BN afficheL'histoire: Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige.

La critique Nelfesque: Nous avons profité de la fête du cinéma pour aller voir "Blanche Neige et le chasseur". La bande annonce visionnée quelques temps avant nous avait mis l'eau à la bouche.

Je ne suis pas vraiment adepte des blockbusters mais j'ai eu envie d'aller voir ce long métrage qui à la vue des premières images avait l'air d'envoyer du lourd. Bien qu'ayant du mal à imaginer Blanche Neige en néo-Jeanne-D'Arc comme on nous la présentait, j'y suis allée quand même et je ne regrette pas. La partie baston "elle revient et elle n'est pas contente!" omniprésente dans la bande annonce n'est qu'une infime partie du film. Tant mieux car ce n'est pas ce qu'il y a de plus plaisant dans ce film.

Ce que je retiendrai surtout de "Blanche Neige et le chasseur", c'est tout d'abord la beauté des costumes. J'ai cherché qui s'était frotté de façon si talentueuse à la garde robe des acteurs et il se trouve que c'est Colleen Atwood qui a déjà sur son CV le masque d'Anthony Hopkins dans "Le Silence des Agneaux", les ciseaux de Johnny Depp dans "Edward aux mains d'argent", les tenues d'"Alice au pays des merveilles" de Tim Burton ainsi que nombreux autres de ses films... Excusez moi du peu! Elle a maintenant également à son actif, les tenues de Charlize Theron dans "Blanche Neige...". Déjà que cette actrice est magnifique, parée de costumes "gothico-médiévaux" elle est littéralement sublimée.

BN

Charlize Theron est pour moi la grosse claque en matière de personnage dans ce film. Intrigante, cruelle, émouvante parfois malgré tout, elle tient son rôle d'implacable méchante reine avec brio. Kristen Stewart, Blanche Neige, semble quant à elle bien fade... Son jeu, plat et constant, est toutefois brillant dans celui de la moule neurasthénique! Elle a peur? Elle est contente? Elle est déterminée ou surprise? Elle joue toujours pareil... Bon...

BN2

L'autre point positif de ce film à mes yeux: une ambiance scotchante portée par un bestiaire et des décors fantastiques vraiment chouettes. Troll "pont", arbres/créatures démoniaques, champignons dotés d'yeux, tortues recouvertes de fleurs, fées espiègles, animaux de la forêt... j'ai retrouvé ici un petit côté "L'histoire sans fin", film culte de mon enfance. J'ai été émerveillée dans le repère des fées par la multitude de détails magiques et j'ai frôlé l'angoisse dans "l'Obscure Forêt". Chapeau!

Au final, je suis contente d'être allée voir ce film au cinéma. Je me suis retrouvée petite fille et j'ai aimé ça! "Blanche Neige et le chasseur" est une bonne surprise et un très bon divertissement.

BN4

La critique de Mr K: 4/6. Une réelle bonne surprise pour ce premier film visionné durant l'opération La fête du cinéma. J'en avais lu une assez bonne critique dans mon magazine préféré de cinéma (Mad movies pour ne pas le nommer) et j'abonde en leur sens. Certes, rien n'est inventé dans ce métrage mais l'art du remixage est ici porté à son paroxysme pour le plus grand plaisir du spectateur.

BN3

Un avertissement tout d'abord, si vous êtes un extrémiste de Grimm, passez votre chemin! Les auteurs ont ici pris délibérément leurs distances avec le conte original pour nous livrer une version plus féministe et plus sombre (quoique l'original est déjà bien dark à sa manière). Ainsi, la princesse est débrouillarde et combative, les nains des voleurs, le chasseur un beau gosse charmeur... Restent des éléments clef restés intactes avec au premier rang d'entre eux la méchante reine interprétée ici avec brio par Charlize Theron. Sublime, cruelle, mélancolique, obsédée par le pouvoir, habillée de tenue tout bonnement démente, un trône de crâne avec corbeaux à ses pieds... Elle illumine le film de sa présence à la fois mortifère et diabolique. Je dois avouer que je suis tombé sous le charme surtout que pour une fois, tous les personnages ne sont pas blancs ou noirs, chacun trainant avec lui le poids d'un passé douloureux. A préciser que ce film n'est pas fait pour être vu par les plus jeunes enfants tant il montre des tableaux parfois très sombres et effrayants, le climax est réellement très oppressant par moment.

BN1

Le film est de bout en bout d'une beauté stupéfiante. Certains passages me marqueront pendant longtemps comme l'entrée de Blanche Neige dans l'Obscure forêt qui se déchaîne contre elle (branches serpents, nuées d'insectes, grouillements de vermisseaux etc...), l'arrivée de la belle et de ses compagnons au sanctuaire (spéciale dédicace à la tortue recouverte de mousse et de pâquerettes et aux champignons avec des yeux). Certains tableaux m'ont fait pensé à l'indépassable Legend de Ridley Scott tant on semblait côtoyer tour à tour les visions de l'Enfer et du Paradis chères à Dante. Je n'avais pas ressenti une telle immersion depuis longtemps. La musique réhausse le tout même si elle n'est pas exceptionnelle.

Quant à l'interprétation... Les acteurs sont à peu près tous impeccables même si comme dit plus haut, Charlize Theron est largement au dessus du lot (je crois que je suis tombé amoureux là...). La seule qui m'ait moyennement convaincu (et c'est d'ailleurs un peu génant) est Kristen Stewart qui semble être sous influence cannabique durant tout le métrage. En état de rêve éveillé, son jeu m'a semblé plat avec quelques outrances par moment. Et dire qu'elle et Patinson sont des stars en devenir... Je n'ai jamais vu un seul Twilight mais avec Cosmopolis et aujourd'hui ce film, je ne suis guère convaincu par leurs prestations respectives. Quant au miroir, il a de la m.... dans les yeux, Blanche Neige n'est certainement pas la plus belle du royaume! Attendez que Nelfe et Charlize l'atomisent et on en reparlera!

BN5

Un bon film qui m'a fait penser aux bons moments que j'avais pu passer devant des œuvres telles que Legend, Willow, Krull et autres productions eighties du même genre. Blanche Neige et le chasseur ne les surpasse pas mais le temps de deux heures, le rêve et parfois le cauchemar sont bel et bien là, et c'est ce qui comptait le plus pour moi.