vendredi 10 septembre 2010

"Les âmes grises" de Philippe Claudel

philippe_claudel_les_ames_grisesL'histoire: Elle ressemblait ainsi à une très jeune princesse de conte, aux lèvres bleuies et aux paupières blanches. Ses cheveux se mêlaient aux herbes roussies par les matins de gel et ses petites mains s'étaient fermées sur du vide. Il faisait si froid ce jour-là que les moustaches de tous se couvraient de neige à mesure qu'ils soufflaient l'air comme des taureaux. On battait la semelle pour faire revenir le sang dans les pieds. Dans le ciel, des oies balourdes traçaient des cercles. Elles semblaient avoir perdu leur route. Le soleil se tassait dans son manteau de brouillard qui peinait à s'effilocher. On n'entendait rien. Même les canons semblaient avoir gelé.
"C'est peut être enfin la paix... hasarda Grosspeil"
- La paix mon os!" lui lança son collègue qui rabattit la laine trempée sur le corps de la fillette.

La critique Nelfesque: Wahou! Quelle lecture! Je ne connaissais Philippe Claudel que de nom, sans avoir jamais lu un seul de ses livres. Que de temps perdu me dis-je après avoir refermé celui-ci.

Une écriture simple mais tellement belle, tout en finesse et en poésie. Des phrases courtes, visant le coeur du lecture. Je ne suis pas une sentimentale et ce livre m'a mis les larmes aux yeux. Bravo pour l'exploit! J'ai lu les 10 dernières lignes en les vivant et la dernière m'a achevée. Autant vous prévenir qu'il vaut mieux être en forme pour lire ce livre. Si vous vous sentez déprimés ou si vous êtes dépressifs, remettez le à plus tard. Il en va de votre santé mentale!

Le narrateur est le policier chargé de l'Affaire, celle du meurtre de la fille cadette du propriétaire du restaurant du village. L'histoire se passe en pleine Première Guerre Mondiale, à quelques kilomètres du front. Qui a tué Belle? Voici le fond de l'histoire. Toutefois ce meurtre est "prétexte" à dépeindre une ambiance, une époque, celle d'une période difficile de l'Histoire, à présenter des personnages tous plus touchants les uns que les autres, du Procureur qui a perdu sa femme il y a plusieurs dizaines d'années, à l'institutrice, étrangère au village mais qui est tellement aimée ici, en passant par l'idiot du village qui a une tendresse particulière pour cette dernière. Le narrateur, qui tient à bout de bras la trame de l'histoire, n'est pas en reste avec un vécu touchant et un "combat ordinaire" des plus poignants. Avec lui, nous abordons les questions de la mort, de l'honnêteté, de la souffrance, de l'illusion, de l'injustice, de tout ce qui fait la vie de chacun, avec pudeur et simplicité. Des réflexions d'une telle évidence que nous ne pouvons qu'adhérer et nous interroger sur le sens même de notre vie.

Au final savoir qui a tué Belle passe au second plan et quand la révélation arrive on se surprend à avoir oublié l'enquête, tellement happés que nous étions par les histoires personnelles de chacun et par leurs souffrances. Le verdict nous cueille et nous laisse coi. On ne s'y attendait pas à celle ci!

Je ne saurais que conseiller la lecture de ce livre. "Les âmes grises"  est une merveille. Beau, émouvant et tellement vrai. Des romans comme celui-ci, des auteurs d'un tel talent, j'aimerai en croiser plus souvent.

Posté par Nelfe à 17:36 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,