premier contactL'histoire : Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions.
Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain...

La critique Nelfesque : "Premier contact" est le dernier film que nous sommes allés voir au cinéma en 2016 et je ne sais pas si c'est mon coup de coeur de l'année (je n'ai pas regardé ça de plus près) mais une chose est sûre c'est que ce film m'a énormément marquée. Histoire, ambiance, réalisation, bande son, rythme, jeux d'acteurs... Tout est là, tout est cohérent.

Et ce sentiment d'être devant un film qui compte, qui ne ressemble à rien de ce que l'on peut voir actuellement sur nos écrans et qui va me taper en plein coeur, je l'ai ressenti dès les premières minutes. On découvre Louise, dans des moments de sa vie passés en accéléré, des moments forts et durs où elle va apprendre la maladie de sa fille et la perdre. C'est très court, c'est silencieux et pour autant c'est d'une efficacité terrible sans s'encombrer de pathos. Je me suis dis à ce moment précis que j'étais au bon endroit et que j'allai prendre une sérieuse claque. Avoir la larme à l'oeil en moins de 2 minutes, parce que viscéralement une oeuvre vous parle par son esthétique, son approche et les sentiments qu'elle véhicule, c'est une expérience très forte.

premier contact 3

"Premier contact" est l'histoire d'étranges objets / vaisseaux arrivés en même temps à différents endroits de la planète. Ils sont "posés" là, en lévitation à quelques mètres du sol, ne bougent pas, n'émettent aucun son. Sont-il habités ? Pourquoi sont-ils là ? Que va-t-il se passer ? La parano envahit le monde, les populations se fractionnent, les états doivent réagir vite. Dit comme ça, c'est un banal film de SF. Détrompez-vous, "Premier contact" est beaucoup plus que cela.

Finalement, nous ne voyons que très peu cet aspect extérieur et le film est focalisé sur l'étude d'un de ces objets aux Etats-Unis. Avec un parti pris très intimiste, le réalisateur Denis Villeneuve, qui m'avait déjà scotchée avec "Prisoners", fait un focus sur l'équipe de recherche dont Louise, linguiste, fait partie. Le premier contact entre cette linguiste et ce physicien, nouvellement arrivés sur place, et le vaisseau est magistral ! Le spectateur ressent l'appréhension, la fascination, la curiosité, l'angoisse des protagonistes dans une scène à la réalisation parfaite autant par les choix de cadres que par la quasi absence de son. Superbe !

premier contact 1

Et tout le reste du film est à l'avenant. De mon point de vue, il n'y a rien à jeter ici, rien qui fait tiquer la spectatrice que je suis. On suit le travail linguistique et le dialogue qui est entrain de s'instaurer entre Louise et les créatures (superbes créatures et superbe façon de communiquer (promis j'arrête les superbes !)) avec passion. Pendant ce temps là, les autres pays réagissent d'une autre façon et l'urgence est palpable...

Pour autant, l'ensemble de ce long métrage n'est pas abscons, incompréhensible, froid et désincarné. Bien au contraire ! Plusieurs thèmes sont ici abordés tels que l'inconnu, le langage, le féminisme, le deuil... Tout un panel de sujets s'imbrique judicieusement et le personnage de Louise, jouée par Amy Adams, est savoureux. Un vrai rôle de femme dans un film de SF, à l'égal de l'homme et non pour le mettre en valeur. Une femme qui a un cerveau, qui s'en sert et qui ne se contente pas de courir avec des talons aiguilles. Ça fait du bien ! Merci Denis Villeneuve ! Un scénario original aussi bien foutu ça fait plus que plaisir, c'est indispensable au Cinéma !

premier contact 6

La critique de Mr K : 6/6. Quelle claque! Typiquement le genre de film qui marque durablement l’esprit et le cœur. On rentre ici dans ce que je préfère en film de SF : intimisme et universalisme se mêlent pour proposer un film hors norme, redoutablement scénarisé, d’une beauté à couper le souffle, l’ensemble laissant le spectateur complètement tremblant dans son siège, conscient d’avoir vu une œuvre à part qui rentre immédiatement dans le cercle fermé des films cultes de science-fiction.

Premier contact se déroule essentiellement via le point de vue du personnage de Louise, une linguiste surdouée qui est appelée par les autorités américaines pour tenter de communiquer avec des extra-terrestres qui viennent tout juste d’atterrir dans d’étranges vaisseaux dans 12 endroits bien distincts sur Terre. On ne voit pas l’arrivée des aliens à proprement parlé, le réalisateur préférant s’attarder sur les réactions des gens et surtout celle incrédule de Louise, une femme que la vie semble ne pas avoir épargnée. C’est lorsqu’elle se rend pour la première fois sur un des sites qu’on voit clairement à quoi a affaire l’humanité.

premier contact 2

En cela, ce film détone par rapport aux grosses productions en vogue du type Star Wars où l’action est au cœur de la SF et souvent au détriment de la profondeur du propos. Ici, malgré la gravité des faits entre présence alien imposante et réactions en chaîne dans le reste du monde (vues par des écrans que peut consulter l’héroïne à l’occasion), on se retrouve dans la bulle intimiste de la jeune femme entre éléments traumatiques personnels, prises de conscience et poursuite de ses recherches malgré une pression de plus en plus forte. Amy Adams explose l’écran par sa présence, son jeu d’actrice fin et son incarnation totale d’un personnage si fragile et si solide à la fois. Les autres acteurs ne sont pas en reste et crédibilisent Louise et le background installé avec finesse et rapidité par un réalisateur surdoué.

premier contact 4

Car ce film se veut réaliste par la façon de représenter la gestion de cette "crise". On imagine très bien que si demain le même postulat se présentait à la Terre, nous réagirions de la même manière entre puissances curieuses et avides de connaissances, celles qui ne réagiraient pas ou encore celles qui tenteraient d’éliminer cette présence malgré sa passivité. Tout est donc très bien rendu ici depuis la fac désertée par des étudiants fascinés par le phénomène à l’arrivée de Louise sur la base où elle va travailler et où toutes les mesures de sécurité sont respectées à la lettre et donnent à voir un protocole de mission tel qu’il pourrait être mis en place. Ce pendant pragmatique renforce lui aussi le personnage principal habité par sa foi absolue en la matière et la primauté du langage sur tout le reste.

Nous avions aimé Prisoners, j’ai personnellement adoré Enemy (Nelfe un peu moins), avec ce film  Denis Villeneuve nous a littéralement conquis et emporté loin. Pas de doute, ce réalisateur est un des plus doués de sa génération. Il est peut-être moins connu que d’autres comme Christopher Nolan par exemple mais ce film est une véritable prouesse scénaristique (à part un ultime retour de situation un peu short à mes yeux) et d’une beauté / inventivité de quasiment tous les instants. On ne compte plus les plans improbables et originaux qu’il donne à voir, l’alternance de pression et de relâche de la tension, ces longs silences qui saisissent le spectateur et lui donnent à penser, à réfléchir sur nombre de choses comme sa propre vie, le but d’une existence humaine et sur l’humanité en elle-même. Le véritable but des extra-terrestre une fois révélé apporte un début de solution ou du moins des pistes à suivre.

premier contact 5

On passe donc un excellent moment avec un réalisateur qui aime balader son public, lui propose un film magnifique en terme formel et l’incite à réfléchir, le tout sans jamais sacrifier au plaisir simple du cinéma : c’est à dire divertir et faire rêver. Un grand et beau moment à voir absolument au cinéma.