luxL'histoire: Une patrouille de police tire sur une voiture, à Roissy-Charles-de-Gaulle, tuant le conducteur. La bavure est manifeste mais le climat crée par la vague d'attentats terroristes qui secoue alors Paris pousse les différentes hiérarchies à travestir la réalité.

La raison d'État se substitue à la recherche de la vérité. Le passager de la voiture, Yves Guyot, tentera de lutter contre l'évidence imposée. Pour cela, il devra aller jusqu'à Bamako, à la recherche du seul témoin du crime, l'un des cent un Maliens parqués au dernier étage d'un hôtel de l'aéroport, juste avant leur expulsion par charter.

La critique de Mr K: Encore un livre trouvé chez l'abbé! Ils sont vraiment trop forts à l'Émaüs de notre secteur! Une bonne action pour une bonne lecture!

Avec ce livre, Daeninckx nous entraîne une fois de plus dans un polar à suspens dont il a le secret. L'action se déroule essentiellement en France mais aussi pour quelques chapitre au Mali sur les traces d'un mystérieux clandestin qui auarit vu des choses qu'il n'aurait pas du voir. Le fond de l'intrigue est tissé sur l'idée de conspiration, du moins de personnes haut-placées qui essaient par tous les moyens d'étouffer la vérité. face à eux, un homme bien déterminé à comprendre le pourquoi de la mort de son ami.

C'est donc dans l'univers paranoïaque du héros que le lecteur évolue. Justice inique par certaines de ses décisions, police et hautes autorités corrompues, que cache cette bavure? Pendant longtemps, le mystère s'épaissit et l'auteur se plait à nous ballader, faisant naître dans l'esprit fébrile du lecteur les hypothèses les plus folles. Ce n'est que dans les toutes dernières pages que la vérité sera révélée... et quelle vérité! Ne vous attendez pas à un happy end, nous sommes ici dans la pure tradition des romans noirs où le héros se débat comme il peut dans une gigantesque toile d'araignée sans pouvoir s'en extraire. La fin est abrupte mais logique. Elle suscite dégoût et honte mais aussi la réflexion. Sommes-nous en démocratie ou en oligarchie? Qui nous dirige vraiment? Quel poids pesons-nous face aux puissants? Pas grand chose c'est sûr...

Une lecture bien sympa donc, même si ce n'est pas le meilleur Daeninckx (je lui préfère notamment Meurtre pour mémoire, lu il y a déjà un certain temps). On retrouve cependant sa plume alerte, directe et efficace. Son goût aussi pour le souffre et le politiquement incorrect (ça devient rare de nos jours). Avis aux amateurs!