doaL'histoire: CHASSELAS (n. m.) : Cépage blanc surtout apprécié comme raisin de table. Le chasselas de Moissac, qui bénéficie de l'Appellation d'Origine Contrôlée, est le plus réputé. Il est produit dans le Bas Quercy, à hauteur de 7000 tonnes par an pour un chiffre d'affaires à la revente estimé à 45 millions d'euros.
COCAÏNE (n. f.) : Alcaloïde dérivé de la coca. Parfois utilisée en médecine. En général prisée sous forme de poudre blanche aux effets excitants. Les principaux pays producteurs (Colombie, Venezuela et Bolivie) en fournissent 900 tonnes par an pour un chiffre d'affaires à la revente estimé à 250 milliards d'euros.
MONDIALISATION (n. f.) : Propagation de phénomènes au monde entier. Interdépendance croissante des hommes, de leurs systèmes politiques et économiques, et de leurs activités à l'échelle de la planète.

La critique Nelfesque: J'ai découvert DOA il y a quelques années avec l'excellent et non moins exigeant "Citoyens clandestins". "Le Serpent aux mille coupures" est à mettre en perspective avec ce dernier, chose que j'ignorais totalement au début de ma lecture.

Il faut dire aussi que la 4ème de couverture de ce présent roman est on ne peut plus énigmatique. On se dit qu'il y a de fortes chances que l'on se lance dans une lecture ayant pour sujet la drogue dans une région viticole avec en toile de fond un commerce illicite mondial. Bingo! C'est faible niveau détails mais on a ici les grandes lignes.

Une famille de jeunes viticulteurs nouvellement installées dans la région est persécutée par les anciens du coin. Ici, on ne veut pas de nouveaux et on ne veut encore moins d'un africain. Inlassablement, ils font l'objet de pressions et de harcèlements. De nombreuses plaintes sont déposées à la gendarmerie locale mais rien n'avance et ces derniers sont voués à continuer de subir, au péril de leur vie, les menaces de leurs voisins ou à quitter les lieux et leur rêve de vie à la campagne au milieu des vignes.

Dans ce climat déjà tendu, le destin va s'acharner... Une même nuit où certains sabotent pour la énième fois les vignes d'Omar Petit, 3 dealers colombiens se font liquider au même endroit, au même moment. S'en suivent une cavale, une prise d'otage dans la ferme des Petit, une vengeance, une course poursuite... 213 pages de quiproquo, de bêtise crasse, d'injustice, de survie. Une plongée dans le monde des cartels de la drogue à l'échelle du sud ouest de la France. Al Capone chez les bouseux.

Ce thriller / roman noir est un petit bonheur pour qui aime le genre. Le lecteur se questionne, se perd, retrouve son chemin, s'interroge, s'indigne et passe par tous les sentiments. Qui est coupable? Qui est victime? Tout est beaucoup plus compliqué qu'il n'y parait et en peu de pages DOA livre un roman beaucoup plus simple et accessible que "Citoyens clandestins" mais où pointe des questionnements qui trouveront réponse dans ce dernier. Sa lecture étant assez lointaine pour moi, il a fallu que je me replonge dans ses pages prisent au hasard pour raviver ma mémoire et comprendre la toute fin du "Serpent aux mille coupures". Lire la dernière phrase d'un roman et ne rien comprendre, je crois qu'il n'y a rien de pire!

Je vous conseille donc cette lecture si vous avez lu "Citoyens clandestins" et si vous aimez les histoires se passant dans les milieux de la drogue. Egalement si des sujets tels que le racisme et l'injustice vous touchent. D'autant plus en ce moment, vu l'actualité politique...