foliosf170-2004L'histoire: Messire de Tourneville s'apprêtait à rejoindre le bon roi Édouard guerroyant en France quand, à la stupeur générale, un fantastique engin volant atterrit près de son château, libérant toute une floppée de drôles de petits hommes bleus aux longues oreilles. «Sans doute des Sarrasins que ces maudits Français auront ralliés à leur cause» songe le bon Roger qui les fait illico trucider.

Grâce au merveilleux char volant pris à l'ennemi, il ira libérer la Terre sainte. Mais trahison! Au lieu de mettre obligeamment le cap sur Jérusalem, un otage détourne à travers les espaces intersidéraux nos preux chevaliers bardés de fer qui, s'ils ne comprennent pas grand-chose au film, n'en démontreront pas moins à toute la galaxie ce qu'un loyal sujet de la Couronne d'Angleterre peut faire avec une simple arbalète, un peu de ruse et beaucoup de vaillance!

La critique de Mr K: Belle surprise que ce livre trouvé une fois de plus chez l'abbé (on a nos entrées!). C'est ma seconde incursion dans l'univers SF de Poul Anderson après La Patrouille du temps que j'avais bien apprécié à l'époque. On retrouve ici le thème du choc des civilisations qui ici se traduit dans la distance et non le temps, d'où des situations tout bonnement ubuesques pour le plus grand plaisir du lecteur. C'est tout de même pas tous les jours qu'on a l'occasion de voir des chevaliers du Moyen-Âge explorer les confins de l'univers! Passé les premiers moments d'hébétude du pauvre lecteur incrédule que je suis, je me suis régalé! On retrouve l'esprit déjanté du Guide Galactique en un peu plus soft.

Et pourtant, au début, on se retrouve plongé dans un univers 100% médiéval assez bien rendu. Les mœurs sont cernées avec justesse et concision, et rien ne nous prépare vraiment au virage à 180° auquel l'écrivain va nous convier. On retrouve ici tout le talent de Poul Anderson pour peindre une période historique ancienne, son exigence en la matière est remarquable et a su me toucher. Mais cela ne dure pas longtemps, très vite un vaisseau spatial fait son apparition et nos aïeux vont devoir affronter une situation qu'ils expliquent difficilement: ces êtres étranges ne peuvent venir que des enfers vu leur aspect de diablotins bleus. La réponse ne se fait pas attendre et un bon massacre est perpétué au nom de la Foi et de l'Angleterre éternelle. De fil en aiguille, Sir Roger, le seigneur des lieux, et ses hommes se retrouvent plonger dans un gigantesque univers jusque là hors de portée où règnent en maître les Wersgorix.

C'est là qu'on rentre en plein délire, loin d'être décontenancé et de se laisser abattre Sir de Tourneville voulant sauver la face va s'employer à se comporter comme sur notre bonne vieille terre et jouer aux jeux qu'il préfère: la diplomatie et la guerre. S'ensuivent alors de longues partie de poker menteur avec son lot de bluffs et de trahisons qui vont nous mener jusqu'à une fin qu'on n'aurait jamais imaginé en tout début de lecture! La nature humaine étant de s'adapter et d'évoluer, vous verrez qu'ici nos chevaliers en armure font largement mieux que bien s'en sortir, malgré le gouffre technologique qui les sépare de leurs ennemis!

On passe donc un excellent moment entre bonne rigolade et dimension épique de l'ensemble. Les humains et leurs réactions sont parfaitement bien rendus, on n'imaginerait pas les choses se passer autrement à la vue de ce que l'on connaît des croyances et des us et coutumes du Moyen-Âge. Les extra-terrestre sont aussi très bien traités à leur manière, on suit avec délectation leurs raisonnements et erreurs qui vont leur poser bien des problèmes par la suite. Il ne m'a fallu que deux jours pour parcourir cet ouvrage qui trouvera une belle place sur mes étagères SF / Fantasy entre Terry Pratchett et Douglas Adams. À découvrir pour tous les amateurs!