C1-la-Gest-helios-site

L'histoire : Cinq royaumes se font la guerre depuis des générations, ils s’unissent enfin pour détruire le sixième situé en leur cœur, une immense forêt sauvage dont on dit qu’elle abrite toutes les créatures des contes et des légendes. Mais voici six personnages aussi différents que l’eau et le feu qui se découvrent les protecteurs du sixième royaume.

La critique de Mr K : Belle claque placée sous le sceau de fantasy aujourd'hui avec La Geste du sixième royaume d'Adrien Tomas. Il s'agit d'un jeune auteur français que je ne connaissais pas du tout avant que mon regard ne se pose sur le présent volume lors de mon dernier craquage en date. La quatrième de couverture laissait présager un ouvrage lorgnant vers la saga de George R. R. Martin (luttes intestines de pouvoir) avec un soupçon de Tolkien (aspect merveilleux et écolo). Mes attentes n'ont pas été déçues! Bien au contraire, j'ai découvert un auteur talentueux, inspiré par ses prédécesseurs mais aussi original par moment dans le développement de certaines figures incontournables du genre et des rebondissements parfois vraiment bluffants qui m'ont tenu en haleine sur les quelques 700 pages qui composent ce livre. En route pour l'aventure avec un grand A!

Sur un continent perdu au milieu d'un océan, 5 royaumes se disputent territoires et richesses depuis des siècles. Antagonistes mais néanmoins complémentaires dans leurs arts et compétences, les lignées de rois se déchirent en des guerres aussi vaines que destructrices. Au cœur de ses terres perdues se trouve la Grande Forêt, territoire sauvage que nul être humain n'a pu explorer et en revenir vivant. Terre mythique peuplée selon les légendes et racontars de créatures ondines et sylvestres, elfes et dragons, où la magie règne en maître loin du fracas des armes et du feu destructeur de la vie. Mais voila qu'un jour, le dirigeant du royaume de Sei décide d'enterrer la hache de guerre avec ses quatre voisins, de créer une alliance à nulle autre pareille pour attaquer la Grande Forêt, la conquérir et l'exploiter après l'avoir séparée en 5 parties égales.

Pendant ce temps, aux quatre coin du monde connu, des personnes et êtres très divers se sentent irrémédiablement attirés vers cette mystérieuse forêt: un barde aventureux et jovial amateur de jupons, une sorcière grise se réveillant d'un sommeil procurant l'oubli, un aventurier marchand métisse issu de la liaison contre-nature d'un nain et d'une humaine, un jeune voleur facétieux en pleine crise d'adolescence et un homme-bête prisonnier des hommes qui cherche à rejoindre son clan. Tous ne peuvent résister à cette mystérieuse attraction qui naît dans leur cœur et le corps. Après bien des démêlés, ils vont se retrouver sous les frondaisons millénaires de la forêt, découvrir l'insoupçonnable et la réelle nature de leur mission.

Je suis un grand amateur de fantasy et je dois avouer que ma plus grande peur avec ce genre, c'est de tomber sur des ouvrages plats, englués dans les règles du genre, sans originalité ni saveur. On en est bien loin ici avec toute une série de personnages vraiment soignés, profonds et attachants. L'action se déroulant sur un temps assez long, ils évoluent aussi beaucoup, nous surprennent souvent et connaissent des destins variés. Ne vous attendez pas par exemple à ce que tout le monde survive! D'ailleurs à ce propos, ce livre n'est pas avare en crimes et scènes de guerre, ça charcute sévère et ça éparpille même façon puzzle. Je dois avouer que parmi les bad guy, j'ai une fascination pour le tueur au masque qui est sérieusement dérangé et totalement borderline. De manière générale, chaque personnage a sa part d'ombre qu'il choisit de suivre ou de combattre, on est donc loin du manichéisme et vraiment, on est surpris par certains développements. Un souffle novateur et rafraîchissant se fait ressentir pendant toute la lecture.

Le genre fantasy se prête beaucoup au voyage et au dépaysement. On n'est une fois de plus pas déçu par cet ouvrage qui fait la part belle aux descriptions saisissantes et évocatrices: le désert du sud-ouest cède la place aux forêts impénétrables et énigmatiques, les bourgs de campagnes aux métropoles au gigantisme impressionnant. Chacun de ses nouveaux décors est traité avec soin et délicatesse ainsi que les populations et êtres croisés en chemin par les différents personnages du livre. On y croit tellement que lorsque l'on doit reposer le livre, on se prend à y penser et à avoir hâte d'y retourner. Je vous avouerais que j'en ai même rêvé. La Grande forêt est tellement attirante pour le lecteur aussi! Vous croiserez aussi des déesses maléfiques, un arbre-chaman, des sorcières obsédées par le pouvoir, des créatures ignobles errants dans les égouts, des dragons paisibles en voix d'extinction (j'ai adoré), des elfes en plein déclin et toute une pléthore de créatures plus merveilleuses les unes que les autres. On sourit, on rêve, on s'apitoie et on se prend même à trembler durant cette lecture. Quelle expérience!

Quatre grosses parties structurent l'ensemble à la manière d'un texte sacré relatant une prophétie, ce qui donne une saveur toute particulière à l'ouvrage. Les chapitres s'égrènent très rapidement (jamais plus de 20 pages et souvent proche des 4/5 à la mode page turner) ce qui donne un rythme haletant et non figé à l'ensemble. Franchement, il est très difficile de relâcher le livre, et mes nuits furent raccourcies et mes réveils plus difficiles durant cette lecture. Mais quel bonheur, quel plaisir d'évasion et quel final dantesque! Ce livre est une très belle réussite et une sacrée découverte. Une fois les premiers chapitres débutés, c'est la garantie d'une addiction terrible qui va vous obséder jusqu'à la dernière page! Vous voila prévenus! Tous les amateurs de fantasy se doivent de lire La Geste du sixième royaume.