CroisieredesoubliesLa01La critique de Mr K: Retour aujourd'hui sur une BD de 1984 trouvée dans notre magasin d'occaz préféré de Lorient. Dégoté pour pas chère (elle est légèrement abîmée), c'est un petit flashback dans mon adolescence qui m'attendait au détour d'un rayonnage. J'avais en effet lu cet ouvrage au CDI de mon bahut étant lycéen et il m'avait marqué. Il avait aussi été mon premier contact avec Christin dont j'ai déjà chroniqué un ouvrage il y a peu: La Maison du temps qui passe

Tout débute un beau matin dans un petit village des Landes perdu au milieu de la forêt à proximité d'un énigmatique camp militaire. Un habitant se réveille et sort de sa maison pour aller faire paître ses vaches... et là! Il chute d'un beau mètre de hauteur! Les maisons du village ont décollé durant la nuit semblant ignorer la bonne vieille pesanteur chère à Newton! La surprise est de taille pour la population locale peu habituée aux phénomènes étranges et aux mœurs réglés comme du papier à musique! Bizarre vous avez dit bizarre? Un étrange couple fait justement irruption l'après midi même, un homme anonyme possédant une machine aux pouvoirs extraordinaires et une ancienne membre du CNRS ayant travaillé sur la gravité et remerciée il y a peu... pas le temps pour autant de s'interroger car le temps se lève et le village embarque dans une croisière improbable... 

Derrière cette histoire farfelue se cache une belle parabole sur les dangers liés au développement sauvage et non contrôlé. Des expérience étranges sont menées par les militaires dans les parages et contre toute attente ils en seront les premières victimes impuissantes. En plus de cet antimilitarisme revendiqué, cette BD est une ode à l'écologie (voir le passage sur la marina construite à même les dunes, le dérèglement d'une usine, la pollution des eaux) à la fois réflexive et délirante. C'est aussi une BD profondément humaniste montrant les humains dans ce qu'ils ont parfois de plus beau dans leurs relations et leur hédonisme. Les habitants du village volant, loin de paniquer, décident de profiter de cette croisière impromptue, de festoyer et de retourner ensuite la situation en leur faveur face aux militaires bornés et incompétents. Les populations les acclament sur leur passage, les aident (nourriture, eau) et le village sème la liesse dans son sillage. 

Cet ouvrage est vraiment extraordinaire dans son contenu mais aussi dans sa forme. Les dessins de Bilal font merveille et c'est la période que je préfère. Loin de sa période bleue et fade d'aujourd'hui, les teintes sont variées et le trait à la fois précis et inachevé. Le scénario est béton et les dialogues à la fois brut de décoffrage (les héros sont des ruraux frustres mais attachants de réalité) et acerbes (jugements sur les militaire et l'adjoint au maire conservateur). À noter que ce récit possède un incipit BD d'une dizaine de page aussi énigmatique que curieux qui amorce le récit par une étrange réunion se tenant au beau milieu d'un hôtel particulier de Paris où des pontes des services secrets essaient de reconnaître le mystérieux homme présent au village lors de cette «croisière» et nombre d'autres événements comme mai 1968, la guerre d'Algérie, les maquis de la Résistance, une procession dans l'Empire Aztèque...). 

Un bien bel ouvrage donc que je vous invite à découvrir au plus vite!

go