eldorado-380502

L’histoire : "Aucune frontière ne vous laisse passer sereinement. Elles blessent toutes."

Pour fuir leur misère et rejoindre l'"Eldorado", les émigrants risquent leur vie sur des bateaux de fortune... avant d'être impitoyablement repoussés par les gardes-côtes, quand ils ne sont pas victimes de passeurs sans scrupules. Le commandant Piracci fait partie de ceux qui sillonnent les mers à la recherche de clandestins, les sauvant parfois de la noyade. Mais la mort est-elle pire que le rêve brisé ? En recueillant une jeune survivante, Salvatore laisse la compassion et l'humanité l'emporter sur ses certitudes...

La critique de Mr K : Cet ouvrage me faisait de l’œil dans ma PAL depuis déjà un certain temps. Oui je sais c’est la honte, il a très bonne presse et j’adore cet auteur. Mais voila, j’aime distiller le plaisir d’une lecture et je préfère laisser passer du temps entre deux lectures du même auteur pour que le plaisir des retrouvailles soit plus intense. On peut dire qu’ici ce fut le cas et même encore plus tant Eldorado touche au sublime dans sa forme et son fond, provoquant un choc émotionnel de tous les instants chez le lecteur irrémédiablement pris dans les filets d’un Laurent Gaudé au sommet de sa forme.

Nous suivons en parallèle deux personnages totalement opposés. D’un côté, nous avons un commandant des gardes côte italien qui suite à une rencontre impromptue va remettre en cause toutes ses certitudes et sa vie. De l’autre, Soleiman, un jeune africain en partance pour un monde meilleur, l’eldorado européen qui promet travail et richesse pour tous. Au fil du déroulé de l’intrigue, le destin va les porter vers la découverte de soi, la traversée de frontières qu’ils ne pensaient jamais pouvoir dépasser...

Ce livre n’est plus tout jeune, il date déjà de 2001 (que le temps passe vite !) mais il est malheureusement encore plus d’actualité avec le drame des migrants qui se perpétue d’une décennie à une autre. Eldorado a le grand mérite de nous décrire avec une acuité impressionnante le processus du départ, les causes et raisons mais aussi ce que l’on abandonne : une terre, une famille, une histoire et même une culture parfois. En suivant Souleiman le déraciné, c’est toute la détresse de ces populations en exil qui nous est donnée à voir sans fioritures ni pathos. C’est aussi l’occasion lors de son parcours pour rejoindre notre continent d’apercevoir l’ombre des passeurs et des réseaux qui les gèrent, les pratiques commerciales et mafieuses mises en œuvre qui s’engraissent sur la misère humaine et les espoirs suscités par l’attrait de l’Europe.

Le commandant Piracci fait lui le cheminement inverse. Suite à sa rencontre avec une réfugiée vengeresse, il décide de tout laisser tomber car il est las de sa fonction et de ce qu’elle implique. Il veut retrouver sa part de vérité, d’humanité et il part. Lui aussi va traverser une frontière et du coup se livrer brut au lecteur hypnotisé par son parcours atypique. Ce bloc brut s’effrite et se découvre au fil des chapitres qui s’égrainent avec une régularité d’horloger et le mènent vers un avenir incertain. Ce personnage est littéralement magnétique et possède une aura incroyable comme d’ailleurs la plupart des personnages de ce roman qui en compte peu finalement mais l’auteur a le don de les magnifier pour densifier la portée de son oeuvre.

Ce roman se trouve au carrefour du conte métaphysique, du récit initiatique et du mysticisme parfois. On retrouve le souffle lyrique qui m’avait embarqué dans La Mort du roi Tsongor, la langue à la fois épurée et porteuse de sens de Laurent Gaudé qui manie à merveille les mécanismes de la narration et propose à travers ces histoires singulières (et en même temps universelles) de revisiter les thématiques classiques de la vengeance, du sacrifice et de la rédemption. C’est vraiment puissant et cette lecture se révèle bouleversante. Impossible de relâcher le volume tant on est emporté très loin et assujetti à des émotions contradictoires. J’ai pour ma part terminé ma lecture complètement assommé et admiratif de la maestria en œuvre dans ce livre.

C’est donc encore une lecture essentielle et magnifique que celle de cet ouvrage de Gaudé qui livre ici une œuvre profondément humaniste, intimiste et à la fois universaliste. Un bonheur de chaque mot, de chaque ligne, un voyage au bout de nous-même à la découverte de soi et de l’autre. Un must !

Egalement lus et appréciés du même auteur au Capharnaüm éclairé :
"Je finirai à terre"
"La Porte des Enfers"
"Pour seul cortège"
- "La Mort du roi Tsongor"
"Le Soleil des Scorta" (il n'y a malheureusement pas de chronique car lu avant de tenir ce blog)