mardi 2 août 2016

"Le Nuisible" de Serge Brussolo

001

L'histoire : Un envoi anonyme vous raconte par le menu quelques faits de votre vie, de ceux que vous avez préféré cacher à votre femme, à vos amis et relations... Vous attendez logiquement que ce maître-chanteur très bien renseigné fasse connaître ses exigences.

Erreur. Votre correspondant vous veut du bien. Il vous révèle les trahisons dont vous êtes victime. Il vous suggère d'écrire la suite, d'imaginer la punition, de donner des ordres aux puissances de l'ombre... Il suffit de vouloir.

Georges, éditeur de "thrillers" à succès, ne résiste pas à la tentation grisante d'utiliser ce serviteur sans visage. Et nous entrons sur ses pas dans un labyrinthe où le chasseur et la proie, la victime et le bourreau, s'échangent indéfiniment les rôles dans un cauchemardesque jeu de miroirs.

La critique de Mr K : Retour vers un auteur que je pratique régulièrement et que j'aime toujours autant : Serge Brussolo. Avec Le Nuisible, l'auteur nous convie dans une histoire cauchemardesque lorgnant vers le thriller psychologique et la descente aux Enfers pour le personnage principal. 187 pages composent ce court roman qui se lit d'une traite et se révèle d'une grande efficacité. Brussolo a encore frappé !

Georges est éditeur et il a tout pour être heureux. Un métier qui le passionne (il a pris la suite de son père) et où il excelle, une femme charmante, un meilleur ami attentionné et une belle maison. Tout bascule, le jour où il reçoit un étrange manuscrit anonyme qui lui détaille par le menu, chapitre après chapitre des moments clefs de sa vie avec une rare précision. Le malaise commence à s'installer surtout que l'auteur inconnu lui donne des détails troublants sur ce qu'il a pu vivre lors d'un précédent mariage et sur d'hypothétiques événements qui mettraient à mal ses certitudes. La tension monte vite et Georges commence à sombrer... La question est simple : jusqu'où va-t-il aller ?

Au centre de l'ouvrage, on retrouve trois personnages principaux dont les rapports sont disséqués par l'auteur dont on connaît la science exquise de la caractérisation de personnage. Un soin tout particulier a été apporté au personnage de Georges dont on se rend compte qu'il a toujours eu un problème de confiance en lui et qu'il est soucieux jusqu'à la maniaquerie de l'image qu'il renvoie de lui-même. Quand sa vie bascule dans l'étrange, il s'enfonce progressivement dans une paranoïa extrême, retombe dans le pêché de l'alcool (il est des éléments du passé qui ne sont pas bons à remuer) et multiplie les interprétations possibles de ce qu'il lit et vit. On navigue vers la fin de l'ouvrage entre extrême affliction, folie et désordre caractériel comme je les aime, Georges est au bord du gouffre sauf qu'il ne connaît pas la nature exacte de la menace. Cela rend son personnage très attachant dans son aspect totalement borderline.

Pour mieux faire monter la pression sur le lecteur, Brussolo utilise des personnages secondaires qui par leur "normalité" accentuent la folie de Georges. Ainsi, sa femme aimante est un remarquable contre-point à la folie galopante de l'éditeur obsédé par les mystérieux écrits qu'il reçoit. Laurent le meilleur ami est aussi intéressant à suivre car en tant que médecin et ami il a un avis différencié sur la situation de Georges entre humour, piques ironiques et inquiétude. Se rajoute des éléments de fantastique larvé comme en a le secret l'auteur qui se plaît à jouer sur les faux-semblants et les contradictions de l'esprit humain. Le mélange fonctionne à plein régime perturbant durablement le lecteur pris en otage par une histoire maîtrisée à la conclusion implacable.

L'écriture tortueuse de Brussolo épouse à merveille l'évolution du personnage principal. Toutes les portes de l'esprit de Georges nous sont ouvertes sans censure ni détour. Complexes d'enfance, jalousie, craintes et peurs se côtoient dans des tableaux d'une grande sensibilité faisant la part belle à une personnalité en pleine déliquescence. La lecture est donc accessible au plus grand nombre mais pas facile dans son contenu, Brussolo nous livrant à nu un être humain en pleine crise. On est touché, mené en bateau et finalement totalement subjugué par ce récit. Une bonne pioche de plus pour moi en tout cas et toujours l'envie aussi forte de continuer à lire des ouvrages de cet auteur.

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé du même auteur :
"Le Syndrome du scaphandrier"
"Bunker"
"Les Emmurés"

"Avis de tempête"
"La Main froide"
"Pélerin des ténèbres"
"La Fille de la nuit"
"La Mélancolie des sirènes par trente mètres de fond"
"Le Livre du grand secret"
- "Trajets et itinéraires de l'oubli"