griotscelestes1L'histoire: Enfant illégitime abandonné dans le désert de Jezomine, Qui-vient-du-bruit a grandi parmi les Skadjes, un peuple si insaisissable que certains en viennent à douter de son existence. La vie paisible que le garçon a connue jusqu'alors prend un tour inattendu le jour où son chemin croise celui de Marmat Tchalé, un Griot Céleste. Il l'ignore encore, mais il est lui aussi promis au destin exceptionnel de ces conteurs qui colportent à travers l'espace et le temps le souvenir de l'humanité. Car, dispersés sur de nombreux mondes, les hommes ont oublié que, jadis, leur espèce ne faisait qu'une et qu'ils étaient capables de voyager entre les planètes...

La critique de Mr K: C'était mon Bordage des vacances et ce fut une fois de plus une lecture exaltante et enrichissante comme souvent avec le génial vendéen. Comble de la réussite avec ce diptyque, on se rapproche dans le mode de narration, les thématiques et la construction de ce space-opéra du chef d'oeuvre absolu du maître: Les guerriers du silence (non chroniqué pour le moment sur ce blog car c'est une lecture antérieure à l'ouverture du Capharnaüm Éclairé).

On suit ici le destin extraordinaire d'un jeune garçon fruit d'un amour interdit qui se retrouve abandonné dans le désert dans ses premiers jours d'existence. Il va être recueilli par des êtres hors norme qui vont lui enseigner le décryptage du "son des formes". C'est lors de son adolescence qu'il va faire une rencontre décisive qui va bouleverser sa vie et celle de millions d'êtres humains. Commence alors le récit de son apprentissage au sein de la caste des Griots Célestes, êtres humains choisis par la Chaldra (mystérieuse entitée qui leur permet de voyager à travers les mondes humanisés) dont le rôle est de conserver l'Histoire de l'humanité après la grande dispersion (diaspora humaine à l'échelle universelle suite à l'abandon de la Terre) et surtout de la transmettre en rendant visite aux populations éparpillées dans tout l'univers. Mais voilà... une menace rode et s'étend. Les partisans du vide et du retour au néant absolu, au grand rien qui absout tous les pêchés font de plus en plus d'adeptes et ont comme cible prioritaire les Griots qui incarnent l'inverse de leurs aspirations. S'ensuit à partir de la première confrontation, un gigantesque road-movie ayant pour décor des galaxies entières...

griotscelestes2Je suis ressorti enchanté de cette lecture. Tout d'abord, j'ai retrouvé l'extraordinaire talent de Bordage pour tisser une histoire et embarquer le lecteur. Difficile de décrocher tant on s'attache aux personnages et à leurs destins. Qui-vient-du-bruit (alias Seke plus tard) est à lui seul tout un symbole d'une humanité qui se cherche, se perd parfois, cherche des repères, finalement c'est l'être humain qui par nature cherche à donner un sens à sa vie. Il est aidé en cela par son maître Griot (Marmat Tchalé) aussi étrange que fascinant, ne disant les choses qu'à demi mot, s'absentant régulièrement pour revenir transfiguré voir parfois débraillé... Une ambiance mystérieuse se forme autour de ce duo improbable qui va devoir affronter de nombreuses menaces. Il serait impossible de parler de tous les personnages qui m'ont plu tant on en croise énormément dans cette œuvre. Sachez simplement que vous allez être confronter à un périple éprouvant, parfois amusant, parfois mystique, souvent oppressant... En effet, les forces en œuvre sont immenses et les partisans du dragon aux plumes de sang (le néant) sont particulièrement retors et fascisants (des scènes sont assez rudes et peuvent heurter les esprits plus jeunes).

On retrouve dans les Griots Célestes des thématiques essentielles de l'œuvre de Bordage. Tout d'abord, l'idée que les hommes en allant trop loin dans leur développement vont devoir partir du berceau des origines pour s'installer sur d'autres systèmes (selon les mondes où leurs bonds successifs vont les mener, nos deux héros vont se retrouver confronter à des modèles et des niveaux de développement différents), on retrouve aussi l'importance du respect mutuel entre tous, l'importance aussi de la nature avec des passages qui frisent l'animisme et le chamanisme (déjà omniprésents dans la trilogie des Guerriers du silence). Le thème central porte cependant sur l'importance de la mémoire collective. Ex étudiant d'Histoire, j'ai été profondément touché par cet aspect de cette œuvre. Là, où Bordage est malin, c'est qu'il couple le devoir de mémoire (concept classiquement occidental) avec l'univers typiquement africain des griots et autres arbres à palabre. Il en ressort une universalité et une nécessité absolue qui donne au texte une profondeur impressionnante.

Ce livre est donc à lire tant il permet au lecteur de s'évader mais aussi de s'interroger sur le monde actuel à travers une histoire purement SF. L'écriture et la narration font merveille et contribuent à une lecture aisée, agréable et addictive. Un must que je ne saurais trop vous conseiller!

Autres Bordage chroniqués par mes soins:
- Wang
- Abzalon
- Orcheron
- Les derniers hommes
- Ceux qui sauront
- Porteurs d'âmes
- L'Evangile du Serpent