vendredi 5 mai 2017

"Niourk" de Stefan Wul

 

niourkbilal

L’histoire : Un jour, dans la tribu de Thoz, le Vieux décide de tuer l’Enfant noir. Simplement parce qu’il le gêne, parce qu’il est différent des autres. Alors, l’Enfant noir s’enfuit. Il s’enfuit vers Niourk, l’ancienne ville de New York où ne subsistent plus que des ruines et d’étranges mécanismes.

Quête semée d’embûches : sur cette terre ravagée par un cataclysme, l’Enfant noir doit faire alliance avec un ours, et combattre de monstrueuses pieuvres mutantes. Grâce à elles, il acquiert une intelligence fabuleuse, des pouvoirs multipliés. Quand il revient vers sa tribu, l’Enfant noir est devenu l’égal d’un dieu...

La critique de Mr K : Voici un roman jeunesse précédé d’une flatteuse réputation que je trouvai inopinément lors d’un chinage de plus. Je connais déjà l’auteur notamment grâce à son titre le plus connu Oms en série (aka La Planète sauvage dans sa version cinématographique) qui m’avait grandement charmé lors de ma lecture. La couverture de Bilal aidant, l’oeil accroché par le visuel puis l’esprit charmé par la quatrième couverture, je décidai de me lancer dans l’aventure post-apocalyptique proposée ici.

Dès le premier chapitre, on plonge dans le chaos. Les hommes semblent être revenus à l’état sauvage. C’est ce que l’on peut constater avec les premières pages qui font la part belle à la description du mode de vie de la tribu Thoz où se trouve un mystérieux enfant noir, mis au ban de cette société primitive à cause de sa différence. Peuple de chasseurs cueilleurs, ils vivent dans la plus grande précarité et selon un schéma de vie simplissime : la chasse est la vie, les femmes servent à la procréation, les hommes ramènent la pitance pour eux et leurs chasseurs de collègues, les femmes et les enfants se contentant des rogatons, s’il y en a.

Mais voila qu’un jour, le sage du village décide de la mise à mort de l’Enfant noir qui porterait le mauvais œil sur le groupe. Le jeune garçon décide de suivre ses traces lors d’une expédition vers une étrange cité qui serait habitée par les dieux. Une fois sur place, il va aller de découverte en découverte, ouvrant son regard et son esprit vers un glorieux passé désormais révolu. Il en reviendra définitivement changé, plus fort, plus sensible et plus intelligent. Les rôles vont s’en retrouver inversés et un long exode commence vers Niourk, cité mythique située en bord de mer. Les héros du roman ne sont pas au bout de leurs surprises !

Ce livre se lit d’une traite et sans temps mort. Histoire classique mais universelle qui voit l’opprimé prendre son destin en main et renverser la tendance, Niourk a un charme fou. L’écriture y est pour beaucoup et Wul s’avère très bon pour s’adresser à un jeune public sans pour autant trop filtrer son écrit au nom d’une quelconque morale cucul. C’est franc et direct, parfois cruel mais jamais gratuit avec au final une belle leçon de tolérance et une ode à la connaissance lors de l’évolution en accéléré du jeune héros (le passage sur l’apprentissage du langage - 2 pages - est une merveille). Le rythme est rapide, parfois haché par des ellipses bien pensées dont le contenu est révélé par la suite par le croisement d’autres points de vue (parfois très improbables d’ailleurs, le passage avec le jaguar est assez bluffant).

L’univers post-apocalyptique est ici saisissant de réalisme et montre du doigt une fois de plus l’incurie des hommes face aux dangers qui menacent notre si belle planète. Pollution et mutations ont crée un monde vide d’êtres humains, où la nature a repris ses droits sur les hommes et leurs constructions. Cela donne aussi bien de belles sessions de terreur face à des menaces naturelles que de belles pages descriptives de mondes disparus dont des métropoles totalement automatisées où ne subsistent qu’une Intelligence Artificielle continuant de fonctionner malgré le départ des êtres humains. L’auteur ne s’attarde pas trop pour autant sur les évolutions technologiques ou les scènes d’action, ce roman s’apparente plus à un voyage initiatique jalonné d’étapes clefs dans la construction et le développement de l’Enfant noir et son retour parmi les siens qui va tout changer. C’est beau, brillamment pensé et très bien construit même si je dois avouer que j’ai trouvé la pirouette finale trop rapide, l’ouvrage méritant sans aucun doute une vingtaine de pages supplémentaires pour être un réel incontournable. Reste un petit goût d’inachevé au milieu d’un océan de qualité.

Pour autant, le plaisir est là, l’efficacité au RDV et c’est un voyage bien étrange qui nous est proposé. Je pense que cet ouvrage peut être une très belle première marche pour un jeune qui déciderait de découvrir la SF en lecture. Facile d’accès, il représente avec goût et talent le genre post-apocalyptique sans galvaudage ni exagération. Une lecture intéressante et réussie que je ne peux que vous conseiller !

Posté par Mr K à 19:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,