samedi 17 septembre 2011

"Sauver sa peau" de Lisa Gardner

lisa gL'Histoire: Sally, Cindy, Lucile... Depuis l'enfance, Annabelle Granger s'est habituée à devoir changer brusquement de prénom, de nom, de maison, de ville, d'histoire... sans que ses parents lui donnent la moindre explication. 

Bien plus tard, la découverte, dans une chambre souterraine de l'ancien hôpital psychiatrique de Boston, des cadavres de six fillettes fait la une des journaux. L'une d'elles porte un médaillon au nom d'Annabelle Granger. L'heure n'est plus à la fuite et Annabelle décide de sortir enfin de l'ombre. Mais le tueur est toujours aux aguets. Il l'attend. Depuis vingt-cinq ans... 

La critique de Mr K: Retour au thriller avec la dernière sortie Livre de poche de Lisa Gardner. C'est mon premier de cette auteur que Nelfe avait testé et apprécié il y a déjà quelques temps avec Disparue. Nous suivons une jeune femme qui n'a connu sa vie durant que la fuite. Une fuite orchestrée par son géniteur qui ne lui a jamais expliqué le danger qui la ou les menaçait. À l'occasion d'une découverte particulièrement macabre et la rattachant à un passé qu'elle croyait enfoui, elle va réveiller des souvenirs et redevenir une proie. 

Quand j'ai lu le quatrième de couverture, j'ai tout de suite été séduit par ce qu'il impliquait: une enfance perturbée qui ressurgit et le changement de nom fréquent de l'héroïne qui induisait une recherche d'identité. Là dessus, on n'est pas déçu. L'auteur alterne avec brio les scènes se déroulant à notre époque et celles remontant à l'enfance d'Annabelle. C'est une jeune femme engoncée dans ses certitudes et ses craintes que nous livre Lisa Gardner au début de son ouvrage. Conditionnée, «préparée» par son père, elle vit seule en compagnie de sa chienne Bella et ne sort quasiment pas de son appartement. Je n'ai pu m'empêcher de penser au personnage de Sigourney Weaver dans le film Copycat. Peu à peu, au fil des flashback opérés par l'auteur, le lecteur commence à cerner le parcours de vie étrange d'Annabelle. Finalement, on en apprend plus sur elle que sur l'évolution de l'enquête en elle même, les deux enquêteurs étant relégués au second plan sauf dans le dernier tiers de l'ouvrage. 

C'est d'ailleurs le principal reproche que je ferais concernant Sauver sa peau: le manque de consistance et le côté caricatural de D.D. et de Bobby, les deux principaux flics impliqués dans l'histoire. J'ai pas «croché» dans leurs personnages qu'il me semble avoir déjà rencontrés des centaines de fois en pratiquant le genre. Heureusement, le personnage principal sauve la mise et mérite qu'on s'intéresse à cette histoire bien ficelée et machiavélique à souhait. Pendant les 2/3 du livre, je faisais le malin auprès de Nelfe, croyant connaître le fin mot de l'histoire... Je me suis bien fait avoir, Lisa Gardner m'ayant orienté vers une mauvaise piste pour mieux me semer par la suite. 

Rajoutez à cela un sens certain du suspens, doublé d'une écriture agréable et évocatrice à souhait et vous obtenez un thriller de très bonne facture qui vous plongera dans les abîmes insondables de la paranoïa et de la suspicion. Alors certes, on pourrait dire que ce n'est pas très original, que ça a déjà été fait (peut-être mieux d'ailleurs...) mais on passe réellement un excellent moment en compagnie d'Annabelle et il m'a été impossible de lâcher ma lecture avant la dernière ligne. Une expérience bien sympa que je recommande aux amateurs du genre.

Posté par Mr K à 17:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,