DeuxL'histoire : Au Maroc, la vie de Mona est devenu un calvaire. Elle s’occupe de sa fille, Leila, et de sa mère malade. Al, son mari, a disparu depuis plusieurs mois, peut-être parti en Angleterre pour finir ses études de médecine. Aussi quand l'opportunité d'aller travailler à Londres s'offre à elle, Mona la saisit.
A Londres, Theodora a besoin d'aide. Entre son père qui souffre de la maladie d'Alzheimer, son fils qui passe sa journée devant la télé et son émission de radio, elle ne s'en sort plus. L'arrivée de Mona dans sa vie va tout changer. Enfin elle va pouvoir s'occuper d'elle et des siens en sachant qu'elle peut se reposer sur quelqu'un. Sa maison sera impeccable, sa vie sociale à nouveau trépidante et elle va gagner, avec l'arrivée de la discrète Marocaine, plus qu'une employée de maison, une véritable confidente.
Chacune dépend de l'autre mais, très vite, va s'instaurer entre elles un rapport étrange, insidieux et violent. Une lutte feutrée, tout en retenue et en non-dits, qui ne peut que les mener au pire.

La critique Nelfesque : Amateurs de thrillers psychologiques, ouvrez grand vos yeux, "Deux" de Penny Hancock, roman de la Rentrée Littéraire chez Sonatine est fait pour vous !

Je suis en général assez sceptique concernant ce genre de thrillers et il faut bien avouer que dans cette catégorie, il y a pas mal de romans assez moyens. Oui mais voilà, depuis quelques temps, je commence à m'y intéresser de plus près et bien que n'étant toujours pas mon genre préféré, je dois bien avouer que le thriller psy bien ficelé est tout de même très efficace. C'est le cas ici avec un roman bien retors où paranoïa et angoisse vont crescendo.

Mona, tout droit arrivée du Maroc, s'apprête à travailler pour Theodora à Londres. Cette dernière a beaucoup de mal à concilier sa vie professionnelle avec sa vie de famille. Journaliste radio en pleine ascension, elle ne doit rien laisser au hasard et élever seule son fils ado et devoir gérer son père atteint d'Alzheimer se révèle être une tâche trop lourde pour elle. Heureusement Mona a le sens du sacrifice et ne semble pas avoir de mal à tenir une maison propre et bien rangée, cuisiner des mets délicieux et se faire aimer de Léo et Charles.

Il faut dire que Mona est du genre dévouée et courageuse. Elle a laissé sa mère malade et sa fille en bas âge dans son village natal pour tenter de gagner plus d'argent en Europe et ainsi payer le traitement de sa mère et les futures études de sa fille. Voilà une lourde charge qui pèse sur ses frêles épaules, elle dont le fiancé a mystérieusement disparu il y a plusieurs mois et qui ne peut dorénavant que compter sur elle-même pour faire vivre les siens.

"Deux" est une plongée dans deux façons de vivre différentes. Presque deux mondes et deux visions de la vie qui s'affrontent. D'un côté Mona, maghrébine entièrement dévouée à sa famille, prête à tout endurer quitte à s'oublier elle-même. Et de l'autre Théodora, occidentale moderne et libérée pour qui la vie professionnelle est au moins aussi importante que la vie privée et qui essaye de tout concilier en cherchant l'excellence dans tous les domaines.

Ces deux femmes vont apprendre à se connaître, s'apprécier, ne pas se comprendre, être complémentaire, se détester... Les frontières entre travail et vie privée se brouillent. Qui est vraiment Mona ? Veut-elle vraiment le bien de la famille de Théodora ? Quant à elle, n'est-elle pas finalement une esclavagiste moderne, égoïste et sans coeur ?

Avec une écriture sobre et efficace, Penny Hancock joue avec les nerfs du lecteur. Loin d'être manichéens, les personnages sont fait de nuances et il est bien difficile de déceler les "méchants" des "gentils". On adore l'un, on déteste l'autre... Puis quelques pages plus loin, on comprend certaines réactions... On ajuste notre jugement... On change d'avis... On retombe sur ses pieds... On court à droite puis à gauche... Loin de se douter de l'issue de l'histoire, le lecteur passe par tous les sentiments et la paranoïa qui gagne peu à peu les deux personnages féminins va s'emparer de celui qui tient ce roman entre ses mains. Diabolique !

Penny Hancock ne nous laisse pas une minute de répit entre les 4 murs de cette jolie maison londonienne où les apparences sont on ne peut plus trompeuses et complexes. Qui profite de qui ? Qui cache son jeu ? Quel est le véritable enjeu de cette cohabitation ? Gare aux nuits blanches, "Deux" vous emmènera au plus près de la folie et jusqu'aux plus petites heures du matin...