la bête immonde

L'histoire: Maggelburg, quelque part en Europe. Une jeune femme enquête sur la mort de son frère, dont le corps a été retrouvé à la lisière d'une forêt surnommée la forêt des Charniers.

La critique de Mr K: En novembre dernier, nous avons été contacté Nelfe et moi pour visionner et donner notre opinion sur ce film. Notre interlocuteur nous avait prévenu en nous précisant que c'était tout l'un ou tout l'autre: soit on aime, soit on n'aime pas ce long métrage. Disons-le clairement, nous appartenons à la deuxième catégorie et un pote qui était de passage le soir du visionnage a cru que l'on voulait se débarrasser de lui en lui montrant ce film! C'est dire qu'il est réussi...

Le synopsis au dos du DVD est court mais suffisant. Il ne se passe pas grand chose durant les 52 minutes du film et franchement je m'attendais à autre chose. Est-ce le gugusse déguisé en membre du Ku Klux Klan? La joli nana planquée derrière son arbre? La Bande Annonce aussi sommaire que bizarroïde? En tous les cas, je m'attendais à un pur film du genre slasher en forêt avec hémoglobine et gonzesses à poil style série Z des familles... Et ben non! Mr K est un âne, il s'agit ni plus d'un moins qu'un pseudo pensum sur le racisme, ses ramifications et le côté pas "bien du tout" de ce type de comportement ou réaction! Perso, j'ai rien contre les films à message mais on est bien loin d'un American story X! Jugez du peu.

Les acteurs sont totalement à la rue et non dirigés, des passages sont tout bonnement ubuesques tant les dialogues sont ringues et tournent à vide (mais... mais... qui me parle?). Bon certes, l'actrice jouant le rôle principal est jolie mais franchement un rôle de plante verte aurait été plus à la mesure de son talent (j'espère qu'elle a continué ses études pour voir l'avenir avec espoir...). Vous allez dire que je suis méchant... mais franchement, il faut le voir pour le croire! La seule personne du casting qui s'en sort (et encore, c'est limite!) est Maïk Darah (voix française de Woopy Goldberg) qui par sa science du placement de voix joue plus ou moins bien... Les reportages de la télé locale reconstitués par le réalisateur sont particulièrement affligeants, on n'y croit pas un moment avec des interviews de faux racistes de base bien stéréotypés et caricaturaux qui sont plus navrants que choquants.

LA BETE IMMONDE 1

Et la forme alors... ben c'est à la mesure du reste. Halexander ne sait pas tenir une caméra et encore moins cadrer. Contre-jour, mauvais raccords, cadrages hideux (ah, le passage où les acteurs principaux regardent par la fenêtre de l'appartement...). Seule petite lueur d'espoir, la musique qui, bien que simpliste et déjà entendue, place une micro-ambiance bien glauque (ben oui, je suis un bon gars et je cherche des points positifs). On a affaire à une espèce de film de fin d'étude mal fichu qui se donne de l'importance et finalement tombe à plat.

LA BETE IMMONDE 2

Désolé donc pour les auteurs de cet ovni même pas drôle, je ne peux que déconseiller ce film tout en sachant qu'une critique n'est que le reflet de mon opinion et que je ne suis pas détenteur de la Vérité absolue (sauf pour mon chat). Si certains d'entre vous cependant souhaite tenter une expérience hors du commun, si la vie vous paraît laide et désespérée, si votre belle voisine est une peau de vache doublée d'une sadique, si votre chat ne pense qu'à dormir sans jamais venir vous faire des câlins... bref, si votre situation est désespérée, franchement foncez! Vous verrez que finalement la vie... ça vaut le coup!

Pour plus d'info sur le film: voir le blog consacré à ce dernier.