l-affiche-americaine-du-film-le-hobbit-un-voyage-inattendu-10771105mkqkm

L'histoire: Dans "Un voyage inattendu", Bilbon Sacquet cherche à reprendre le Royaume perdu des Nains d'Erebor, conquis par le redoutable dragon Smaug. Alors qu'il croise par hasard la route du magicien Gandalf le Gris, Bilbon rejoint une bande de 13 nains dont le chef n'est autre que le légendaire guerrier Thorin Écu-de-Chêne. Leur périple les conduit au cœur du Pays Sauvage, où ils devront affronter des Gobelins, des Orques, des Ouargues meurtriers, des Araignées géantes, des Métamorphes et des Sorciers...
Bien qu'ils se destinent à mettre le cap sur l'Est et les terres désertiques du Mont Solitaire, ils doivent d'abord échapper aux tunnels des Gobelins, où Bilbon rencontre la créature qui changera à jamais le cours de sa vie : Gollum. C'est là qu'avec Gollum, sur les rives d'un lac souterrain, le modeste Bilbon Sacquet non seulement se surprend à faire preuve d'un courage et d'une intelligence inattendus, mais parvient à mettre la main sur le "précieux" anneau de Gollum qui recèle des pouvoirs cachés...Ce simple anneau d'or est lié au sort de la Terre du Milieu, sans que Bilbon s'en doute encore...

La critique Nelfesque: Après l'avoir attendu pendant des mois, nous n'avons pas traîné pour aller voir "The Hobbit". Impossible ainsi d'être spoilés et pollués par les différents avis (bons ou mauvais) qui fleurissent sur la toile.

Je ne pourrai faire aucune comparaison avec le bouquin de Tolkien, ne l'ayant pas lu, ou plutôt devrais-je dire, n'ayant jamais réussi à le lire. Parce que oui, autant le dire tout de suite, quitte à déchainer les foudres des amateurs de fantasy, Tolkien je ne peux pas... J'ai essayé mais non je n'y arrive pas. Je n'aime pas Tolkien, voilà c'est dit, lancez vos tomates!

Pourtant, j'ai aimé l'adaptation cinématographique du Seigneur des Anneaux et j'attendais avec impatience ce Bilbo. Avec "Le Seigneur des Anneaux" et surtout "The Hobbit", puisqu'on parle de ce film ci aujourd'hui, j'ai retrouvé mon âme d'enfant. J'aime l'univers présenté, les paysages à couper le souffle encore une fois, les valeurs véhiculées, l'histoire dans sa globalité.

the-hobbit-galadriel-gandalf

"The Hobbit: un voyage inattendu" est plus orienté jeunesse, l'humour est beaucoup plus présent que dans "Le Seigneur des Anneaux" (désolée, j'en parle beaucoup mais comment l'occulter!?) et je dois l'avouer, je suis restée bouche bée devant la beauté des images. Il y a tant à voir... Pour ne citer qu'eux, l'antre des Gobelins foisonne de détails, la cité des elfes est toujours aussi belle et la bataille des géants de pierre est impressionnante. Et pour la grande enfant que je suis, quel plaisir de faire la connaissance de Radagast et de son univers farfelu et attachant. Mention spéciale pour ses lapins de compet'! Je veux les mêmes!

Radagast

Alors oui, il y a quelques défauts... Le roi des nains est bien trop beau pour être un nain (non pas qu'ils soient tous moches mais ils ont un physique de nain, pas celui d'une couverture de mode!), idem pour Kili (mais là je vais pas me plaindre... ^^). Le film a quelques longueurs mais comment faire autrement quand on fait d'un roman de 400 pages, 3 longs métrages de 3 heures!? Je trouve également qu'on ne se focalise pas assez sur Bilbon mais peut être que cela va changer dans les 2 autres opus... Des défauts donc mais qui n'en sont pas vraiment à mes yeux, sur lesquels je passe l'éponge sans problème.

nains

Allez voir "The Hobbit" avant de trop en entendre parler. Quant à moi je me laisserai bien tenter par un second visionnage mais en 2D cette fois ci (la 3D, je trouve ça sympa mais ça m'agace quand on me l'impose...).

La critique de Mr K: 5/6. On peut dire que je l'aurai attendu celui-là. Grand fan indécrottable de Tolkien, j'avais hautement apprécié l'adaptation que Jackson avait réalisé du triptyque du Seigneur des anneaux. Tout naturellement, on ne pouvait que souhaiter très fort qu'il adapte la préquelle avec la maestria et la sensibilité que l'on connaît à cet ex-réalisateur de films gores rigolos (Gloire à Brain Dead et Bad Taste!) devenu par la suite un réalisateur plus consensuel mais tout aussi talentueux (Créatures célestes notamment). Et dire qu'il a failli laisser son bébé à d'autres dont son très apprécié et estimé pote Del Toro. Mais voilà, les aléas de prod font que le king en personne réalisera les trois films relatant la quête de Bilbo.

the-hobbit-trolls

N'allons pas par quatre chemins, ce Voyage inattendu est une pure réussite formelle avant tout. Je suis resté stupéfait devant la majesté des paysages et la minutie des reconstitutions de la Terre du Milieu. On s'y croit vraiment et je me suis retrouvé directement dans ma défroque de môme de douze ans quand j'ai découvert l'ouvrage éponyme. Une belle claque visuelle dans laquelle se meuvent des personnages inoubliables. On retrouve avec un plaisir sans borne Ian McKellen dans le rôle de Gandalf (il est trop fort ce magicien et toujours aussi malin), Kate Blanchet retrouve la figure elfique de Galadriel (là je perds tout sens critique vu le charme fou que je lui trouve...). Mais THE revelation (enfin pas autant que ça...) est l'acteur qui joue Bilbo: Martin Freeman (déjà aperçu dans Love Actually et H2G2). Tout bonnement exceptionnel, il porte le rôle titre avec une aisance et un naturel confondant. Quel riche idée d'avoir pensé à lui! Gollum reste Gollum et Serkis révèle une fois de plus son talent pour incarner les créatures fantastique (King Kong de Jackson, c'est lui aussi!). Je ne vais pas passer tout le casting en revue mais sachez qu'il n'y a aucune faute de goût à mes yeux.

Bilbon

Le ton est bien plus léger dans The hobbit, l'humour y a entièrement sa place notamment grâce à la présence dans la compagnie de nains particulièrement paillards, amateurs de bonne chaire et de chansons. Cela donne des moments drôlatiques à souhait. Cerise sur le gâteau, répondant aux critiques acerbes de certains fans (dont je fais partie), la fameuse herbe que fument à la pipe les hobbits révèle enfin ses vraies vertues dans une scénette particulièrement réussie mettant en scène le mage brun Radagast (homme complètement à côté de ses pompes tiré par un chariot mu par des lapins géants, tout bonnement énorme!). Pour autant, les phases d'action ne sont pas en reste et des passages sont véritablement épiques comme dans le repère gobelin ou l'attaque de Smaug sur Erebor. La camera virevolte, plane... on est en terrain connu. C'est bien le réalisateur du Seigneur des anneaux derrière la caméra, un fanatique de Tolkien qui fait tout pour adapter le plus fidèlement possible le livre dont il s'inspire.

Gollum

Pourquoi 5/6 alors, me direz-vous? Tout d'abord, il vous faut savoir que Mr K est un râleur de première et quand il aime, il regarde tout sur tout et a tendance à pigner! Primo, la musique est un vague copié-collé sur la BO des trois Seigneurs des anneaux. Pas vraiment d'inspiration mais elle a le mérite de coller parfaitement au décor, petite déception tout de même. Deuzio, la scène de la perte de l'anneau par Gollum et sa récupération par Bilbo me paraît bien courte et pas vraiment fidèle. En même temps, ça fait bien longtemps que j'ai lu l'œuvre originelle, du coup je l'apporte avec moi dans le Périgord pour Noël histoire de me rafraîchir la mémoire. Heureusement juste après, la scène du combat d'énigmes est particulièrement réussie. Tertio, la 3D. Une fois de plus, je l'ai trouvé inutile ou si peu, et les couleurs perdent en peps. Régulièrement, je les soulevais afin de profiter au max des paysages grandioses. Enfin, je ne comprends toujours pas pourquoi trois films alors que deux auraient suffi je pense tant des passages sont plus du remplissage qu'autre chose (à quoi bon remontrer Bilbo âgé avec Frodo pendant 20 minutes de verbiages pas vraiment utiles sauf pour ceux qui n'auraient pas vu les trois opus précédents...). L'appât du gain?

Bilbon2

Rassurez-vous, le film est tout de même une réussite rare et on passe un pur moment de bonheur pour tout fan du genre. De l'aventure avec un grand A, de l'humour, de la poésie et une histoire éternelle. Les 2h45 passent à toute vitesse et on ressort émerveillé comme un gamin, et cela ça n'a pas de prix! À ne louper sous aucun prétexte sous risque de vraiment le regretter!