C'est avec une satisfaction sans borne que j'ai emmené ma chère Nelfe au Hellfest cette année. C'était pourtant pas gagné d'avance mais le miracle a eu lieu! Pour ma part, j'avais fait les trois jours en 2007 et 2008 (voir les liens , et pour 2008). Finances et Nelfe oblige, je me suis contenté cette année d'un seul jour en visant tout particulièrement le dimanche vu la programmation. Bien m'en a pris d'acheter les places en février, le festoche était à guichet fermé cette année, preuve de sa bonne santé n'en déplaise à Mme Boutin. Bel hommage aussi au député Patrick Roy récemment disparu et grand défenseur des musiques extrêmes devant l'Éternel (ça doit thrasher sec au Paradis!).

hellfest fauteuil roulant
source: Ouest-France

Nous sommes partis très tôt le matin pour arriver à Clisson sur le site dès 10h30, après 2h20 de route. Ça nous a permis de nous balader tranquillou jusqu'à midi, histoire de parcourir les lieux et prendre nos marques avant de retrouver Slay et miss P. Pas de grosses différences pour moi si ce n'est l'ajout d'un lieu de concert en plus. Toujours autant de stands de bouffe (de tout horizon), l'extrem-market est toujours aussi fourni (j'ai craqué pour une bague pentacle -j'avais perdu la mienne dans l'évier de la salle de bain- et un T-shirt manches longues de Therion mon groupe préféré). Il y en a pour tous les goûts et même Nelfe a acheté quelque chose, elle vous en dira plus sur le post qu'elle écrira plus tard sur son expérience métalleuse.

Véritable défilé de T-shirts et de tenues estampillées métal, j'ai retrouvé l'ambiance fraternelle et paisible qui sied aux fans de ce genre de musique. Pas de petits cons bourrés, de bagarres et autres désagréments propres aux festivals plus généralistes (je pense très fortement aux Vieilles Charrues et à St Nolf). Une ambiance à la Woodstock, le son en beaucoup plus lourd et puissant. Le temps s'est révélé variable. L'avantage était qu'il ne faisait pas trop chaud (j'ai déjà cuit au Hellfest et c'est terrible), nous avons eu deux / trois gouttes de pluie mais rien de bien méchant... Bref, des conditions optimums pour une journée qu'on n'oubliera pas.

sceneshell

Chapitre "révélations":

Orphaned Land tout d'abord. Ils jouaient entre 14h30 et 15h10 sur la "Mainstage n°2". Groupe de folk métal influencé par le doom et le death-metal, nous avons pris une petite claque devant tant de talent déployé. Chanteur christique à souhait (habillé de blanc, c'est suffisamment rare pour être signalé) à la voix impressionnante et un groupe au son puissant et à la fois fin. Rajoutez dessus des youyous orientaux et un brin de mysticisme et vous obtenez un concert bien sympa et une bonne mise en jambe pour la suite. Je pense que je vais creuser le sujet et acquérir quelques albums.
On a enchaîné direct avec le concert de Tsjuder sous la "Rock hard tent", groupe de black-metal norvégien (attention ils sont méchants ceux là). Quelle n'a pas été ma surprise et mon contentement de voir Nelfe bouger la tête en rythme sur un groupe bien radical à souhait! Set carré et prestation scénique bien sympa (c'est tout l'intérêt du black-metal en même temps, les gars peints en noir et blanc, mimant la possession démoniaque), on n'a pas vu le temps passer!
Petit passage éclair (fin de set) dans la "Terrorizer tent" pour voir le groupe de hard-rock suédois Ghost pratiquer sans mettre de gants une reprise bien métal de "Here come the sun" des Beatles. Habillés en prêtres, le chanteur en évêque, c'était pas triste mais trop court pour fixer un avis définitif. L'expérience valait tout de même le coup!
Plus tard dans l'aprem, pendant que Slay faisait l'hélicoptère avec sa chevelure flamboyante (en gros, les gens s'écartaient de lui) sur Morgoth (Death), ne goutant guère de ce genre, nous sommes tombés sur le set d'un groupe de stone rock bien couillu du nom de Goatsnake, se rapprochant des Queen of the stone age. Belle révélation pour un genre que j'apprécie tout particulièrement, oscillant entre le blues, le hard-rock bien heavy voire le doom (genre Black Sabbath). Je le conseille fortement!
Dernière révélation: Judas Priest. Vieux groupe de heavy-metal traditionnel anglais formé en 1970, j'ai un pote grand amateur qui avait essayé de me convertir au lycée sans y parvenir. Nous avons écouté les 1h25 de concert en attendant Therion, le groupe que Nelfe et moi attendions avec impatience! Judas Priest a livré un set carré et généreux, le chanteur cherchait parfois un peu sa voix, sa tenue était un magasin de cuir et de clous à lui tout seul mais quelle puissance de feu du groupe, quelle maestria dans les guitares et le rythme. Un bon souvenir avec en bonus, une moto avec le chanteur perché dessus en guise de final!

structureshell

Chapitre "poids lourds":

50 petites minutes, c'est tout ce que les organisateurs du Hell ont offert à Therion. A mes yeux, le meilleur concert de dimanche même s'il faut l'avouer que je perds tout sens critique en leur compagnie. Groupe de métal symphonique suédois, nous avons assisté une fois de plus à un spectacle total entre concert et théâtre (et même de la danse du ventre, rooooaaaarrrrrr!!!!). D'une générosité inouïe, le groupe parle et entraîne le public avec lui sur les traces des grandes mythologies du monde entier (thématiques de 90% de leurs titres). Nous avons eu droit à un titre du dernier album (magnifique "Hellequin" à 4 voix!) mais surtout, un best-of de leurs titres les plus emblématiques comme "Rise of Sodom and Gomorrah" ou "To Mega Therion". Si vous ne les connaissez pas encore, tentez l'expérience ça vaut le coup!
Place ensuite au pape du Hard Rock: Ozzy Osbourne. Complètement "perché" du début à la fin, ce fut une expérience unique et un retour au source salutaire. Ozzy et ses potes ont enchaîné tubes de la carrière solo mais aussi de vieilles galettes biens senties de la période Black Sabbath. Je persiste et je signe: les meilleurs morceaux datent de l'époque où il chantait avec Tommi Iommi. Les titres de sa carrière solo sont plus anecdotiques. Les musicos étaient impressionnants notamment son guitariste virtuose quoiqu'un peu poseur.
On enchaîne ensuite directement avec Opeth, un de mes groupes préférés, difficile à classer tant il est évolutif... je vous propose Death metal progressif mélodique. Alternant morceaux bien rugueux et balades enchanteresses (magnifique "In my time of need"), c'est sur un pur moment de magie que nous avons achevé notre marathon métalleux vers 2h du matin.

doigtshell
source: les Inrocks

Chapitre "déceptions":

Une seule réelle grosse déception live cette année: le set de Cavalera Conspiracy de 17 à 18h. Je suis un grand adepte de Sepultura, Soulfly et de Cavalera Conspiracy mais j'ai vraiment l'impression d'avoir été pris pour un con sur ce coup là... je m'explique! Alors que le Hellfest se caractérise en général par un son nickel de chez nickel, ici nous avons eu le droit à une bouillie de son. La batterie était réglée trop forte et la voix et la guitare étaient quasiment inaudibles. Impossible dans ce cas là de pouvoir profiter à plein des compositions bien brutales du groupe. J'en ai presque pleuré en réécoutant les albums à la maison. Bien dégouté en tout cas!
Deux autres déceptions mais cette fois ci parce qu'il nous a fallu faire des choix et que nous sommes passés ce dimanche à côté de deux groupes que j'adore: Hawkwind (sans Lemmy) groupe de space-rock en provenance direct des 70' et Electric Wizard, résurgence moderne de Black Sabbath servant un doom métal fantastique. Mais bon... la vie est une question de choix comme dirait Walter Bishop dans Fringe...
La dernière, ça va sans dire, c'est de n'avoir fait que le dimanche et d'avoir raté des grands noms du métal comme Rob Zombie, Morbid Angel, Monster Magnet, Kreator, Coroner et bien d'autres...

fouleHellfest
source: 20minutes

Nous avons donc passé une bonne journée Nelfe, Slay, miss P et moi. De bons concerts, un site toujours aussi grand et agréable (attention il bouge l'année prochaine à 500m à cause du succès grandissant) et des souvenirs plein les mirettes et les oreilles. Vivement 2012! Mais prenons déjà les paris: Nelfe viendra-t-elle une nouvelle fois en ma compagnie à ce festival pour grands enfants?