star wars afficheL'histoire : Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un nouvel épisode de la saga "Star Wars", 30 ans après les événements du "Retour du Jedi".

La critique Nelfesque : Ah ! Le 7ème volet de la saga Star Wars, on peut dire qu'on l'attendait ! Et qu'on avait hâte de le voir ! Mais bon, comme on est un peu maso, on a attendu avant de nous ruer dans les salles. Justement pour éviter cette ruée... Devoir réserver sa place de cinéma plusieurs semaines à l'avance pour avoir une chance de voir un film dans une salle bondée de mangeurs de pop-corns, c'est au dessus de nos forces. Question de principes et de tranquillité.

C'est donc la semaine passée que nous sommes allés voir le film. Sans en lire quoi que ce soit pour ma part, en essayant d'éviter les articles sur le net et les spoilers à la radio (oui, même France Info s'y est mise). J'étais assez curieuse de découvrir ce 7ème opus et juger par moi-même si J.J. Abrams s'était ramassé ou au contraire apportait un nouveau souffle à la série. Avec tout le tapage qu'il y a eu autour de la sortie du film, les produits dérivés, les campagnes publicitaires, il n'y avait pas de droit à l'erreur et l'overdose n'était pas loin (je ne serai pas surprise de découvrir du PQ Star Wars...).

star wars

Dès les premières secondes, l'excitation monte. Le texte défile sur l'écran, les premières notes de musique du célèbre générique se font entendre, je n'en peux plus, j'ai 10 ans d'âge mentale !

On retrouve dans "L'Eveil de la Force", l'humour bien présent dans les volets 4, 5 et 6. Ça ne se prend pas au sérieux, ça joue, c'est efficace. Heureuse de retrouver Han Solo et Chewie, je n'ai pas non plus bouder mon plaisir à la découverte des nouveaux personnages. J'attendais au tournant celui de Rey, interprété par Daisy Ridley, ayant lu (et oui même en essayant de ne pas trop en voir, on finit toujours par tomber sur des infos (merci les réseaux sociaux!)) que c'était un personnage féministe. Oui... Alors... Bon... Comment dire... Quand une fille ne minaude pas, ne frise pas l'hystérie, ne court pas en talons aiguilles mais fait les choses par elle-même, se défend et prend ses propres décisions, on sort le drapeau "féministe" ? C'est ça l'idée ? Bon ben désolée hein mais elle se comporte tout simplement normalement ! Bienvenue dans le monde actuel !

star wars2

J'apprécie beaucoup la saga Star Wars mais ne suis pas une fan absolue. Je n'ai pas de petites culottes Dark Vador ni d'affiches du film dans mon salon. Pour autant, j'ai toujours pris beaucoup de plaisir à me plonger dans cette univers et avec "Le Réveil de la Force", j'ai retrouvé ce plaisir. Je ne crierai pas au génie (on est quand même dans une franchise ultra codifié) mais le réalisateur ne se moque pas des spectateurs avec ce nouvel opus. Les paysages sont superbes (ambiance Burning Man), le rythme est bien géré, les perso sont crédibles (bon mis à part peut être Kylo Ren qui ne fait pas flipper pour 2 sous avec sa tête de Mickey mais passons). La saga est repartie pour un tour et on voit déjà au final pointer quelques indices pour la suite. Une suite que j'attends donc avec impatience !

star wars5

La critique de Mr K : 5/6. Après une attente voulue pour éviter les foules et la frénésie qui régnait autour de l’événement, c'est le cœur enjoué et plein d'espérances que Nelfe et moi avons enfin été voir le dernier né d'une saga incontournable en matière de SF et surtout de space opéra. Je n'avais guère goûté les épisodes I, II et III très beaux visuellement mais plutôt creux et sans âme malgré de purs moments de délire dans chacun des épisodes et quelques persos marquants. Il me manquait le second degré, l'humour et l'esprit libre qui soufflait sur la trilogie originelle: je ne me suis jamais vraiment remis de mon premier visionnage du cultissime épisode V L'Empire contre attaque. Au final, le VII est le meilleur film depuis ce dernier et laisse augurer de belles suites malgré quelques légers défauts. Mais vous me connaissez, j'aime pinailler!

star wars4

Pour reprendre la réplique culte de Han Solo dans la bande annonce de Star Wars VII: L'Éveil de la Force, on est à la maison! J'ai retrouvé mon esprit d'enfant durant 2h15 que l'on ne voit pas passer, où le récit fait la part belle à la présentation de nouveaux personnages, des retrouvailles avec de vieilles connaissances adorées et des morceaux de bravoures transcendés par les techniques modernes d'effets spéciaux. Je me tairais sciemment sur les ressorts de l'histoire et ses nombreuses ramifications et pistes ouvertes, à chacun de les découvrir par soi-même le jour J mais on retrouve pêle-mèle: les drames familiaux, les deux factions rivales, la découverte d'un nouveau pouvoir par de jeunes pousses en devenir, nouvelles alliances et traîtrises iniques, technologie à gogo et menace insidieuse en marche.

star wars6

La réussite principale de ce film réside dans ses deux personnages principaux Ray et Finn, tous les deux porteurs d'un nouveau souffle entre interrogation sur soi et dépassement personnel pour progresser et trouver sa voie. Le ton est redevenu léger entre humour et drame, savant dosage d'orfèvre apportant nuance et crédibilité à deux individus attachants. Les deux acteurs sont impeccables, très justes, versant souvent dans l'auto-dérision, les remords pour Finn et blocage/ouverture pour la belle Rey. Pour une fois, les jeunes premiers sont très charismatiques et n'ont pas à pâlir du côtoiement avec des légendes.

Ce n'est plus un secret pour personne, l'équipage du Faucon Millénium est de retour avec mes deux personnages préférés de la saga originelle: Han Solo et Chewbacca. Le duo fonctionne une fois de plus à merveille et le fan que je suis était ravi de repartager leurs aventures rocambolesques et leurs répliques toujours entre désespoir et complicité ironique. Votez Chewie! Je suis plus réservé sur Leia qui a morflé avec le temps et tient une place bien plus secondaire. Et puis deux ombres planent sur la scène: Vador et son influence toujours aussi forte malgré sa mort et Luke Skywalker mystérieusement disparu et que tous cherchent pour des raisons bien particulières. Mention spéciale aussi à BB8 qui réussi à égaler R2D2 en terme de ressort comique et technologique, il est très attachant et rempli son rôle parfaitement.

star wars1

J'ai aussi beaucoup aimé la présence de beaucoup de paysages et décors naturels. Les effets spéciaux inondent l'écran par moment mais le réalisateur semble avoir fait le choix de refuser le tout numérique. Pari gagnant, l'immersion est bien plus efficace, plus crédible aussi. On retrouve John William à la baguette pour la musique, les premiers accords ne trompent pas, c'est du classique et c'est efficace. Certains diront que c'est le choix de la facilité (ils n'ont pas entièrement tort) mais Star Wars c'est aussi des codes et des repères ancrés dans l'inconscient collectif, au même titre que la séance d'ouverture et son fameux déroulé narratif. Non vraiment tout est fait pour passer un bon moment, se caler bien au chaud dans son fauteuil et profiter d'un spectacle total où les émotions s'enchaînent sans discontinuer à un rythme soutenu, millimétré et brillamment pensé.

star wars3

Pas de note maximum pour autant à cause de quelques défauts et scories qui viennent entacher quelque peau un tableau général pourtant jubilatoire. Le scénario tout d'abord presque calqué parfois sur l'opus 4 et des surprises qui n'en sont plus vraiment. Le fan-service c'est bien mais ça a ses limites, les références sont nombreuses en terme de scènes cultes et j'espère que les épisodes suivant s'affranchiront davantage à ce niveau là. J'ai trouvé le méchant pas si angoissant non plus, il manque un peu d'épaisseur et ses rouages intimes sont trop vite exposés gâchant l'effet dramatique qu'il devrait produire pour plus de noirceur et de portée maléfique. Son sabre laser est aussi une originalité que j'ai trouvé laide et sans intérêt, trop proche à mes yeux de l'iconographie médiévale. L'influence nippone sur le sabre original est bien plus mystique et en cohérence avec le reste… Mais passons, il semblerait que le sabre de Skywalker fils fasse son apparition à un moment…

Pour conclure, ce film est à voir au cinéma si on est fan de SF et de récits à tiroir. Impressionnant par sa forme, porteur de sens et d'une histoire universelle, avec L'Éveil de la Force on prend un pied certain à suivre aventures spatiales, complots et destinées personnelles. On en redemande!