mardi 29 décembre 2015

"Cité de la mort lente" de Daniel Walther

4147A9GB69L

L'histoire : 2020. Grâce à un bombardement nucléaire des États-Unis par des extrémistes, l'Europe blanche et chrétienne est devenue la plus grande puissance mondiale. Hélas, elle n'est pas dans la ligne des penseurs utopistes, mais plutôt dans le droit fil de l'Opus Dei. Freddy Breslauer, arrêté et envoyé sur le plateau d'Albion où se construit la fusée européenne qui prendra la route de Mars, assiste à un crime ignoble, connaît quelques "permissions sexuelles" et finit par s'évader. Il traverse la France totalitaire, partie intégrante de la Grande Europe. Récupéré par des policiers robotisés dans une gare perdue, il est transporté dans une ville souterraine dans les Alpes et y connaît des désarrois intenses qui le font douter de sa propre santé mentale...

La critique de Mr K : Deuxième incursion pour ma pomme dans la collection Novella SF des éditions du Rocher après ma lecture de l'excellent ouvrage Poids mort de Xavier Mauméjean. Au programme, un pitch attrayant sous fond de dystopie sombre avec dans le premier rôle une victime de l'incurie du monde placé sous le signe du road movie. Franchement ça donne envie! Au final, le bilan est plutôt mitigé entre déception sur le background et de beaux passages intimistes. Suivez le guide!

Parce que juif et libertin, Freddy Breslauer est arrêté et envoyé en camp de travail. Il faut dire qu'il cumule les défauts dans cette nouvelle Europe puritaine et intolérante. Tombant de Charybde en Scylla, il va connaître un destin tragique entre enfermement, répression et semi-liberté. Il va faire des rencontres plus ou moins brèves et presqu'entrevoir un avenir radieux. Malheureusement, le fatum finira par le rattraper dans une fin tout bonnement machiavélique et sans issue.

Honnêtement, je ne me suis pas vraiment attaché au personnage principal. Je l'ai trouvé quelque peu limité dans sa caractérisation comme s'il n'était qu'un agrégat d'idées et de concepts sans réelle substance. Au lieu d'appuyer sur l'identité du bonhomme, l'auteur dérive très vite sur son obsession pour les relations charnelles. Loin de moi d'être pudibond, l'érotisme en littérature a son charme et ses desseins propres mais ici, ça ressemble presque à de l'abattage de viande fraîche. Dommage car le background aurait permis d'appuyer davantage sur la limitation des libertés dont justement les relations hommes/femmes. Du coup, la lorgnette sur ce monde imaginaire est très étroite, limitée et franchement, on ronge son frein face à cette réduction de champ. Il en va de même pour les personnages secondaires qui ne sont que des ombres à peine esquissées, caricaturales et finalement sans grand intérêt.

Cependant, au détour des pérégrinations de Freddy, on entr'aperçoit quelques éléments glaçants de ce futur terrifiant notamment les gardes automates sans âme qui sont chargés de le retrouver puis de le garder. Course folle à la recherche de la sécurité et de l'arasement mental, ils sont le but poursuivi par une société totalitaire folle et inhumaine. Belle métaphore que cet affrontement entre l'homme libre et la technologie qui ne le libère plus mais l'avilit et le cloisonne. J'ai aussi aimé le personnage de Zul, femme au charme certain qui va accompagner un temps le héros et refaire naître des sentiments oubliés depuis longtemps chez lui, mais là encore on ne peut s'empêcher de penser que l'auteur s'arrête en route, qu'il aurait pu développer davantage pour faire décoller l'intrigue et les tenants et aboutissants de l'ouvrage.

J'ai lu quantité d'ouvrages du même style, traitant du même sujet et celui-ci ne restera pas gravé dans ma mémoire. La faute aussi à un style parfois maladroit et grossier. C'est parfois très lourd et sans réel intérêt stylistique. Quelques passages relèvent cependant le niveau, quelques fulgurances bien senties qui pourtant n'arrivent pas à sauver un livre définitivement dispensable qui semble être passé à côté des buts qu'il s'est fixé. Seul avantage, il est très court et écrit gros. Peu ou pas trop de temps perdu avec la possibilité pour moi de me rattraper avec un livre de Pierre Bordage qui me fait de l'oeil depuis les Utopiales. À bon entendeur...

Posté par Mr K à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,