ColeresL'histoire:
- C'est quoi l'histoire?
- On doit causer à un type!
- Un sale type?
- Le poids lourd!

La critique de Mr K: On ne le dira jamais assez, les brocantes et autres magasins discount regorgent de petites découvertes sympathiques si on se donne le temps de fouiller et farfouiller! La preuve en est encore aujourd'hui avec ce recueil BD déstocké à prix d'or qui me tendait ses petits bras! Quatrième de couverture fort en gueule, dessins intrigants et peu communs... Il ne m'en fallait pas plus pour me laisser tenter. Une bonne lecture à la clef, qui même si elle ne révolutionne en rien le genre, y contribue de fort belle manière.

Tout commence dans un train. Roger Bollard, un prisonnier condamné pour meurtre est transféré dans un autre établissement pénitencier. Profitant d'une inattention de ses gardes, il s'évade du train en marche et trouve refuge auprès de Georges Trauvel conducteur de train au passé refoulé, vivant seul avec sa fille Line. Très vite, l'étau se resserre autour du fugitif qui intéresse beaucoup de monde jusqu'au plus haut sommet de l'état. Grâce à l'aide de Pavel, un vieux compagnon de route de Roger, ils vont tenter de démêler l'écheveau et faire éclater la vérité.

La grande force de cette œuvre réside dans la caractérisation des personnages. Même si on retrouve quelques archétypes vus et revus, ils sont ici pétris d'humanité et dégagent une force de vie peu commune. Le moindre personnage secondaire par ses paroles ou actes participent à la construction d'une histoire réaliste ancrée dans une époque (les années 60 en France) bien précise. L'empathie fonctionne à plein régime. J'ai adoré le personnage de Georges Trauvenne, un homme brisé par son passé (révélation est faite en milieu de volume), refermé sur sa vie, s'occupant seul de sa fille après la mort de sa compagne. Il n'accepte pas son destin mais il ne lutte pas contre, il le déjoue constamment et profite du moindre moment. Pour autant, ses vieux principes reviendront le titiller quand l'occasion lui sera donnée d'aider un homme en péril.

image 0
(Cliquez sur les planches pour voir en plus grand)

Comme dit plus haut, Roger Bollard est poursuivi par des types pas très clairs. Derrière son histoire, se cache une machination orchestrée pour lui faire porter le chapeau. Il s'est cependant gardé une assurance en dérobant de mystérieux papiers qui contiendraient des preuves accablantes. Dépassé par les événements, il fera appel à Pavel, un vieux briscard perceur de coffre à ses heures perdues et qu'il a connu sur quelques "coups". Fils d'immigrés russes, il a été à l'école de la rue et s'est toujours écarté du crime organisé. En compagnie de Georges, il va avoir fort à faire avec des sbires de l'État prêts à tout pour se débarrasser d'éventuels gêneurs. Toute l'histoire se résume en fait à un road movie haletant sur lequel viennent se greffer quelques flashback sur le passé des personnages. Peu à peu, le jour se fait pour révéler une affaire bien plus importante qu'elle n'y paraît au premier abord.

image 1

Personnages très réussis donc et une époque admirablement reproduite au détour de détails du quotidien comme les moyens de transports, les tenues et la façon de parler bien marquée. Ce fut un bonheur de tous les instants que de lire l'argot des campagnes qui donne une saveur toute particulière à cette aventure que l'on pourrait qualifier par moment de picaresque. Le genre, bien que majoritairement policier, vire parfois au roman noir avec quelques élans d'amour profond et loin de la niaiserie. Les révélations sont parfois poignantes dont une évocation de la résistance à l'occupant pendant la seconde guerre mondiale. On passe vraiment par tous les états entre moments sombres, décontraction et émotions fortes. Pas mal pour une totale découverte! Le seul bémol que je mettrais à cette entreprise est la fin que j'ai trouvé quelques peu bâclée. Tout est expliqué rassurez-vous, mais les auteurs auraient pu rajouter deux trois planches pour éviter une conclusion un peu trop abrupte.

image 2

Ce fut donc une excellente lecture que cette BD dont les dessins sont assez originaux (je vous laisse juge) et combinent à la fois détails et mouvements. Un bon moment entre évocation d'un passé révolu, d'une certaine France et d'une manière de concevoir les rapports humains (rassurez-vous on est aux antipodes de Zemmour et de ses élucubrations!). Une expérience que je vous invite fortement à entreprendre!

image 3