jurassic afficheL'histoire : L'Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d'attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

La critique Nelfesque : Quel plaisir de retrouver les dinos dans nos salles obscures ! Fête du Cinéma oblige, vous allez voir fleurir, cette semaine sur le blog, pas mal de billets consacrés aux films. Nous sommes des grands amateurs de cinéma et cet évènement porte bien son nom pour nous chaque année. Nous commençons notre marathon visionnage avec "Jurassic World", sorti le 10 juin et que nous nous étions réservés pour débuter la Fête.

"Jurassic Park" est une franchise mythique. Un nouvel opus avait de quoi faire frémir. Allions-nous voir un film "à fric" ou vraiment retrouver l'essence de ce qui a fait le succès de la trilogie ? Une chose est sûre c'est que lorsque les premières notes du générique retentissent et que les premières images de ce Jurassic Park nouvelle génération apparaissent, la magie opère !

jurassic 4

Ici, le scénario est mince. Un nouveau parc, rebaptisé "Jurassic World", plus design, plus high-tech, plus grandiose et plus tout, s'est construit en lieu et place de l'ancien Jurassic Park. Dans ce nouveau complexe, on a vu les choses en grand et la logistique est une machine huilée. La sécurité est une priorité en ce lieu où la course au sensationnel fait rage. Voir de "simples dinosaures", c'est has-been ! Voir des dinos plus gros, effrayants et dangereux, c'est beaucoup plus vendeur !

C'est dans ce contexte que Zach et Gray visitent le parc. On suit en parallèle leurs découvertes et leurs frayeurs, occasion pour nous de visiter les installations et se prendre à rêver de les arpenter aussi. Que ne donnerai-je pas pour être visiteurs de ce Jurassic Word !? Les décors sont magnifiques, les paysages à couper le souffle et niveau effets spéciaux, on ne se moque pas de nous. Il faut dire aussi qu'avec 150 millions de budget, le contraire aurait été honteux.

jurassic 3

Avec ses gros sabots parfois mais toujours une petite touche d'humour, une auto dérision que j'ai vu comme une pastiche de film d'action / aventure (punchlines qui tuent), "Jurassic World" est un bon divertissement ciné. Ni plus, ni moins. Il envoie du bois et il remplit son contrat. Certains sursauteront, d'autres souriront aux clins d'oeil de la trilogie passée. La peur n'est pas vraiment au RDV en ce qui me concerne mais je n'y allais pas pour ça. Aussi c'est avec la pêche que je ressors de la salle après plus de 2h de film que je n'ai pas vu passer. Un bon moment de détente fun !

jurassic 5

La critique de Mr K: 4,5/6. La Fête du Cinéma arrivait à point nommé pour que Nelfe et moi allions voir le quatrième volet de Jurassic Park. La bande annonce était alléchante et avait le mérite d'être clair: louder and bigger, très con-con aussi. Mais niveau plaisir coupable et détente neurone, on fait rarement aussi bien et vu le prix de la place, on ne va pas se plaindre.

Les successeurs du vieil apprenti sorcier des épisodes précédents ont remis le couvert et ouvert un nouveau parc d'attractions autour du Jurassique et des charmantes bestioles qui y vivaient. L'affaire est bankable à souhait mais la soif de bénéfices étant inextinguible, les chercheurs ont mis au point une nouvelle espèce pour un effet wahou (dixit le film!) et continuer à surfer sur la vague du succès. Bien mal leur en a pris, à force de jouer à Dieu et à braver la Nature, on se brûle les doigts et accessoirement on se fait croquer! L'hybride s'échappe, il n'est pas content et compte bien le faire savoir. Et c'est parti pour 1h30 de tensions (comptez une bonne demi-heure pour poser les bases), de morceaux de bravoure, de séances what the fuck et de plaisir bien régressif!

jurassic 2

Ce film est avant tout une superbe prouesse technique. Pas que le réalisateur soit surdoué, on accumule les plans clichés mais la débauche d'effet spéciaux est impressionnante et efficace. Le parc est d'une beauté à couper le souffle, on se prend à l'idée d'y aller un jour entre des paysages magiques, des attractions assez bluffantes (celle permettant d'observer le gros dinosaure marin a ma préférence), les voitures-bulles dans la plaine des herbivores, la serre des créatures volantes, l'enclos du T-Rex (mon dinosaure préféré depuis petit). On en prend plein les yeux et notre âme d'enfant est comblée. Les animaux sont réalistes (malgré quelques erreurs par rapport à nos connaissances actuelles) et m'ont d'ailleurs plus touchés que les êtres humains qui n'ont finalement que ce qu'ils méritent. C'est mon côté misanthrope qui ressort!

jurassic 6

Niveau scénario, clairement on ne dépasse pas la feuille A5 recto. Pas de surprise à attendre, on est dans un pur produit d'entertainment bien lisse. Le héros est d'une perfection qui frise le ridicule (Chris Pratt est stupéfiant de superficialité), le soit disant meilleur ami est indigent (Omar Sy est inexistant ou si peu) et la nénette de service fait office de belle plante verte (j'adore pourtant cette actrice depuis son très beau rôle dans La jeune fille de l'eau). Ce sont plus les seconds rôles qui m'ont plu comme le plus jeunes des deux frères que j'ai trouvé juste et touchant, le geek fan de dinos qui travaille dans la salle de contrôle et Vincent D'Onofrio malgré un rôle bien caricatural de méchant garçon au service de l'armée qui veut récupérer les données scientifiques pour les appliquer dans un programme militaire. Le message reste simpliste: il ne faut pas déconner avec la science, ne pas se prendre pour dieu etc... En même temps, ça ne choquera personne, c'était déjà bien présent dès le premier opus… Fallait pas s'attendre à plus je pense vu le budget dépensé et la logique mercantile du produit (perso, je trouve que ça manque de saignant à défaut de mordant!).

jurassic 1

On passe un super moment de détente. Les scènes d'action sont légions et immersives comme jamais. Ce film est fait pour les salles obscures, il perdra énormément lors de son passage à la télévision. L'attaque des ptéranodons sur une foule affolée, l'élimination d'un commando par l'Indominus Rex (ça fait toujours du bien de voir dessouder des abrutis finis par une meute de dinos, ça défoule!), la chasse et le duel de fin assez dantesque dans le genre donnent lieu à de purs moment délirants. Bon, on cumule pas mal d'invraisemblances et autres incohérences (le mix inter-espèces, le dressage de vélociraptors, les gosses qui peuvent conduire un véhicule seuls, une nana qui court tout le film en talons…) mais l'intérêt du film est autre. On est là pour s'amuser, rêver, frissonner et sortir l'esprit léger et franchement dépaysés. Mission accomplie avec brio pour un film à voir absolument au cinéma.