la-nuit-eternelle-coverL'histoire: Une nuit sans fin s'est abattue sur la Terre depuis l'apocalypse nucléaire déclenchée par le maître. Les vampires, qui ont proliféré à un rythme vertigineux, ont réduit les humains à l'état de bétail, car, à leurs yeux, seul leur sang a encore de la valeur.

Un groupe de survivants résiste encore. Mais Ephraïm Goodweather, leur leader, n'est plus que l'ombre de lui-même: il ne s'est jamais remis de l'enlèvement de son fils et de la liaison entre sa petite amie, Nora, et son allié, Fet. Profitant de son désespoir, le maître lui propose d'épargner son fils en échange de l'Occido Lumen. Dans ce très ancien manuscrit, préservé au prix du sacrifice du professeur Setrakian, se trouve la clef pour détruire le Maître.

Ephraïm fera-t-il passer la vie de son fils avant le salut de l'humanité?

La critique de Mr K: Après quelques mois d'attente, j'ai pu finalement lire la fin de la trilogie de Del Toro et Hogan commencée par La Lignée et poursuivie par La Chute. Je vous avais fait part de la grande attente qui était la mienne à la fin de la lecture du tome 2. Et ben, ça a fait pshiiit comme l'a dit avant moi un grand amateur de croupes de ruminantes. Et encore, je reste poli car vous n'avez qu'à demander à Nelfe, je suis passé par tous les états au fil de cette lecture, le tout aboutissant à une grande déception doublée d'une colère que je n'avais pas ressenti depuis les épisodes 2 et 3 de Matrix ou l'épisode I de Star Wars (j'avais failli arracher les sièges du cinéma de Nanterre!). Bref, dégouté le Mr K!

Et pourtant, il ne manque pas de qualités ce livre! Les chapitres s'enchainent rapidement, la mayonnaise prend, les vampires sont bien thrash à la sauce Templesmith (30 jours de nuit) et franchement, je n'ai pas pu décrocher avant d'avoir fini. Certes la qualité littéraire est maigre mais les deux compères s'y connaissent en matière de suspens et de rebondissements... mais malheureusement pour eux ça ne veut pas dire pour autant qu'on puisse prendre ses lecteurs pour des cons! Moi le premier, j'en suis un... d'avoir banqué 21,50 euros pour cette bouse me retourne encore le bide...

Tout d'abord un postulat: j'adore le cinéaste Guillermo Del Toro. Le Labyrinthe de Pan est pour moi un classique et j'ai apprécié les Hellboy. Du coup, j'attendais de sa part le même génie au niveau littéraire. Grand mal m'en a pris vu que je me retrouve, dans ce volume trois, face à une "production" américaine bas de gamme, limite gerbante. Tout d'abord, nous n'avons plus vraiment de personnages devant les yeux mais des caricatures outrancières ce qui fait qu'on voit les choses arriver à 10 000 lieues à la ronde, la psychologie est réduite à son strict minimum et la beaufitude est érigée au sommet des qualités humaines (voir le personnage de Gus qui se révèle épouvantable et qu'on a envie de tuer tout au long du livre, ça finit par arriver et tant mieux!). Dieu est désormais omniprésent. D'ailleurs les vampires sont ses rejetons ou plus précisément les restes du cadavre d'un ange déchu!!! Oui, vous avez bien lu! D'un mythe païen mélangeant violence et sexe (Aaah! Bram Stocker me manque énormément d'un coup!), il faut que des bondieuseries viennent gâcher l'ensemble! Le héros a des visions qui lui disent quoi faire, il finit par se sacrifier... ça ne vous rappelle rien?! À la fin de ma lecture, je ne savais plus s'il fallait que j'en rie ou que j'en pleure! Rajoutez à cela un chapitre sur deux dédié à des scènes de baston à la Vandamme et vous obtenez ce livre que je qualifierai de bel étron littéraire!

Ouf! Ça fait du bien quand c'est dit! Vous l'avez compris, ma déception est immense face à ce que je considère comme un gros gâchis. Certes les deux premiers volumes n'étaient pas exceptionnels mais franchement il faut savoir s'arrêter avant de pourrir son travail. À lire seulement si vous n'avez jamais rien lu sur les sujets suivants: vampire et fin du monde. À lire aussi pour tous les amateurs de la série 7 à la maison car ils y retrouveront le manichéisme bien rétrograde et une coulée de bons sentiments factices à la mode Camdel. Pour les autres, franchement à part si vous avez lu les deux premiers tomes, passez votre chemin pour éviter toute perte de temps car franchement vous trouverez dix fois mieux sur les mêmes thèmes! Guillermo contente toi de faire des films!!!