001

L’histoire : "Ma Chère Jeanne,
J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime. Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître. Savoir ce que je suis... certains diront un monstre. D’autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé. Beaucoup jugeront, condamneront. Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l’espère.
Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous. Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle.
Juste le temps de la tuer..."

La critique de Mr K : Si ce pitch n’est pas un appel à la lecture, je ne m’y connais pas ! Bien que moins versé dans le thriller que ma douce Nelfe, quand l’occasion s’est présentée de lire Terminus Elicius, je n’ai pas hésité une seconde et croyez-moi j’ai bien fait ! Cela me permettait également de découvrir une auteure fortement appréciée qui dans cette réédition du roman (il date originellement de 2005) a ajouté une petite nouvelle en lien plus ou moins direct avec la trame du roman. Suivez-moi dans ce voyage au bout de la nuit entre folie galopante et enquête qui piétine.

Jeanne contemple sa vie comme un passager du train qu’elle prend régulièrement pour aller travailler dans un commissariat de quartier de Marseille. Simple agent administratif, sa vie est réglée comme une horloge entre son travail et sa mère. À côté de cela pas grand chose, le vide immense de sa vie affective et une tendance à la maniaquerie qui s’observe au détour de certains tics et de certaines réflexions internes de la jeune femme. Tout change, le jour où elle trouve une étrange lettre qui lui est adressée à la place habituelle qu’elle occupe chaque soir lorsqu’elle rentre en train chez elle. C’est une déclaration enflammée de quelqu’un qui dit la connaître et qui entame une vengeance terrible. Très vite, elle se rend compte que l’expéditeur est un redoutable tueur en série poursuivi sans succès par les policiers de son commissariat. Attirance déviante et jeune femme à la personnalité étrange au passé mystérieux, meurtres sanguinaires sans lien évident entre eux, flics aux abois au bord de la crise de nerf, voila le programme de ce thriller magistralement mené.

Et pourtant, lors des cinquante premières pages, je me disais que tout cela sentait le réchauffé avec une tendance à la répétition notamment sur les descriptions du paysage que Jeanne entr'aperçoit par la fenêtre de son wagon et qui donne sur la belle bleue méditerranéenne. Les deux personnages principaux que l’on suit sont plutôt classiques et n'emballent pas le lecteur au départ.

Jeanne semble ne s’être jamais remis d’un drame épouvantable (Karine Giebel se garde bien de nous en dire plus avant la fin...), elle est étouffée par une mère-poule qui n’arrive pas à lui lâcher la bride et la jeune femme vit avec ses habitudes et ses obsessions. C’est remarquablement construit et le début lent va céder peu à peu la place aux révélations qui sont diaboliques dans leur genre. On monte beaucoup d’hypothèses dans sa tête, on se prend à imaginer toutes sortes de scénarios, la révélation nous prend de cours entre logique et passé qui ressurgit. Très attachante quoique des fois frustrante par son côté mollassonne, l’héroïne semble livrée à un jeu dont elle ne maîtrise pas les règles et plus les échanges épistolaires vont progresser, plus une chape de plomb l’enserre et va la pousser dans ses retranchements. Et croyez-moi, il vaut mieux éviter de l'énerver la Jeanne !

En contrepoint, on suit le capitaine Esposito, gloire locale de la police à qui l’on a confié cette affaire de meurtres sanglants en série. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il patine dans la choucroute entre vie personnelle morne et une enquête retorse qui pourrait bien mettre sa carrière en jeu. Son traitement est ultra-classique et ne réserve pas de réelle surprise mais à partir du moment où l’auteur le met en relation avec Jeanne, l’archétype prend toute sa valeur et les scènes entre les deux sont tour à tour déstabilisantes et touchantes. Drôle de joutes oratoires et de relation entre ces deux là, la suite ne va pas les épargner non plus. La pression monte vite et puissamment ne laissant que peu de répit et de solution.

Une fois que l’histoire a décollé, impossible de se détacher de ce livre que j’ai pratiquement lu d’une traite (la nuit venant il a fallu le remettre au lendemain). L’addiction est très forte, grâce notamment à un style certes pas inoubliable mais très efficace dans son genre. L’égrenage des journées sous forme de chapitres courts avec une écriture allant à l’essentiel donne un rythme haletant à l’ensemble entre révélations et introspections récurrentes dans l’esprit des personnages. Très bon page-turner, l’histoire ne prend pas le lecteur pour un imbécile et livre une conclusion assez épatante qui pour ma part m’a particulièrement touché par son caractère humain et profondément réaliste. Dans ce domaine, la nouvelle Aurore rajoutée en fin d’ouvrage est assez effroyable et mérite le détour elle aussi bien que pratiquement indépendante du roman d’origine.

Terminus Elicius est une très bonne lecture pendant laquelle on ne voit pas le temps passer et où l’histoire et les vies exposées attrapent irrémédiablement le lecteur captif d’une auteure ma foi fort douée. Je pense que j’y reviendrai bientôt.