001

L'histoire : Dans une librairie de Prague, un homme trouve un livre écrit dans un alphabet inconnu et l’emporte chez lui ; bientôt l’ouvrage lui ouvre les portes d’un univers magique et dangereux. À mesure qu’il s’enfonce dans les méandres de cette autre ville, il découvre des cérémonies baroques, des coutumes étranges et des créatures fascinantes; derrière la paisible Prague des touristes, des cafés se muent en jungles, des passages secrets s’ouvrent sous les pieds et des vagues viennent s’échouer sur les draps…

La critique de Mr K : Voilà un livre qui restera dans les annales pour moi… Définitivement inclassable. Si vous êtes amateur de clarté et de chemins tout tracés passez votre chemin! Michal Advaz est un auteur reconnu dans sa Tchéquie natale, grand poète, essayiste à ses heures, il propose dans L'Autre ville un voyage totalement surréaliste qui ne laissera personne indifférent. Pour ma part, cette lecture m'a paru être avant tout une expérience différente, une autre approche de la lecture en elle-même, un contenu plus proche parfois de l'écriture automatique ou du trip sous influence que d'une histoire construite à vocation narrative. Difficile dans ces conditions d'en faire une critique classique… je m'en excuse d'avance !

En effet, on ne peut pas se raccrocher à grand-chose de tangible et d'intelligible pendant les 210 pages que compte ce livre. Peut-être aux deux premières pages en fait quand le narrateur rentre dans une vieille librairie de Prague et qu'il met la main sur un étrange volume composé dans un alphabet inconnu. L'ouvrage se révèle être une espèce de porte vers l'Autre ville, un univers déviant que l'on pourrait comparer ou presque au pays des merveilles de Lewis Caroll. Et encore, on en est loin tant les explorations successives nous mettent aux prises avec d'étranges faits et personnages. Ainsi on explore une jungle bibliothèque, un étrange tramway vert rode et emporte avec lui des personnes que l'on ne revoit jamais, on peut visiter une partie de Prague en tire-fesse, des statues-aquariums parsèment les rues, des personnages ont le don d'ubiquité et changent de métier et de caractère, on peut combattre des requins sacrés au sommet de clochers enneigés, des naufrages ont lieu au cœur de draps s'étendant sur des kilomètres, d'obscures cérémonies se tiennent dans les églises… Je vous en passe des vertes et des pas mûres !

Les frontières de la réalité sont franchies sans ambages et l'imagination débridée de l'auteur fait merveille. Il faut en fait accepter de se laisser emporter par le flot des mots et des idées, accepter aussi de ne pas tout comprendre, de ne pas avoir toutes les clefs et de se laisser perdre par un auteur à l'écriture immersive et délirante. Accumulation d'images visionnaires et alambiquées, on nage dans le non sens et l'absurde. Le voyage est donc déboussolant mais jamais décevant au final tant on est face à une œuvre unique et vraiment marquante. Je vous avouerais aussi que c'est éprouvant et que je ne lirai pas de tels volumes tous les jours, mais il est bon parfois de se faire bousculer, de dépasser ses certitudes et de se faire embarquer vers des ailleurs complètement hors norme. A ce propos, il y a d'ailleurs un très beau passage dans ce livre concernant notre appétence pour le commun et l'habituel.

"Est-il possible qu'il existe, tout près de nous, un monde qui déborde d'une vie étrange, un monde qui était là avant notre ville et dont nous ignorons tout ? Plus j'y réfléchissais, plus je devais admettre que c'était tout à fait possible, et que l'hypothèse était même renforcée par notre style de vie, par cette manière que nous avons d'évoluer à l'intérieur de cercles clairement définis que nous avons peur de quitter. La musique ténébreuse qui nous parvient de l'autre bord et qui ronge notre ordre nous inquiète, nous sommes effrayés par ce qui émerge de la pénombre des recoins; nous ne savons pas si nous avons affaire à des formes issues de notre monde, mais brisées, en décomposition, ou bien des embryons d'une faune nouvelle et destinée à faire un jour de notre ville son terrain de chasse, à l'avant-garde d'une armée de monstres qui envahit progressivement nos appartements, l'oeil aux aguets. C'est pourquoi nous préférons ne pas voir les formes nées de l'autre côté de la frontière, ne pas entendre les sons qui résonnent la nuit derrière les murs; seul existe pour nous ce qui s'enracine dans notre monde..." Pages 76-77.

Ce livre au-delà de fournir des images novatrices est source de réflexion sur l'humain et ses croyances, sur le réel, le ressenti et le surréel. Bien que n'ayant pas tout compris (il faudrait pour cela deux ou trois lectures minimum, un bon entretien avec l'auteur sur ses intentions et peut être un autre cerveau aussi !), je suis ressorti béat de cette lecture qui procure aussi de belles sensations au contact d'une langue poétique et imagée enchaînant les histoires à tiroir, sans queue ni tête de prime abord mais qui en fait se répondent les unes les autres pour construire une autre ville baroque et désarmante. Difficile dans ces conditions d'en donner un avis ferme et définitif.

Expérience unique, plaisir de lecture certain mais quête de sens difficile rendent cet ouvrage hermétique et fascinant à la fois. À chacun d'y aller ou non, et d'y trouver ce qu'il recherche… ou non! Vous voila prévenus !