mill_nium_2L'histoire: Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l'Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n'est pas ce qu'on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium.
Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu'on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé. Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d'un maniaque et qui survivait en rêvant d'un bidon d'essence et d'une allumette ? S'agissait-il d'une des filles des pays de l'Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ?
C'est dans cet univers à cent à l'heure que nous embarque Stieg Larsson qui signe avec ce deuxième volume de la trilogie Millénium un thriller au rythme affolant.

La critique Nelfesque: Quel plaisir de retrouver les personnages si attachants et charismatiques de "Millénium" dans ce second volet "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette". Après avoir lu le 1er tome, je n'avais qu'une envie: me replonger dans l'univers de Stieg Larsson.

On retrouve ici tous les protagonistes du tome précédent mais l'histoire est clairement centrée sur Lisbeth. On en apprend plus sur son passé, sur sa psychologie et sa vie privée pour le plus grand bonheur des fanas de son personnage (dont je fais partie). Dans ma critique du tome précédent, j'avais évoqué le fait que Millénium ne serait pas Millénium sans Lisbeth Salander. Dans "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette" cette affirmation prend tout son sens car tout ce qu'elle a toujours voulu cacher se retrouve révélé au grand jour. On apprend pourquoi Lisbeth a tant de mal avec l'autorité, pourquoi elle est aussi renfermée et on s'attache de plus en plus à elle. Elle est le pivot central autour duquel tourne tout le roman.

Parallèlement à "l'affaire personnelle" de Lisbeth et étroitement mêlé à son destin, on suit la mise en place d'un nouveau sujet pour le journal: prostitution et trafic de femmes en provenance des pays de l'est. Deux nouveaux personnages font leur entrée, Mia Bergman et Dag Svenson, respectivement thésarde et journaliste pigiste pour Millénium amenant sur un plateau d'argent un futur article brûlant qui risque de faire tomber pas mal de têtes dans les plus hautes sphères. Leur assassinat sème le trouble au sein du journal et l'enquête officielle se mène en parallèle d'une enquête officieuse à la Mickaël Blomkvist. Les pistes se croisent, la lumière doit être faite sur l'affaire et c'est parti pour des centaines de pages de folie mêlant réflexions d'investigation de différents protagonistes sous plusieurs angles et course contre la montre.

J'ai été totalement prise dans ce roman et j'ai eu beaucoup de mal à le lâcher certains soirs (ce qui m'a valu pas mal de tête dans le c** aux matins). Contrairement au roman précédent, je suis rentrée tout de suite dans l'histoire car les personnages que l'on connait déjà se retrouvent directement engagés dès les premières pages. Même si j'avais déjà beaucoup aimé le précédent, ce tome ci est pour moi meilleur car il appuie là où ça fait mal avec un rythme effréné qui tient le lecteur en haleine de la première à la dernière page. Quant à la fin, je conseille vivement à tous les futurs lecteurs d'avoir près d'eux le tome 3. Autrement, vos nerfs n'y résisteront pas! Je sais de quoi je parle...