samedi 19 décembre 2015

"Kuessipan" de Naomi Fontaine

kuessipanL'histoire : Kuessipan est le récit des femmes indiennes. Autant de femmes, autant de courages, de luttes, autant d’espoirs. Dans la réserve innue de Uashat, les femmes sont mères à quinze ans et veuves à trente. Des hommes, il ne reste que les nouveau-nés qu’elles portent et les vieux qui se réunissent pour évoquer le passé. Alors ce sont elles qui se battent pour bâtir l’avenir de leur peuple, pour forger jour après jour leur culture, leur identité propre, indienne.

La critique Nelfesque : "Kuessipan" est un roman étonnant. Des chapitres extrêmement courts, parfois composés de seulement 5 lignes, qui dépeignent autant de destinées de femmes indiennes. D'abord désarçonnée, j'ai décidé de me laisser porter et de lire ce roman comme un recueil de nouvelles.

Naomi Fontaine est innue, issue d'un peuple amérindien du Canada. Dans cette communauté, les racines sont très importantes chez ce peuple autochtone. Leurs terres leur appartient et n'ont jamais officiellement été cédées au Canada. Leur histoire est assez complexe et n'est pas décrite dans "Kuessipan". Si cela vous intéresse, il va falloir faire des recherches par vous-même car Naomi Fontaine s'attache uniquement ici à la façon de vivre des femmes indiennes, à leur quotidien, leur avenir, leurs espoirs...

Avec ce focus sur plusieurs familles innues, l'auteure nous donne plus à voir le ressenti des familles indiennes à notre époque. On s'attache moins dans cet ouvrage à leur quotidien matériel qu'à leurs croyances, leur respect de la nature, leurs principes... Le lecteur plonge dès les premières pages dans l'univers de cette peuplade, dans la sphère privée d'une famille, dans la tête d'une femme. On est ici dans l'infiniment intime et à mon sens la contextualisation manque au lecteur. A moins bien sûr d'être tout à fait au fait des évènements et des problématiques innues, il est difficile de comprendre les tenants et les aboutissants de chaque histoire. Cela aurait également pu être indiqué en note par le traducteur ou en annexe à la fin de l'ouvrage mais ce n'est pas le cas et c'est fort dommage.

Sans doute en passant à côté de tout un pan de l'intention de l'auteure, les destinées émouvantes défilent. Qui se soucie de l'avenir de ses enfants, qui pleure son mari ou un temps révolu, qui en appelle aux ancêtres pour tenter de comprendre un monde moderne si loin des valeurs indiennes... L'écriture est simple, les phrases sont courtes et les mots touchants. Les histoires s'égrainent comme autant de petits poèmes à la langue évocatrice et délicate.

Avec "Kuessipan", le lecteur n'est pas face à un ouvrage ordinaire. L'amour de l'auteure pour ses terres et son envie de partage transparaissent à chaque page. Un très bel hommage et une belle intention qui aurait résonné plus fortement avec une volonté d'instruire le lecteur sur les problématiques des innus au XXIème siècle.