le-coma-des-mortelsL'histoire : Qui est Pierre ?
Et d'ailleurs se nomme-t-il vraiment Pierre ?
Un rêveur ?
Un affabulateur ?
Un assassin ?
Une chose est certaine, on meurt beaucoup autour de lui.
Et rarement de mort naturelle.

La critique Nelfesque : Des romans de Chattam, j'en ai lu quelques uns. J'en ai aimé certains, d'autres beaucoup moins. Avec "Le Coma des mortels", on touche le fond. Attention chronique 100% subjective et viscérale. Ce roman étant très "moi, je", je m'adapte !

En librairie depuis le 2 juin, j'ai lu ce roman avant sa sortie et depuis je ronge mon frein. Vendu comme un thriller (l'auteur a beau s'en défendre en promo, la maison d'édition l'annonce bien en thriller dans son argumentaire presse), cet ouvrage est une pure blague. Du thriller, il n'en a ni l'odeur, ni le goût. Aucun suspense, aucune tension. Un roman noir peut-être ? Non plus. Ou alors un très mauvais tant les personnages sont insipides et l'écriture médiocre. Chattam a énormément de fans et je ne doute pas que son dernier roman se vendra très bien grâce à son nom mais personnellement ça me met en colère de voir des premiers romans d'auteurs inconnus passer quasi inaperçus alors que ce sont de pures pépites et constater que "Le Coma des mortels", aussi mauvais soit-il, restera au box office des ventes pendant des semaines. Comment un auteur peut-il décemment sortir un roman pareil et enfler ses lecteurs ainsi ?

Je suis en colère car Chattam est à la base quelqu'un que j'aime bien mais plus on avance dans le temps, moins je le reconnais. Où est l'auteur de thriller talentueux de la Trilogie du Mal ? Où est passée sa noirceur ? L'auteur a voulu faire dans la nouveauté (chose qu'il avait déjà amorcé dans son précédant ouvrage) et il l'a clairement énoncé : "Le Coma des mortels" s'annonce comme un renouveau. Dorénavant il continuera sa route sans moi (ça ne lui changera pas sa vie mais ça me dégagera du temps pour lire d'autres romans).

Avec "Le Coma des mortels", Chattam apporte certes un vent de nouveauté dans son écriture mais certainement pas dans le genre ou la littérature en général. Ici, on surfe allègrement sur des vagues à succès : érotisme et religion. Ça parle cul, c'est cru, ça baise à tous les étages, ça émoustille peut-être certains lecteurs mais ça ne me fait pas plus d'effet qu'un roman-photo paru dans "Nous deux". Ah pardon, ici ça baise dans un cimetière comme ça c'est plus gothique et malsain. Vous les voyez les gros sabots ?

Parlons de l'histoire ? Elle tourne autour du narrateur qui se regarde le nombril sur presque 400 pages. A coup de leçons sur la vie et sur la religion, l'auteur nous assène des vérités comme on enfonce des portes ouvertes. Au forceps et sans aucune finesse, en invectivant le lecteur, en le repoussant dans ses retranchements (c'est l'intention de l'auteur même si ça fait flop). Exactement le même procédé qui m'avait ulcéré dans le final de "Que ta volonté soit faite"... Même cause, même conséquence, une envie folle de prendre le narrateur, Pierre, entre 4 yeux et lui dire qu'il n'a rien compris à la vie et que le monde ne tourne pas autour de sa petite personne. Merci pour la leçon mais tu pourras repasser !

"Mais sinon, y a des meurtres ou bien ?" Même si la 4ème de couv' annonce qu'on meurt beaucoup autour de lui et rarement de mort naturelle, les morts sont tellement noyées au milieu d'un trip narcissique et un style lénifiant que le lecteur passe complètement à côté. Sans vraiment être intéressée par le pourquoi du comment, assistant avec douleur au crash d'un auteur de renom, la lectrice consciencieuse que je suis (je crois que maintenant je vais m'autoriser à abandonner des lectures en cours parce que là c'est plus possible) compte les pages et veut en finir (pas avec la vie, je vous rassure). Oui Chattam m'a eue... A l'usure !

Avec l'arrivée du personnage d'Antoine, être bienfaiteur et petite bouffée d'oxygène dans cet ouvrage, j'ai cru que le vent pouvait tourner, que la magie allait opérer. Malheureusement, Antoine n'est que de passage et emporte avec lui mes espoirs...

Allez, on finira sur cette magnifique accroche de la maison d'édition à l'arrière du roman qui prouve une fois encore que le mieux est l'ennemi du bien :

Rebondissements incessants, métamorphoses, humour grinçant... Un livre aussi fascinant que dérangeant, en quête d'une vérité des personnages qui se dérobe sans cesse. Un roman noir virtuose dont l'univers singulier n'est pas sans évoquer celui d'un cinéma où David Lynch filmerait Amélie Poulain.

...

On n'a visiblement pas lu le même bouquin.

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé:
- "L'Ame du mal"
- "In tenebris"
- "Maléfices" (ah mais mince, je ne l'ai jamais chroniqué celui là...)
- "Les Arcanes du chaos"
- "La Conjuration primitive"
- "La Patience du diable"
- "Que ta volonté soit faite"