver Adamsberg, doux rêveur devenu commissaire qui mène ses enquêtes de main de maître tout en désarçonnant ses coéquipiers par un lâcher prise à toute épreuve et une apparente déconcentration. Rien de nouveau dans cet ouvrage sur sa vie personnelle (cet opus se base essentiellement sur l’enquête en elle-même contrairement à certains tomes précédents) mais de beaux moments de réflexion du fonctionnaire de police sur lui-même et surtout sur la nature humaine. Les ressorts de l’investigation vont en effet le confronter à ce qui peut être de pire en nous, il lui faudra toute son inspiration et l’appui de ses collègues pour dénouer cette boule d’algues séchées que représente cette affaire.

Mais il est bien aidé, il peut ainsi compter sur le savoir encyclopédique de Danglard, son adjoint amateur de bon vin blanc et d’étalage excessif de culture. Ce duo fonctionne toujours aussi bien, le contraste étant saisissant entre le commissaire planant à 10.000 lieues et le méticuleux / rigide Danglard. Rajouter dessus Violette Retancourt toujours aussi solide qu’un roc, Veyrenc et son esprit incisif, Mordent l’amateur de conte, Voisinet l’ichtyologue de l’équipe, Estalère le narcoleptique, un sanglier peu farouche et le fidèle chat du commissariat qui fait éternellement la sieste sur la photocopieuse. Chacun (y compris le félin) vont apporter leur pièce à l’édifice, les retrouver c’est un peu comme revenir en famille, retrouver des proches trop longtemps éloignés. La magie opère de suite, l’amateur est définitivement accroché au bout de quelques pages.

Le focus se fait très vite sur deux pistes que semble tout séparer : un cercle d’amateurs de Robespierre et la lointaine Islande. Ce fut l’occasion pour moi de réviser quelque peu la biographie de ce prince la vertu sanguinaire et de croiser des personnages interlopes que la passion peut aveugler et rendre complètement branque. À ce propos, les passages mettant en scène les reconstitutions de discours sont impressionnantes et certaines discussions valent leur pesant d’or. Et puis, d’un autre côté, il y a cette mystérieuse expédition en Islande qui s’est mal terminée et qui pourrait expliquer cette série de meurtres. Mais les informations sont lapidaires, faussées. Qui dit vrai ? Qui ment ? Véritable imbroglio, cette piste va forcer Adamsberg à s’écarter du droit chemin, à tenter un nouveau coup de poker. Les tensions vont s’accumuler au fil des pages pour mener vers un final aux révélations nombreuses et à la limite de la rupture au sein de l’équipe.

C’est un gros volume que cet opus mais il se lit d’une traite tant on est happé par l’ambiance et les personnages. On se plaît à pénétrer dans les couloirs et pièces du commissariat, à errer en plein no man’s land sur une île islandaise isolée où plane une mystérieuse malédiction et à assister à la vie quotidienne de l’équipe d’Adamsberg. C’est très fin, hypnotique dans la façon de tourner parfois en rond, poétique à l’occasion lorsque l’on partage les pensées d’Adamsberg et très efficace en terme de roman policier. La langue merveilleuse de l’auteur y est pour beaucoup, derrière l’aspect parfois frustre des dialogues se dégage une humanité de tous les instants, un digne reflet du monde de l’intime et un bonheur de lecture renouvelé à chaque page. Vous l’avez compris, ce roman est dans la lignée des précédents et sa lecture me paraît essentielle pour tout amateur de l’auteure et/ou du genre.

Déjà lus, appréciés et chroniqués du même auteur :
L'Homme à l'envers 
Sous les vents de Neptune
Dans les bois éternels
Un lieu incertain
L'homme aux cercles bleus
Coule la Seine
Sans feu ni lieu
Ceux qui vont mourir te saluent
- L'Armée furieuse

Posté par Mr K à 15:59 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,