samedi 18 juillet 2015

"C'était la guerre des tranchées" de Jacques Tardi

couv

L'histoire: D'Adèle Blanc-Sec au Der des ders, le premier conflit mondial est la figure centrale de l'œuvre de Tardi. Ici, il va au bout de son obsession. Il décrit l'horreur de 14-18 à hauteur de soldat, comme s'il avait dessiné depuis le fond des tranchées. Il raconte la boue, les poux, le fracas des obus et les vies qui se brisent. Et la peur qui rôde, partout, si proche. Chaque planche est divisée en trois cases étirées à l'horizontale, à l'image d'une tranchée. Une histoire sans héros pour crier l'horreur de la guerre, de toutes les guerres.

La critique de Mr K: Auteur talentueux et prolifique de la BD française, Jacques Tardi en hommage à son grand-père propose avec cet album une plongée sans concession dans la Première Guerre mondiale aux côtés des poilus dans les tranchées, face à la guerre et à eux-mêmes. Pas historien de formation mais passionné par la question, il nous fait partager sur les 126 planches de cette œuvre le quotidien de simples soldats impliqués dans le conflit et qui vont pour la plupart connaître des destins tragiques.

C'était la guerre des tranchées, c'est tout d'abord une plongée sur le front avec la vision saisissante du no man's land (territoire s'étendant entre les deux lignes de tranchées): terrain vague spongieux, cratères d'obus, barbelés et cadavres éparpillés. L'attaque lancée en kamikaze quasiment vouée à l'échec face aux nids de mitrailleuses et les tirs d'artillerie sonnant comme les trompettes de l'apocalypse, l'exécution sans sommation de ceux qui ont trop peur pour s'élancer comme des fous furieux face à l'ennemi (Pétain s'illustrera d'ailleurs beaucoup dans le domaine avec un grand nombre de fusillés à son actif…), les blessés coincés entre les lignes, les planques à 10 mètres de l'ennemi, les inondations de tranchées par temps de grandes pluies… Les visions en noir et blanc hantent longtemps le lecteur entre scènes dantesques de bataille et moments plus intimes livrant les sentiments profonds des soldats engagés.

1

Ils sont simples boulangers, ouvrier, professeurs et se retrouvent confrontés à l'horreur absolue et à l'absurdité d'ordres idiots dont sont spécialistes les planqués de l'arrière: missions de reconnaissance suicides, injustices régulières sur les temps de garde et service. Mention spéciale au passage racontant le massacre de civils belges servant de boucliers humains à des troupes allemandes et que l'on sacrifie pour faire reculer les boches. C'est aussi les riches qui paient pour ne pas partir à la guerre et préserver ainsi leurs héritiers, c'est l'aveuglement de certains dans la haine de l'autre (merci la propagande au passage!), de celui qu'on ne connaît pas mais dont on se méfie au nom du combat entre races. C'est le temps aussi des courriers aux familles qui réchauffent le cœur, des moments de détente autour d'un repas, de plaisanteries, de rasage coiffure en de rares occasions (d'où leur surnom), de rares fraternisations entre soldats de camp opposés réfugiés au même endroit et qui se rendent compte qu'ils ont beaucoup de points communs… L'immersion est totale et le fidèle reflet de la réalité.

4

Cet ouvrage est vraiment bouleversant. Ceux qui suivent régulièrement mes chroniques savent que j'affectionne tout particulièrement les romans parlant de cette époque avec des chefs d'oeuvre marquants comme Les Croix de bois, Au revoir là-haut ou encore la BD Vie tranchée sur les soldats devenus fous de la Première Guerre mondiale. Très détaillée, à travers les divers destins que l'on suit, Tardi nous propose une vision globale et complète du conflit à hauteur d'homme tant au niveau faits d'arme (entre actes de bravoures et absurdes) que du ressenti avec des êtres non préparés à ce qu'ils vont devoir affronter et livrés en pâture à la déesse guerre impitoyable et insatiable. Derrière les gros durs et les va-t-en guerre très vite apparaît l'homme conscient de l'absurdité de la guerre. Plus rien ne semble exister à par elle, il est bien loin le monde de la famille et de la douceur de vivre que l'on se rappelle à travers ses souvenirs, des anecdotes ou encore le courrier reçu.

3

Le choix du noir et blanc est très judicieux. Le choc est immédiat et l'on participe quasiment aux combats entre boue, gaz, explosions et autres odeurs de poudre et de cadavres. Certaines cases sont d'ailleurs assez difficilement soutenables malgré un non excès de gore sur l'ensemble du volume. La suggestion est souvent de mise et la mise en écho des massacres et la vie personnelle des poilus est implacable. On plonge donc en plein cauchemar mais un mauvais rêve bien réel qui a duré cinq ans et causé la mort de 10 millions de personnes dans une guerre sans gloire. Un album essentiel pour ne pas oublier et rappeler à tous l'absurdité de la guerre et le gâchis humain qu'elle entraîne.

Posté par Mr K à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,