jeudi 17 décembre 2015

"Blog" de Jean-Philippe Blondel

51aDsC57WDL

L'histoire : Le blog, c'était mon espace privé. Mon domaine. Et il a tout salopé. Je trouve ça dégueulasse. Ma révolte, je la revendique. Parce qu'il ne s'y est pas rendu qu'une fois. Il l'a suivi, pisté, décortiqué. Quand je suis en face de lui, maintenant, j'ai l'impression de me promener nu en pleine ville.

Révolté par cette trahison, le narrateur décide de ne plus adresser la parole à son père. Pour se racheter, ce dernier lui fait un don… une plongée dans le passé qui ne sera pas sans conséquence. Un roman de la filiation et de l'écriture intime.

La critique de Mr K : Une belle claque que ce roman jeunesse paru chez Actes sud junior en 2010 et dégoté à prix discount lors d'un énième craquage de votre serviteur. J'aime à l'occasion lire du roman jeunesse, histoire de me mettre à la page et de ne pas trop décrocher de la réalité que peuvent vivre mes chers têtes blondes qui sont (il faut bien l'avouer) parfois déconcertants et imprévisibles. Le héros de cet ouvrage est très éloigné de mes loulous pas très finauds mais sa quête quasi identitaire et introspective est à elle seule le symbole d'une période clef dans nos existences: l'adolescence entre splendeur et décadence.

Blogueur depuis quelques années, le narrateur s'y épanche en racontant ses journées, ses espoirs et ses déceptions. Véritable acte cathartique (comme les journaux intimes plus classiques), il y met tout son cœur et son âme. Peu à peu, l'écriture est devenue plaisir entre confessions et recherches stylistiques. Mais un jour malheureux, il découvre que son père l'a lu et cela le bouleverse profondément, il se sent découvert, violé dans son intimité. Oui je sais, ça paraît stupide à nous autres adultes mais un ado ne capte pas tout et surtout pas qu'il s'expose forcément en se livrant sur internet… mais bon, ça fait partie de leur charme entre candeur naïve et bêtise crasse. Très remonté contre son géniteur, il décide de lui faire la gueule et pas qu'à moitié! Silence radio, coupure des communications et une ambiance très pesante s'installe au foyer. Un soir, en sortant de sa chambre, il trouve un carton poussiéreux devant sa porte. Cela vient de son père qui le convie indirectement à découvrir son passé et à lever des secrets depuis trop longtemps enfouis…

Ce livre se lit d'une traite (ou deux pour moi, travail oblige!), l'addiction est immédiate. Prisonnier de la toile que l'auteur tisse avec finesse et brio, on s'attache directement à cet adolescent qui se cherche et s'oppose à la figure paternelle. Amateur de rock, attiré par les filles (dont une tout particulièrement qui aura un rôle décisif de révélateur), amateur de belles phrases, il ne comprend plus son père. Il remet en cause l'acte fatal qu'il a commis (la lecture du blog) mais aussi son attitude et comportement au quotidien, comme si ce viol virtuel avait libéré la fureur de ce jeune homme pourtant plutôt équilibré. Il est de son temps, il travaille juste ce qu'il faut au lycée, il boit des coups, fait des teufs, expérimente et bien évidemment connaît de grands bonheurs et de terribles désillusions. Il se dégage une énergie et une soif de vie qui transpirent des pages et des mots.

Et puis, il y a sa famille. Rien d’extraordinaire mais une famille que l'on apprend à connaître avec ses habitudes et ses non-dits. Une petite sœur horripilante, une mère aimante et effacée et un père un peu vieillissant, figure tutélaire de l'ensemble qui n'arrive plus à cerner son fils et regrette de suite son indiscrétion malheureuse. On y croit, le réalisme est poussé à son maximum et la caractérisation des personnages (y compris les rôles secondaires qui gravitent autour du lycée du héros) est d'une concision cristalline qui frôle la perfection.

L'exploration du carton et ce qu'il renferme est d'une intensité rare. Le fils va vraiment à la rencontre de son père, va apprendre à le connaître et mettre des mots et des vérités sur cet homme si important pour lui malgré leur brouille actuelle. Cela donne des passages parfois drôles souvent touchants, toujours puissants et enivrants. On trépigne à la fin de chaque chapitre, curieux d'en découvrir plus. A l'image du narrateur, on se doute bien que quelque chose de terrible va s'échapper de ce carton à première vue anodin, on n'est pas déçu et tout s'imbrique parfaitement en un ensemble cohérent et d'une délicatesse sans faille. De cette révélation, ressortira un jeune adulte neuf et apaisé prêt à affronter la vie et à renouer avec ses proches. On ressort véritablement bouleversé de ce livre.

C'est aussi à travers ce blog, les documents contenus dans ce carton, l'occasion de parler de l'acte d'écrire sur soi, sur son caractère curatif et défouloir. L'auteur le fait sans lourdeur, sans portes ouvertes et avec un ton, un décalage et un humour salvateur qui transforment cette entreprise en un livre vraiment unique et jubilatoire quand on est soi-même blogueur et amateur de témoignages de vie. L'écriture est limpide, d'une clarté sans pareille, accessible et touchant au cœur à chaque nouveau chapitre. Un petit bijou d'intelligence et de profondeur qu'il faut absolument avoir lu. Vous savez ce qu'il vous reste à faire!

Posté par Mr K à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,