moi vivantL'histoire: Leslie Plée raconte avec ironie son expérience dans la grande distribution de produits culturels où l'on vend des livres comme on vendrait des paquets de lessive... Conditions de travail ahurissantes, management absurde, obsession de la rentabilité, tout est passé en revue.

La critique Nelfesque: Je suis adepte des blogs BD depuis de nombreuses années: Boulet, Pénélope Bagieu, Margaux Motin, Cha, Mélaka, Lewis Trondheim... Bref, je suis adepte des blogs BD depuis de nombreuses années!

J'ai beaucoup lu d'avis et de critiques de "Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses" sur la toile mais je ne l'avais toujours pas lu. Pire, Leslie Plée ne fait pas partie de ma blogroll BD. Découverte par Pénélope Bagieu, cette jeune dessinatrice qui rêvait d'être libraire, a publié cette première bande-dessinée en 2009.

Je suis tombée un peu par hasard sur cet ouvrage lors de notre dernière virée Emmaüs. Je me suis dis que c'était l'occasion de découvrir cette dessinatrice et je suis repartie avec l'ouvrage sous le bras.

Côté dessin, Leslie Plée fait ici dans la simplicité. Pas de décors fouillés, répétition de postures, personnages toujours dessinés de 3/4. Rien de neuf sous le soleil ni de génialissime au point de se dire que l'on vient de tomber sur la dernière pépite en matière de dessinateur. Ce n'est pas non plus là que veut se situer Leslie Plée et l'intérêt de cette BD est ailleurs (comme la vérité dans X-Files).

Leslie nous retrace ici son premier job dans la grande distribution de produits culturelles. Déjà rien que le terme est moche... "Grande distribution de produits culturelles"... Naïvement elle pense qu'elle va vivre là sa grande expérience de libraire mais c'est un mode de productivité, d'objectifs, de management extrême et limite de souffrance qui va souvrir à elle.

J'avais lu que "Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses" était une BD drôle. J'ai souri parfois mais je n'ai jamais vraiment ri. Ou si, mais jaune. Tout le long de cette lecture je n'avais en tête que "la pauvre... la pauvre... la pauvre...". Les collègues sont désabusés, décérébrés ou crevés (comme Leslie), les chefs sont faussement agréables pour pouvoir toujours demander plus aux employés, les clients sont incultes, désagréables... Bienvenue dans le monde absurde de la grande distribution! Ici, on vend des romans comme on vend du pâté, les gens compétents ne sont pas placés dans les bons rayons, l'initiative est rabaissée et les coups bas pleuvent. Leslie tombe de haut et le lecteur avec elle.

De quoi vous faire aimer d'autant plus votre petit libraire indépendant!

moi vivant 1