lesdomestiquesbossert

L'histoire: Isabel et Pablo Marti se sont retirés dans les collines argentines, espérant y mener enfin une vie paisible, et n'entendent laisser personne faire irruption dans leur nouvelle maison. Aussi, lorsque les Ramirez, un couple de domestiques, se présentent à leur porte, les Marti pensent à un fâcheux malentendu; ils leur proposent toutefois de les héberger la nuit, qui s'apprête à tomber. Mais, le lendemain, c'est en tenue de majordome que Javier leur sert le petit-déjeuner. Et, du statut d'intrus à celui de parasites, puis d'ennemis, les Ramirez ne semblent vraiment pas décidés à quitter les lieux qu'ils ont si insidieusement investis...

La critique de Mr K: Belle petite claque que ce livre qui tient toutes les promesses entraperçues en quatrième de couverture. Le hasard fait vraiment bien les choses et je me souviendrai longtemps de la cruelle mésaventure qui arrive à ce petit couple de personnes âgées dans Les Domestiques.

Isabel et Pablo Marti ont eu une vie bien remplie avec son lot de bonheurs et de coups durs. Pour profiter au maximum de leurs dernières années, ils se sont installés dans une petites maison bien à l'écart du village. Ils sont encore en forme malgré quelques tracas de santé et une maladie vaincue pour Isabel. Malgré quelques visites aux copains et au magasin général, ces deux là vivent quasiment en autarcie, entre amour fusionnel, petits plaisirs littéraires et le jardinage en compagnie de leur chat noir. Tout bascule le jour où un couple mystérieux vient sonner à leur porte avec à la main une petite annonce disant que les Marti recherchent un couple de domestiques. Il n'en est rien et ces derniers leur offrent le gîte pour la nuit car il est tard. Le lendemain, mus semble-t-il par la folie, les deux intrus sont en tenue et ont commencé à travailler. Ce n'est que le début des ennuis…

Quelle descente aux Enfers! On a beau s'y attendre, on est pris à la gorge par la tension sous-jacente de cette situation hors-norme tirant vers le délire psychotique. Par petites touches successives, avec un sens du suspens rare, Gustavo Bossert explore au scalpel les relations humaines et les affres du passé. Qui sont ces deux domestiques? Quel est leur projet final? Les petits vieux vont-ils pouvoir retrouver leur calme et leur habitation? Plus on avance dans la lecture, plus on se demande où veut nous mener l'auteur qui se plaît à enfoncer le clou jusqu'à l’écœurement. Le lecteur est envahi par un sentiment de révolte, d'injustice et de malaise. C'est suffisamment rare pour être notifié, j'ai même été en colère par moment tant on est pris par l'intrigue.

Pour accentuer encore plus ces impressions, au détour de quelques pages, l'auteur nous raconte la vie qui continue au village et même si l'on s'interroge sur l'absence prolongée du couple au marché, au bar et même à l'Église, on ne s'inquiète pas, on pense qu'ils profitent désormais de davantage de quiétude grâce à l'embauche de ce couple si charmant, si attentionné. Et pourtant, tout va de mal en pis chez les Marti et on se demande bien comment tout cela va finir. Aucun temps mort, un suspens insoutenable, impossible dans ces conditions de relâcher le livre avant l'ultime page qui vous réservera une surprise bien spéciale et implacable.

Une vraie petite bombe que ce roman noir sud-américain, un bijou de finesse et d'intelligence servi par une langue accessible et immersive à souhait. Un bonheur de lecture que je vous invite à découvrir au plus vite.