serum-s1e1L'histoire:

1773 : MESMER INVENTE L'HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d'Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel?

La critique Nelfesque: Ce court roman de moins de 200 pages est le premier d'une longue série. Le terme "série" est ici très à propos puisque les auteurs, Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza, ont décidé de tenir le lecteur en haleine sur 3 saisons au moins, chacune découpée en 6 épisodes. Ils nous certifient qu'à la fin de ces 3 saisons, nous aurons toutes les réponses aux questions posées par ce premier épisode. Cela promet aux lecteurs de nombreuses pages de suspens et à l'éditeur de nombreux tomes à commercialiser!

Ce premier épisode est une bonne mise en bouche pour la suite. Nous faisons la connaissance des personnages principaux: Emily Scott, amnésique à la suite d'une tentative de meurtre à son encontre, Lola Gallagher, détective au 88ème district de New York et Arthur Draken, psychiatre et ami de Lola. Ce trio est au coeur de l'épisode et on peut vraiment comparer cet opus à un pilote de série TV.

On aperçoit déjà quelques failles dans les personnalités de chacun, quelques secrets dans leurs vies. Certains personnages secondaires, par leur curiosité, nous aide à y voir plus clair. L'ensemble est construit de manière maligne et donne vraiment envie au lecteur de poursuivre sa lecture. Une lecture qui s'avale très vite puisque quelques heures suffisent à terminer ce tome ci et laisse un peu le lecteur sur sa faim, lui donnant clairement la dalle pour le deuxième épisode. C'est bien joué!

L'attente pour lire la suite ne sera pas longue puisque le suivant sort en librairie le 25 avril et le troisième est prévu pour le 27 juin. Rien à voir donc avec des sagas littéraires dont il faut attendre un an pour connaitre la suite. Cependant ici, nous ne sommes pas dans une saga classique et il faut bien garder en mémoire que chaque épisode ne décrira pas une histoire complète comme cela est le cas par exemple dans les oeuvres de Camilla Läckberg en littérature ou dans "Fringe" en série télé. Dans ces derniers, même si il y a une trame principale et une intrigue sur le long terme, les épisodes ou les romans ne doivent pas nécessairement être vus ou lus dans l'ordre (même si c'est conseillé pour mieux les apprécier), chacun ayant sa propre histoire. "Sérum" sera lui à prendre dans sa globalité et la fidélité sera de mise si l'on veut connaitre le fin mot de l'histoire.

Le style est efficace, le rythme dosé et le lecteur est pris dans l'histoire dès les premières pages. Ensuite, pas de temps mort, le thriller est lancé, l'enquête se met en place. Il est impossible pour l'instant de dire si "Sérum" sera dans son ensemble un bon roman d'investigation mais ce premier épisode donne un ton qui me plait bien et laisse voir du bon pour la suite.

L'originalité de ce roman, en plus de son choix éditorial consistant à se calquer sur le rythme des séries télévisées, réside dans le fait que les auteurs ont décidé d'insérer de manière régulière des flashcodes dans leur roman. Des musiques d'ambiance sont alors proposées au lecteur pour accompagner sa lecture. Ce gadget donne un coup de jeune à la littérature. Le smartphone étant de plus en plus répandu, ce procédé est sympathique et apporte un plus. Toutefois, tout le monde n'en est pas équipé et ne peux donc pas jouir de ce bonus. En toute honnêteté, même si l'initiative m'amuse, je n'en suis pas fana, trouvant que le fait de prendre son téléphone pour flasher son roman casse le rythme de la lecture et coupe le plaisir que l'on peut avoir d'être seul face à sa lecture. Je dois être trop vieille pour ce genre de choses... Rassurez-vous le roman se lit très bien sans utiliser les flashcodes et on peut faire l'impasse dessus. C'est d'ailleurs ce que j'ai décidé de faire.

Au final ce premier épisode de "Sérum" est efficace et donne envie de poursuivre la découverte, d'autant plus qu'un aperçu de la suite est présenté à la fin de celui ci. Et comme l'indique la quatrième de converture, en cas d'accoutumance et en attendant les prochains épisodes, on peut toujours se rendre sur serum-online.com. Quand je vous disais que le concept était original!