9782226317209g

L'histoire: Aussi fou que deux hommes prêts à tout pour sauver un alligator, aussi tendre qu’un père essayant de se racheter auprès de son fils, Le paradis des animaux donne vie à un univers riche et émouvant. On y croise des arnaqueurs pleins d’illusions, de charmants dépravés et de jeunes amants égarés. Criants de vérité et terriblement attachants, ces personnages sont tous au bord du précipice. Sauter dans le vide ou détourner le regard: telle est la question.

La critique de Mr K: Aujourd'hui, petite incursion dans la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel avec ce recueil de nouvelles de David James Poissant, jeune auteur US à la réputation déjà foisonnante et déjà comparé à des grands noms comme Raymond Carver (jamais lu mais il va falloir que je me penche sur la question) et Tchekhov (lu et fortement apprécié de ma part lors de ma période littérature russe il y a une dizaine d'années). C'est donc avec une certaine impatience mêlée de frénésie que je m'attaquais à ce livre de 340 pages que j'ai littéralement dévoré, hypnotisé par des histoires courtes / percutantes et un style d'une grâce rare.

14 nouvelles composent ce recueil. David James Poissant nous invite à découvrir des individus lambda à des moments clefs de leur existence: un homme et une femme essaient de dépasser leurs difficultés après la mort de leur enfant, un homme essaie de se racheter auprès de son fils après avoir mal réagi quand il a découvert que ce dernier était gay, un homme rencontre une femme manchot et s'en amourache, une femme nous raconte son quotidien avec l'homme qu'elle aime et qui est atteint d'une maladie mentale, un homme est en compétition avec le chien du foyer dans les yeux de sa femme, deux jeunes garçons inséparables vont voir leur amitié mise à rude épreuve… j'en oublie mais on reste à chaque fois dans le domaine du cercle intime entre famille et amitié. On alterne les situations avec les nouvelles et l'auteur couvre un éventail assez large de dérives qui peuvent nous arriver, une existence humaine étant loin d'être un long fleuve tranquille.

On baigne dans la mélancolie durant toute la lecture. Cette douce tristesse existentialiste qui peut nous gagner quand le quotidien devient plus âpre, plus difficile à gérer. L'auteur fait très fort car il réussit à chaque texte à planter une situation, des personnages en très peu de mots et quelques phrases bien enlevées. L'écriture est poétique à souhait sans pour autant tergiverser. On va droit au but, sans détour et avec une fraîcheur incroyable. Les effets de style sont ici discrets et délicats, les émotions sont à fleur de peau, chaque récit nous emmenant au plus profond de la psyché des personnages auxquels on s'attache / s'intéresse quasiment immédiatement. Rien de vraiment original dans les trames évoquées, on est rarement surpris par le déroulé de ces histoire mais une immersion peu commune et vraiment prenante contribue à dépasser ce modeste défaut.

Les pages se tournent toutes seules et l'on partage tous les espoirs et peines de ces âmes au bord du gouffre. Face à des situations parfois désespérantes (2 / 3 nouvelles parlent de deuil avec brio), les choix et décisions à prendre sont difficiles et certains personnages se perdent en route. On côtoie donc beaucoup de drames, de chagrins inconsolables et les abysses de l'esprit humain confronté à la perte de l'être aimé. Il est en effet beaucoup question de ruptures et de vies brisées dans cet ensemble de nouvelles. L'écriture accompagne à merveille ses trajectoires brisées livrant des personnages complexes et proches de nous ou de nos proches.

La lecture fut donc rapide et plaisante au possible. Les textes se suivent, se complètent les uns les autres au niveau des thématiques abordées et c'est le sourire au lèvre (malgré des moments rudes) que l'on referme ce livre au charme particulier et durable. Une belle expérience que je ne peux que vous conseiller.