dimanche 29 mai 2016

Randonnées en Auvergne dans le Cantal (partie 2/3)

Dimanche dernier, je vous présentais notre lieu de villégiature en Auvergne et quelques randonnées accessibles dans la vallée de la Jordanne. Aujourd'hui, on continue l'exploration de cette belle région et on va monter un petit peu plus haut de 1500 à 1800 m d'altitude avec deux randonnées sur les puys alentours. C'est parti pour des marches un peu plus ardues mais tout de même familiales et l'exploration de célèbres spots auvergnats !

Puy Mary 2

Le Puy Mary :

Voici une des destinations phares du Cantal. Le Puy Mary culmine à près de 1800m d'altitude et différents chemins de randonnés y mènent. C'est un spot très prisé et bondé en été. Mieux vaut choisir son moment pour y accéder car le parking du col du Pas de Peyrol, au plus proche du sommet, est pris d'assaut et on peut croiser beaucoup de monde... Le Puy Mary est classé Grand site de France depuis 2012.

J'avais grimpé le Puy Mary quand j'étais gamine, avec mes parents. J'avais en mémoire une pente bien raide sur un tout petit chemin en terre et caillouteux. Mes photos de l'époque sont effectivement conformes à mes souvenirs mais depuis les années 80, l'accès au puy a bien changé.

Puy Mary 5

Le chemin menant au sommet a été aménagé. Il est plus large, en stabilisé, avec des marches et des passages en bois. On peut dorénavant croiser des randonneurs en sens inverse sans casser son rythme. Ça m'a fait bizarre au début mais c'est beaucoup mieux pour la préservation du site vue l'affluence qu'il peut y avoir sur certaines périodes (475 000 visiteurs de mai à octobre (ah ouais quand même)). Par contre, une chose n'a pas changé : c'est toujours aussi raide !

Puy Mary 4

Arrivé au sommet, on peut admirer le chemin des crêtes. Un paysage magnifique que certains ont décidé d'observer en parapente, une option que j'envisage pour un prochain voyage. Pour arriver en haut, je dois l'avouer, j'en ai vraiment ch***... Pour vous faire un rapide 3615 mavie et remettre les choses dans le contexte, je fais de l'asthme à l'effort. Dans la vie de tous les jours, je le gère très bien. Cela a été compliqué quand j'étais ado et qu'il fallait fournir des efforts intenses en EPS mais depuis, je me connais et je fais en fonction de mes capacités respiratoires. Maintenant adulte, je ne vais plus au bout de mes forces (les sportifs vont peut-être avoir du mal à intégrer cette idée), je n'ai rien à me prouver et quand je ne le sens plus, je diminue le rythme ou je m'arrête carrément. Bon, là, j'ai été prise au dépourvu... L'altitude, la chaleur, l'intensité de l'effort à fournir rapidement, le dénivelé violent par endroits... Il faut bien le dire, très vite, j'étais cramée ! Impossible de respirer, rouge pivoine avec des nausées... Autant vous dire que je n'ai pas vraiment pris de plaisir ici et ce qui est annoncé comme une "balade" d'1h aller / retour a été dans mon cas beaucoup plus long ! Je voulais atteindre le sommet, j'ai mis du temps, mais j'y suis arrivée !

Puy Mary 3
C'eut été dommage de rater ce panorama non ?

Nous sommes restés un moment à apprécier ces paysages bien mérités puis après un pique-nique nous sommes redescendu vers la Maison de Site et le bar (très important le bar, il faut s'hydrater, c'est primordial ^^). Nous avons ensuite continuer la randonnée sur le GR400 vers le nord et le Puy de la Tourte.

Puy Mary 1

Nous sommes ici entre 1600 et 1700m d'altitude mais le dénivelé est beaucoup plus doux. Le plaisir est plus grand pour moi et je peux profiter du paysage qui m'entoure, des petites fleurs, de l'air frais sur mon visage. Mr K, quant à lui, est toujours fringant, sur du plat ou sur des chemins à 45°, il est dans son élément (c'est ça d'avoir eu une enfance semi montagnarde !).

Puy Mary 6

Puy Mary 7

A l'occasion, on se pose dans une pente, on sort nos bouquins, on prend un petit goûter. C'est magnifique et on profite (sur Instagram, vous avez vécu ce moment en direct live) ! Et quand en plus on trouve des myrtilles en route, c'est le bonheur complet (oui il nous en faut peu).

Puy Mary 8
La preuve en image, c'est bien une Nelfe que tu vois là, en pleine chasse de myrtilles sauvages, une activité à haut risque !

Après quelques kilomètres, nous rebroussons chemin. Juste avant de redescendre vers le col du Pas de Peyrol, nous revoyons une dernière fois le Puy Mary qui m'a fait tant souffrir mais que je n'oublierai pas de si tôt.

Puy Mary 9

Le Puy Griou :

Deux jours plus tard, nous décidons d'aller randonner au Puy Griou, histoire de retrouver le GR400 et découvrir sa vacherie. Randonnée de 8km sur le papier avec 615m de dénivelé, nous l'avons cependant rallongé. Pourquoi ? Ben on s'est un peu paumé... Le balisage n'est vraiment pas top par endroits et nous avons croisé des randonneurs munis d'une carte IGN qui avait fait la même erreur que nous. On a pu donc débriefer sur le parcours et poursuivre. Je pense qu'on a plus frôlé ici les 12km mais entre sous-bois, hêtraies, estives et lande c'était très agréable. Pour ceux qui hésiteraient avec le Puy Mary, de mon côté, j'ai largement préféré cette randonnée ci et les panoramas sont tout aussi beaux (il faut dire aussi que là je pouvais respirer, ça aide).

Puy Griou 1
Pour cette randonnée, on gare la voiture à Saint-Jacques-des-Blats et on suit les panneaux.

Puy Griou 2
Passage dans les bois, au frais, puis dans la lande...

Puy Griou 3

Le Puy Griou apparait enfin. Nous sommes ici au centre des monts du Cantal. Les nuages jouent avec nous aujourd'hui et nous offrent une vision du site encore plus féerique. A près de 1700m d'altitude, il est assez impressionnant.

Puy Griou 4

On continue l'ascension, on croise des panneaux, nous sommes encore sur le bon chemin. Comme vous pouvez le voir, côté rando, dans le coin, on a vraiment l'embarras du choix.

Puy Griou 5

Puy Griou 6
La vallée de la Jordanne est toujours là, au centre de notre séjour.

Puy Griou 7

Puy Griou 8

Puy Griou 9

Y a pas de doute, nous sommes bien sur le GR400. Regardez plutôt... Mais qu'est ce donc ? Oh ! Le Puy Mary ! Nous étions un peu plus tôt un de ces petits bonshommes au sommet et profitons aujourd'hui du chemin des crêtes dans l'autre sens.

Puy Griou 10
Coucou les gars ! Ca va ? Pas trop dur ?

Puy Griou 11

Certains randonnent avec des ânes et c'est toujours un petit plaisir de croiser ces gentilles bestioles au détour d'un chemin. Une option super quand on marche en famille. Très pratique pour porter les sacs, ils plaisent beaucoup aux enfants. Bon par contre, un âne c'est super têtu et si il ne veut pas avancer, il n'avance pas. Il faut donc prévoir large niveau temps et ne pas être fermé à l'imprévu pour en profiter. Une autre manière de randonner qui peut aussi être bien agréable. A tester aussi !

Puy Griou 12

Puy Griou 13
(là ce ne sont pas des ânes hein, on est d'accord)

Puy Griou 14
Autre versant du Puy Griou, on continue sur le GR400.

Sur la fin de la randonné, il y a quelques passages périlleux dans le pierrier. Impressionnant quand on a le vertige (hein Mr K ?), si on suit bien le balisage et les cairns qui jalonnent la trace, normalement, ça se passe bien... La preuve, nous en sommes ressortis vivants et c'était assez rigolo de s'encourager entre randonneurs un peu impressionnés.

Puy Griou 16

Puy Griou 15

Heureusement, ce jour là, je pouvais compter sur les framboises sauvages pour me requinquer ! Un bon carburant et une nouvelle cueillette abondante, aussitôt récoltée, aussitôt engloutie. Miam !

Puy Griou 17

Puy Griou 18

Une nouvelle journée de rando s'achève. Encore de belles marches et de bonnes sensations. Décidément, le Cantal nous plaît et il est certain que nous y retournerons pour découvrir d'autres chemins de randonnée.

On s'arrête là pour aujourd'hui mais dimanche prochain, je vous réserve un dernier article sur la région avec un petit tour du côté du col de Prat-de-Bouc et du col du Pertus (1300 / 1400m sur le GR400 (encore lui !)) et une incursion dans la civilisation et les villes de montagne. Tout un programme !