invisibleL'histoire: Montauk, Nouvelle-Angleterre. Jake Cole revient pour la première fois depuis près de trente ans dans la maison où il a grandi. Son père, un peintre reconnu et célébré dans tout le pays à l’égal de Jackson Pollock, y vit reclus depuis des années, souffrant de la maladie d’Alzheimer. Son état a récemment empiré et une crise de démence l’a conduit à l’hôpital. Si ses jours ne sont pas en danger, ses moments de lucidité sont rares. Jake est lui aussi un artiste en son genre. Travaillant en indépendant pour le FBI, il possède un don unique pour lire les scènes de crime et entrer dans l’esprit des psychopathes.
Lorsque le shérif lui demande de l'aider à résoudre un double assassinat, Jake fait vite le lien avec le crime du passé, jamais résolu.
Alors que la ville, menacée par un terrible ouragan, est en pleine évacuation, les meurtres se succèdent et Jake est bientôt convaincu que son père connaît l'identité de l'assassin. La clé réside-t-elle dans les 5 000 mystérieux tableaux qu’il a peints inlassablement ces dernières années et qui semblent constituer une sorte d’étrange puzzle ?

La critique Nelfesque: J'ai terminé ce roman hier et je ne peux pas faire autrement, il FAUT que je vous en parle aujourd'hui. Comme une urgence. Une urgence qui a pris naissance au cours de ma lecture et qui n'a fait que s'accroitre.

"L'Invisible" est un thriller à part. Commençant comme un policier lambda, il faut attendre la moitié du bouquin pour sentir poindre un petit quelque chose qui ne va faire que grandir au fil des pages. La première moitié n'est pas particulièrement difficile à lire mais je n'ai ressenti d'intérêt qu'à mi chemin de cette lecture. Le petit intérêt se transforme rapidement en course contre la montre, en sentiment d'urgence, pour finir dans un final de dingue et un retournement de situation magistral. C'est bien simple, je n'ai plus pu le lâcher.

Jake est un flic du FBI de retour dans sa ville natale pour régler un problème personnel avec son père. Ce retour aux sources n'est pas chose aisée puisqu'il est en froid avec son paternel depuis la mort sordide de sa mère, retrouvée écorchée vive à côté de sa voiture une nuit d'été. Entre problèmes familiaux, vieux démons et une nouvelle enquête qui pointe le bout de son nez et fait échos étrangement à son histoire personnelle, Jake va cheminer sur une route de plus en plus opaque, dans une ambiance pesante et apocalyptique.

Un ouragan approche de Montauk. Robert Pobi fait de cette condition climatique, qui pourrait n'être qu'anecdotique, un élément majeur qui condition son histoire, le rythme donné à son roman et son écriture. Il frappe un grand coup et par ce biais marque le lecteur et offre un thriller "avec un truc en plus". Rajoutez à cela que "L'Invisible" est le premier roman de Robert Pobi et c'est le double combo dans ta face! Ils ont le nez fin chez Sonatine! J'ai bien hâte de voir les prochains écrits de ce monsieur et suis ravie d'avoir lu ce premier roman surprenant.

Il est difficile de parler de cet opus sans en dévoiler plus qu'il n'en faut. Il fait parti de ces oeuvres qu'il faudra relire pour déceler les indices à côté desquelles nous sommes passés. Une chose est sûre, je me suis faites complètement bernée et la fin m'est tombée sur la tronche sans que je m'y attende. Et qu'est ce que c'est bon!

Pour les psychopathes de thrillers dont je fais partie, sachez que les découvertes de corps sont glauques et "tordages de nez" (mention spéciale au dernier meurtre qui est on ne peut moins "original" (ça c'est pour le côté sanguinaire)), les personnages sont intéressants de part leurs psychologies et leurs vécus (ça c'est pour le côté noir) et le tout est servi avec une écriture propre à l'écrivain, loin de la facilité (ça c'est pour le côté exigeant!).

Vous faites quoi là!? Vous ne courez pas chez votre libraire!? Et bien vous avez tort!