Florent_Marchet_8_by_Matthieu_Dortomb

Florent Marchet est un hyperactif. Depuis "Gargilesse" en 2004, il a tourné avec "Frère animal", a produit EP et album, écrit ou composé pour Clarika, La Fiancée, Axelle Red, Elodie Frégé, composé la BO d'un documentaire, démarré l'adaptation cinématographique de "Frère animal". Au milieu de tous ces projets artistiques, il a trouvé le temps d'être à Lorient le 4 mars et en tournée à travers la France avec son album "Courchevel".

leducLa soirée débute avec Robin Leduc en première partie, nouvelle signature de chez Tôt ou Tard. Pour moi ce fut une découverte et un joli moment. Devant un public assez timide et froid, Robin accompagné de ses musiciens, a un peu de mal à nous amener dans son univers mais en une heure, il a eu le temps de nous présenter son travail qui mérite que l'on s'y attarde à l'avenir. Accompagné de Cyrus Hordé, un claviériste aux solos jazzy qui assure et Nicolas Mathuriau que l'on a pu voir entre autres sur les tournées "Les piqûres d'araignée" et "Quinze chansons" de Vincent Delerm, Robin, avec une dizaine de chansons m'a donnée envie de me plonger dans l'écoute de son album "Hors piste" sorti en octobre dernier. A suivre donc...

florent_marchet_courchevelAprès plus d'une demi heure d'installation de scène et de derniers réglages son et lumière qui n'en finissent pas et nous ferait presque passer Florent et sa troupe pour des divas qui se font attendre, le groupe arrive sur scène. Une lumière tamisée, deux cadres géants en fond de scène diffusant une ambiance lumineuse d'insert de cheminée, accompagnée de la douce musique du crépitement du bois, une peau de bête d'ours blanc au sol, Bertrand Perrin à la batterie, Edouard Marie à la basse, Sébastien Collinet aux guitares/clavier et Florent Marchet prennent place en fredonnant "Courchevel" dans ce décor de chalet de montagne. Tour à tour les chansons du dernier album nous sont jouées, tantôt rock, tantôt ballades. Le public se réveille, annonçant clairement qu'il était là avant tout pour le concert de Florent. Le groupe a l'habitude des scènes, cela se sent, mais leur attitude est sans doute plus adaptée à un Zénith qu'à un parterre d'une centaine de lorientais. Le set est carré, les musiciens poseurs (la palme revient au bassiste qui n'a pas esquissé un seul sourire de la soirée). Florent Marchet avec sa chemisette blanche, son pull jacquard, sa cravate en laine et son pantalon à pince slim feu au plancher (ça c'est pour la note mode de cette chronique) en fait des tonnes et son humour déroute quelque peu l'auditoire. Pince-sans-rire, soufflant le froid et le chaud, il réveille sans surprise quelques irréductibles bretons de comptoir qui ne sont pas les derniers pour lui donner la réplique et le remettre à sa place. Et oui, c'est ça aussi la Bretagne!

En ce qui concerne les titres, c'est de façon énergique mais aussi quelques fois intimiste, notamment avec "Qui je suis" émouvante avec Florent seul à la guitare, que le groupe nous mène sur les routes des provinces françaises avec autant d'histoires chantées avec tendresse que l'on voit prendre forme devant nous. Roissy, l'île de Ré, Narbonne plage... des cartes postales émouvantes et une lecture drôle de ces dernières à tête d'éléphants d'Afrique pour dérider le public en début de concert. Le lien se tisse peu à peu entre l'artiste et son auditoire et la salle se réchauffe. "Benjamin" refusant de grandir, une femme qui interroge le silence de son compagnon, un enfant en proie à un secret familial... Toute une galerie de portraits et autant de tranches de vie qui donnent à cette soirée le goût d'un bonbon sucré.

Côté set-list, la part belle a aussi été donné aux titres de son premier album, "Gargilesse": "Levallois", "Tous pareils", "Mes nouveaux amis", "Dimanche", "Je n'ai pensé qu'à moi", "Le terrain de sport". Nous avons aussi eu droit à quelques titres de "Rio Baril" avec cette dernière, "La chance de ta vie" et "Notre jeunesse". Une belle incursion dans l'univers de Florent Marchet!