testamentL'histoire: Judée, en 70 après J.-C. : Yehoshua Ben Yossef enterre son testament.

Fairbanks, de nos jours : une équipe de scientifiques, travaillant sur le mystérieux projet Lazare, est massacrée dans un laboratoire clandestin de recherche clinique. Parmi les victimes, deux prix Nobel de médecine, un agent du FBI et un cobaye humain dont l'autopsie révèle qu'il était déjà mort. Bientôt des créatures monstrueuses rôdent par moins quarante autour de la ville... Le FBI rappelle alors Nathan Love, crack du profiling rompu aux arts martiaux et adepte du zen, qui vit reclus depuis le meurtre de sa femme. Faisant équipe avec une Esquimaude, Nathan va enquêter sur une série de meurtres de plus en plus violents de l'Alaska à la Californie, de l'Europe aux Philippines et des plus hautes officines secrètes du pouvoir américain jusqu'au Vatican... pour lever le voile sur l'un des secrets les mieux gardés de l'humanité

La critique de Mr K: Avis mitigé encore une fois sur un livre trouvé chez Emaüs et qui avait attiré mon regard avec l'inscription en bas de couverture: Grand prix de la littérature policière 2005. Le résumé me plaisait bien, j'ai donc embarqué ce livre avec quelques autres histoire de me faire mon idée.

Je l'ai lu très rapidement en à peu près trois jours. C'est son point fort, l'écriture est souple, agréable et dans l'ensemble on a plaisir à parcourir le style de cet auteur français exilé aux USA (Ca m'a rappelé le CV de Chattam). On navigue en plein mystère et plus on avance au départ, plus tout semble s'obscurcir. On nage en pleine théorie du couplot et on ressent le sentiment de paranoïa qui peu à peu s'installe chez les personnages. Franchement jusqu'à la 400ème page ca se tient, malgré des défauts un peu rébarbatifs.

Parlons-en des défauts! Le héros, horripilant à souhait lors de ses phases zens! Beaucoup de bla-bla à la limite du compréhensible qui au bout d'un moment donne envie de lui mettre un pruneau dans le derrière pour voir comment il réagirait. C'est too much et ca en devient ridicule à la moitié du livre. Heureusement, l'auteur se calme sur ce point par la suite mais par moment je riais à la lecture de ces portes ouvertes et autres propos mystico-zen. Ca vaut pas un Confuccius ou un Lao Tseu! Les personnages sont nombreux mais souvent caricaturaux, on frôle du coup souvent l'humour involontaire ce qui est toujours dommage quand on lit un thriller censé filer la frousse et maintenir le suspens (à priori l'auteur n'avait pas vocation à écrire un livre marrant!). Les méchants sont vraiment méchants et les gentils vraiment gentils. Pour un français exilé, il s'est drôlement vite adapté à la morale cucul américaine. Dommage...

Dommage aussi et surtout pour la fin (que je ne revèlerai pas ici). Elle tire vers le Dan Brown du Da Vinci code version grand guignolesque! Non que je sois un fan absolu de Brown mais lui au moins essayait d'étayer son histoire avec un minimum d'apport historique crédible (j'ai bien dit un minimum!). Ici le dénouement est révélé en une page, limite bâclé et franchement invraisemblable. Pour vous dire, elle plaira à tous ceux qui pensent que l'homme n'a jamais posé le pied sur la lune ou que les attentats du World Trade Center ne sont qu'une énorme supercherie montée de toute pièce par les néoconservateurs américains.

Cette lecture s'est donc révélée décevante et je ne comprends toujours pas comment on a pu lui décerner un prix (à priori le jury est constitué de personnes sérieuses). Certes c'est distrayant mais on est loin de Connelly, Daeninckx et autres maîtres du policier. À chacun de voir s'il veut tenter l'expérience...